Paul Paillette

(1844-1920)

Un autrе pоèmе :

Lе Rеssаutеur

 

 

Paul Paillette

Tablettes d’un lézard, 1888


Sans abri, sans pain, sans amour


   
                            Pas d’ pognon — pas d’ clef.
                                          Grévy, md de sommeil.
                            Pas d’argent — pas d’ pain.
                                          Darblay, md de farine.
                            Pas d’ galette — pas d’ binette.
                                          Camélia, mde d’amour.


              Novembre


              I
 
Nom de Dieu ! qué frio ! qué bise !
Ça va êt’ dur de la r’filer ;
J’avais mes dix ronds... Que bêtise !
Bourgeois, t’ as voulu t’ les caler !
(Il réchauffe le bout de ses doigts avec son haleine.)
Y’a pas, c’est l’hiver qui s’amène.
L’hiver, pour les gueux, qué sal’ coup !
— Natur’, c’est t’y toi l’inhumaine ? — 
Non ! l’ moindre animal a son trou :
Y’a qu’ l’homm’ qu’ ait pas un coin sur terre.
Qu’i’ gèl’, qu’i neig’, s’il a pas d’ quoi
Pour carmer son propriétaire
Dans la rue y peut crever d’ froid.
« Qué qu’ tu veux, c’est pas mon affaire,
Qu’i’ vous dit, j’ suis marchand d’ sommeil.
T’ as pas d’ pognon ! t’ as rien à faire.
Tu peux t’ les gratter au soleil,
Si tu veux, car t’ es libre, en somme,
Tout comm’ moi ; j’achète et je r’vends.
Le jour où tu n’ boulott’ qu’un’ pomme
T’ engueul’ pas tous les restaurants !
Tu veux jamais t’ mettre à l’attache,
T’ aim’ pas l’uniform’ ni l’ collier ;
Si ton pauvre pal’tot est sans tache
Y’a pas gras dans ton râtelier ! »
V’là leurs boniments ! Ah ! les gonses !
Tu veux vivre ? Alors fais tourner
La machin’ social’ des Alphonses ;
Tu n’ veux pas ? J’ remport’ mon dîner !
 
              II
 
J’ai ni toit, ni pain, ni gonzesse,
Natur’ ! j’ai tous les appétits,
Pourtant ; tu donn’ à ma jeunesse
Un ordre formel : Des petits !
 
              Des voix de femmes
 
Des petits ! La femelle esclave
Ne se livre qu’au plus offrant ;
Ton désir n’est fait que de bave !
As-tu de l’or, homme-tyran ?
La loi d’amour te trouva lâche ;
Despote ici, là-bas soumis,
As-tu rempli ta noble tâche ?
Pour l’enfant le couvert est mis ?
Non ! Lors, va-t’en dans les familles !
À la famille il faut un roi.
Nous méprisons l’homme, nous Filles !
Adieu, beau type ! Souviens-toi.
 
              Lui :
 
Quoi ! pas d’ pain ni d’amour possible
En dehors de ce vieux roman
Si pervers !
 
              Les voix de femmes :
 
                  Lâche, il est terrible.
Mais très juste, ton châtiment !
 
              Voix philosophique :

  Homme, révolte-toi ! Toujours et partout que pas un de tes actes, pas une de tes paroles ne serve la Révolution et qu’elle arrive enfin la Grande Désirée.

Que la hideuse Force soit à jamais vaincue, la vieille société complètement détruite, alors, seulement alors, la Femme libre, entièrement émancipée, ton égale enfin, t’apprendra tout ce que contient le mot Amour.


Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Сосhоnfuсius sur Αu Τrаgédiеn Ε. Rоssi (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur «Si vоus vоуiеz mоn сœur аinsi quе mоn visаgе...» (Αubigné)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz