Raoul Ponchon

La Muse Gaillarde


Concours de beauté


             
 
Venez çà, petites chéries
De lys et de roses pétries
Et de chair aussi, Dieu merci.
Accourez, fluettes et rondes,
Les rousses, les brunes, les blondes,
Venez les châtaines aussi.
 
Les Mélissindes, les Dianes,
Émiliennes et Lianes,
Les Otéros, pour qui je meurs,
Les Juliettes, les Mireilles,
Et les esthètes sans oreilles,
Et les fruits mûrs et les primeurs ;
 
Venez, sirènes, sphinges, fées,
Horizontales, dégrafées,
Ô nos dames de volupté,
Demi-vierges, quart de pucelles,
Enfin, toutes celles et celles
Qui prétendent à la Beauté.
 
Mais déjà, chères amoureuses,
Je vous vois venir plus nombreuses
Que mes cheveux, quand j’en portais.
Seriez-vous donc toutes jolies
Et parfaitement accomplies,
Femmes ? eh bien, je m’en doutais.
 
Étoilant vos fines voilettes
Flambent vos yeux de violettes
Qui mettent nos cœurs en émoi,
Et votre bouche irrévocable
Défierait le meilleur vocable
Que je pourrais avoir sur moi.
 
Sur votre tête on voit éclore
Toute une lumineuse flore
Qui fait valoir votre douceur ;
Et quels beaux habits sont les vôtres !
On voit que les uns et les autres
Sortent de chez le bon faiseur.
 
Mais, mon Dieu, voilà bien du linge !
(Ponchon, taisez-vous, paillard singe)
Oui, bien du linge en vérité.
Je voudrais vous voir, ô statues,
Impérialement vêtues
De votre seule nudité.
 
Avez-vous peur d’être mal faites ?
Parbleu, ce sont là des défaites ;
S’il n’est d’impeccable beauté,
Je crois, et du fond de mon âme,
Que la plus discutable femme
Est belle par quelque côté.
 
Telle d’entre vous, par exemple,
Qui ne se montrera guère ample,
En la matière des nichons,
Ce qui d’ailleurs ne m’horripile,
Exhibera du côté pile
Deux excellents gros cabochons.
 
Telle autre brille par ses cuisses
Blanches comme des Alpes suisses,
Et rondes, et faites au tour,
Mais ne possède à mon service
Pour soutenir cet édifice
Que des baguettes de tambour...
 
Mais quoi ! avec ou sans chemise
Je vous trouve toujours bien mises,
Ô femmes ! zut pour les jurés !
Vous avez la grâce elle-même,
Je vous admire et je vous aime
Et vous m’aurez quand vous voudrez.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à fеu Μ. Dеsуvеtеаuх (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur L’аdiеu du саvаliеr (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur Sоlеil соuсhаnt (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Αndrоmèdе аu mоnstrе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Jаdis sur Lа Ρаssаntе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De Jаdis sur «Ρоurquоi pоur mоn mаlhеur еus-је l’œil si légеr ?...» (Durаnd)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе