Charles Péguy

La Tapisserie de Notre-Dame, 1913


Paris vaisseau de charge


 
Double vaisseau de charge aux deux rives de Seine,
Vaisseau de pourpre et d’or, de myrrhe et de cinname,
Vaisseau de blé, de seigle, et de justesse d’âme,
D’humilité, d’orgueil, et de simple verveine ;
 
Nos pères t’ont comblé d’une si longue peine,
Depuis mille et mille ans que tu viens à la lame,
Que nulle cargaison n’est si lourde à la rame,
Et que nul bâtiment n’a la panse aussi pleine
 
Mais nous apporterons un regret si sévère,
Et si nourri d’honneur, et si creusé de flamme,
Que le chef le prendra pour un sac de prière,
 
Et le fera hisser jusque sous l’oriflamme,
Navire appareillé sous Septime Sévère,
Double vaisseau de charge aux pieds de Notre Dame.
 

Commentaire (s)
Déposé par N ytäï Khalil le 27 mai 2013 à 14h48

       Commentaire littéraire        


Impression de lecture :        

Nos premières impressions étaient plutôt bonnes par rapport à ce texte. Les éléments stylistiques subtils mais toutefois révélateurs donne au poème tous son charme qui ne se dévoile pas à la prmière lecture. Accessible à tout le monde si l’on se donne la peine de se plonger dans l’univers de l’auteur, Charles Peguy.

Résumé du dit :

Deux vaisseaux se distinguant par leurs différences de valeurs matériels, l’un chargé de « pourpre et d’or, de myrrhe et de cinname » et l’autre de « blé, de seigle, et de justesse d’âme, d’humilité, d’orgueil, et de simple verveine », sont aux deux rives de la Seine et se retrouvent au pied de Notre-Dame.

Répérage d’éléments de style :

Ce poème, écrit par Charles Peguy, est riche de procédés stylistiques et peut amener à un nombres d’interprétations différentes.
Le premier élément stylistique saute aux yeux. Les deux bateaux décrit dans la première strophe représente, par leur différence de biens matérielles, les deux différentes classes sociales. Le bateau comportant de l’or, du myrrhe et d’autre biens de valeurs symbolise la classe sociales aisée, les bourges. Le deuxième, symbolise une classe social plus modeste.
En lisant plus attentivement la deuxième strophe, on peut comprendre le message que l’auteur y a caché. « Nos pères », qui introduit Dieu, qu’importe lequel, nous a « comblé d’une si longue peine », qui, le lecteur peut aisément le deviner, la vie. Cette même vie où l’on « Depuis mille et mille ans que tu viens à la lame ». Dans ce vers, Charles Peguy veut faire comprendre au lecteur son idée de la vie qui est une sorte de combat constant, symboliser ici par « la lame », partie d’une épée ou d’un sabre qui amène tout de suite à penser à un combat, une bataille. C’est aussi cette même vie qui « n’est si lourde à la rame »  et qui « n’a la panse aussi pleine » . Expression amènant à l’idée que, bien qu’il faut énormément d’ardeur pour avancer dans la vie à coup de « rame »  , la vie est remplie d’évenement pouvant amener du bonheur, du malheur, nombres de sentiments comme l’amour, l’amitié et tant d’autres, ce qui fait que rien « n’a la panse aussi pleine ».

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 3 mars 2015 à 14h59

Nef d’argent
--------------

Une nef invisible avance sur la Seine.
Seul, un très vieux rêveur voit son reflet d’argent
Et le moine en un livre à la proue se plongeant ;
Or, le nom de la nef est « Songe de Vincennes ».

D’argent aussi s’envole une mouette sereine,
Avec sa soeur de sable un regard échangeant ;
Un astre inframondain, que ne voient pas les gens,
Tire de son sommeil l’invisible sirène.

Le navire parcourt les âges disparus,
Les beaux jours parisiens qu’on ne reverra plus,
Mais que conserve au chaud un vestige de flamme.

Le moine lit des mots dans l’air frais du matin,
Qu’écrivit un abbé du vieux Quartier Latin ;
Il ne voit pas très bien, il lit avec son âme.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 31 mars 2020 à 12h18

Oiseaux presque imperceptibles
----------------------

Un détail invisible agrémente la scène
Où figurent aussi des nuages d’argent ;
Peut-être des oiseaux dans l’azur vont plongeant,
Phénomène déjà décrit par Avicenne.

Le ciel ne tremble point,l’atmosphère est sereine,
Il ne fait pas trop chaud, le temps n’est point changeant ;
L’un de l’autre éloigné se déplacent les gens
Et de même dans l’onde agissent les sirènes.

Nous ne regrettons pas nos plaisirs disparus,
Ni la brièveté des chemins parcourus ;
Le malheur finira, la guérison se trame.

Invisibles oiseaux dans l’air frais du matin,
Pline a parlé de vous dans un texte latin ;
Je vous devine un peu, j’entends chanter votre âme.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

Villоn : Βаllаdе [dеs prоvеrbеs]

Rоllinаt : Lеs Αgоniеs lеntеs

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Τаnt d’Αstrеs сlаirs nе dаnsеnt pаr lа nuit...» (Gаrniеr)

De Сосhоnfuсius sur Lе Vin du Sоlitаirе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Sоnnеt d’Αrt Vеrt (Gоudеzki)

De Сосhоnfuсius sur «Τоut pаssе pаr lеurs mаins...» (Grévin)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Jаdis sur «Jе sеns dеdаns mоn âmе unе guеrrе сivilе...» (Spоndе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Сurаrе- sur «Νi lа furеur dе lа flаmmе еnrаgéе...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

De Μаgélаnt sur Αiguillеs dе саdrаn (Sаint-Ρоl-Rоuх)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе