Louis Pergaud


Matin de chasse


 
Des rumeurs entrouvraient la robe du silence
Et la pudeur du jour rougissait l’orient
Lorsque le feu des chiens mena nos pas pesants
Vers la forêt dressant ses fûts comme des lances...
 
Chasseresse puisant à son carquois qui luit,
D’où le jour s’échappait en longs rayons d’or pur,
L’Aube lançait parmi les clairières d’azur
Les flèches de l’Aurore aux fauves de la nuit.
 
Sur les glaives brillants des herbes du taillis
Les braques reniflaient bruyamment la rosée
Ou, tour à tour, levant leurs gros museaux rosés,
Donnaient au lièvre roux dans les brandes tapi.
 
Des insectes surpris se coulaient sous les mousses,
Les bourgeons distillaient leur gomme protectrice ;
Un premier rayon chaud filtra du jour propice
Et fiança mon rêve au dernier jet des pousses.
 
Le clair matin païen reprenait tout mon cœur
Si loin par son désir de mon siècle barbare ;
Quand le lancer soudain claironna sa fanfare
J’étais un dieu sylvestre aussi, libre et moqueur.
 
La voix des chiens multipliée par les échos
Éperdument jetait des rafales d’abois
Et le faune éveillé aux clairières du bois
Enervait l’air vivant du choc de ses sabots.
 
Dans la tranchée tendant son geste rectiligne,
Le lièvre déboulé, grave sur son cul blanc,
D’une oreille attentive interrogeait le vent
Et ses yeux latéraux flambaient de peurs insignes.
 
La meute se pressait derrière lui, plus vite,
Sous la ronce flexible étirée comme un lien
Où les sylvains furieux aux passages des chiens
Tendaient sournoisement des rets de clématites.
 
Un concert effrayant déchaînait ses accords
Sous la voûte effondrée des rousses frondaisons ;
La passion en moi darda ses aiguillons
Et vint cingler mon cœur d’un beau désir de mort.
 
Sur les halliers pesait une angoisse plus lourde :
Alors pris de l’émoi qui traversa les temps
Je te fis, Artémis, ainsi qu’aux jours d’antan,
Une libation du vin pur de ma gourde.
 

Commentaire(s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаïf : «Αfin quе pоur јаmаis...»

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Νеrvаl : Εl Dеsdiсhаdо

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Lаfоrguе : Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Lе Μоinе : L’Îlе du Ρlаisir

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lеs Сhеmins dе Fеr

Сеndrаrs : Соmplеt blаnс

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Cоmmеntaires récеnts

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сосhоnfuсius sur L’Étаpе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρоnt (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Βеаuх уеuх, qui rесélеz tаnt dе trаits еt dе fеuх...» (Durаnd)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz