Charles Péguy


L’Aveugle


 
D’innombrables rayons de toutes les lumières
Ont baigné vingt mille ans ces périssables yeux,
D’innombrables regards vers la terre et les cieux
Sont montés vingt mille ans de toutes les chaumières.
 
D’innombrables reflets des ténèbres premières
Ont roulé vingt mille ans leurs flots silencieux ;
D’innombrables regrets vers le monde et les dieux
Ont pleuré vingt mille ans sous l’arceau des paupières.
 
Dans le double parvis des deux faces de l’être,
Que d’autres soient Césars de tout ce qui se fait ;
Que témoins du paraître et greffiers du connaître,
 
Que d’autres soient savants de tout ce qui se sait :
L’aveugle vagabond sera toujours le maître,
Sous tout ce qui se dit, de tout ce qui se tait.
 

Commentaire (s)
Déposé par pich24 le 31 décembre 2016 à 12h58

L’Aveugle

   J’ai toujours préféré les ombres aux lumières
   Mais je dois avouer le mal voir de mes yeux ;
Quand ils disent leur peine et leur misère aux cieux,
Leurs larmes ne font pas pleurer dans les chaumières.

    Je n’ai jamais rien su de mes amours premières :
 Des touchers, des frissons, souffles silencieux…
    De qui provenaient-ils ? De déesses, de dieux
    Ou de simples mortels embrassant mes paupières ?
 
 Les sens procèdent-ils de l’essence de l’être ?
    Cernent-ils un présent comme on le fait d’un fait ?
 Pour un jour, à me voir, j’aimerais me connaître.
 
 Cette image qu’on voit cette image qu’on sait,
 Je n’imagine pas en devenir le maître.
 Alors que fait l’aveugle ? Il écoute et se tait.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 31 mars 2020 à 17h45

Chez l’Ogre
----------------

Sous la porte glissait un rayon de lumière
Comme le fil mauvais d’un poignard insidieux.
Une lune sanglante incendiait les cieux,
Un silence mortel régnait dans la chaumière. (1)

Silence ? Que non pas. La rumeur singulière
Qui transperçait la nuit de son flot rocailleux,
C’était, dans ce décor terrifiant et odieux,
Le ronflement puissant de l’Ogre et sa rombière.

Soudain, entre ces murs noircis en bois de hêtre,
Taciturnes témoins d’un horrible forfait,
On entendit grincer faiblement la fenêtre.

Avec ses six frangins, ce gredin de Poucet
S’esbignait prudemment, après son coup de maître ;        
Mais l’Ogre était bourré et s’en contrefoutait.


(1) Brrr !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Péguyfucius le 29 avril 2021 à 18h48

(Un sonnet de Péguy, un de Cochonfucius)

(a) L’Aveugle I/II
       ———

Sept villes se vantaient d’avoir produit Homère.
Mais il n’était pas né dans les sept à la fois.
Smyrne l’avait nourri dans le fin fond des bois.
Chios l’avait bercé dans les bras de sa mère.

Colophon n’en tira qu’une gloire éphémère.
Salamine avec lui brisa le roi des rois.
Rhodes l’avait trempé dans le respect des lois.
Argos l’avait frotté du sang de la Chimère.

Nous le donnerons donc à la septième Athènes,
La seule où l’on soit sûr qu’on ne l’ait jamais vu.
Les naissances d’avant sont toujours incertaines,

Les fils d’après font seuls que le père est pourvu.
Père, voici tes fils, tous ces grands capitaines,
Et le cortège unique une fois entrevu.

===========================

(b) Un érudit
         ---------

Un érudit cherchait le lieu natal d’Homère ;
Il interrogeait donc des gens dignes de foi ;
Avec Alphonse Allais un peu de bière il boit,
Parlant de ce grand barde et de sa digne mère.

« L’état civil fut-il établi par un maire ? »
Alphonse, le subtil, doute que cela soit ;
Nulle cité, jadis, n’avait de telles lois,
Beaucoup de papyrus ne furent qu’éphémères.

Or, puisque nous savons que ce n’est pas Athènes,
Nous pourrons bien choisir Allaure, c’est tout vu.
Foi d’Alphonse, je dis que la chose est certaine.

Ne soyez pas surpris par ce nom imprévu,
« Homèr’ d’Allaure » est dit par un grand capitaine
Quand il se voit perplexe, ou pris au dépourvu.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 30 avril 2021 à 13h49

Oiseau des contrejours
----------

Son corps me semble noir sur un fond de lumière,
Son ombre fugitive est là, devant mes yeux ;
Je ne sais pas nommer cet habitant des cieux,
Il se peut que ce soit l’aronde printanière.

D’aucun petit terroir elle n’est prisonnière,
Mais selon sa plaisance, elle change de lieu ;
Homère la disait messagère des dieux,
Son nid est apposé au mur de ma chaumière.

Elle ne débat point de l’essence et de l’être,
Elle met à profit chaque jour que Dieu fait,
Trouvant quelques trésors pour sa soif de connaître.

Sa voix parfois s’élève et dit ce qu’elle sait,
Telles sont les façons de cet oiseau sans maître ;
Sur tout ce qu’elle ignore, on voit qu’elle se tait.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hеrеdiа : Épigrаmmе funérаirе

Rоnsаrd : «L’аutrе јоur quе ј’étаis sur lе hаut d’un dеgré...»

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

Riсhеpin : Lа Flûtе

Lа Fоntаinе : Lа Сigаlе еt lа Fоurmi

Οrléаns : «Lе tеmps а lаissé sоn mаntеаu...»

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Μignоnnе, аllоns vоir si lа rоsе...»

Rоnsаrd : «Quаnd vоus sеrеz biеn viеillе, аu sоir à lа сhаndеllе...»

Hеrеdiа : Αrmоr

☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : «Αmi, је vоus éсris du fоnd d’unе саntinе...»

Jаmmеs : Lе pаuvrе сhiеn

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе lа Μоrt

Sаmаin : Lеs Sirènеs

Lаfоrguе : Fаrсе éphémèrе

Νоuvеаu : «Si nоus étiоns mоrts quаnd nоus étiоns mômеs...»

Lаutréаmоnt : «Unе pоtеnсе s’élеvаit sur lе sоl...»

Flаuх : Lеs Jеunеs Fillеs dе Stосkhоlm

Lоrrаin : Sеignеurs

Μаеtеrlinсk : «Lеs trоis sœurs оnt vоulu mоurir ...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Vеrs à mеttrе еn сhаnt (Βоilеаu)

De Сосhоnfuсius sur «Αvоir vu dévаlеr unе triplе mоntаgnе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Rеmоrds pоsthumе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur Соmplаintе dе lа Lunе еn prоvinсе (Lаfоrguе)

De Jаdis sur Stаnсеs (Ρоuсhkinе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

De Τhundеrbird sur «Εntrе tоus lеs hоnnеurs dоnt еn Frаnсе еst соnnu...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Τhundеrbird sur Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin (Fоrt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un mаndаrin sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

De Jеаn dе Lа Quаrаntаi sur Lа Сigаlе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе