Raoul Ponchon

in Le Journal, 1er février 1897


Émotion inséparable...


 

GAZETTE RIMÉE


             

À Fernand Xau.


Ô mon Fernand, ma vieille branche,
Crois-tu que si, chaque dimanche,
Je viens icigo poésir,
C’est parce que cela m’amuse ?
Cristi, non ! demande à ma muse :
C’est bien pour te faire plaisir.
 
Ainsi donc... comme ça... tu aimes
Et l’art confus de mes poèmes,
Et ma manière de rimer ?
Diable ! cela me paraît grave ;
Ne le dis pas trop haut, mon brave,
Sans quoi l’on pourrait t’enfermer.
 
Pour moi, que la peste m’emporte
Si, devant que passer la porte
De cet hôtel tant bel à voir,
Il ne me vint pas tout de suite
Le désir de prendre la fuite,
Sans en vouloir plus long savoir.
 
Non — m’écriai-je — Vierge sainte !
Pour pénétrer dans cette enceinte
Je n’ai pas d’assez beaux dessous.
Au lieu d’avoir, selon l’usage,
Quelque respect pour mon grand âge,
Sans doute on va m’offrir deux sous ?
 
Que de richesses ! que de lampes !
Que de salons et que de rampes
Tout le long de que d’escaliers !
Et combien de tapis de Perse !
Certes, ou je me trompe à verse,
Ou me faut ôter mes souliers.
 
Ici, de très nobles peintures
Se marient aux architectures ;
Chefs-d’œuvre Véronésiens ;
Un peu plus loin, ne vous déplaise,
Je vois des panneaux Louis-Seize
S’ils ne sont pas Louis-quinziens.
 
Et là, derrière cette grille...
Est-ce un lion ?... est-ce un gorille ?...
Non, non, c’est le caissier puissant.
— Pardon... dame, à vous je me fie,
N’en ayant onc vu de ma vie :
Sur mon âme, il est ravissant !
 
Or voici, sur ces entrefaites,
Éclore la salle des fêtes
Qui n’est que neige pure et qu’or
Comme le bon goût le commande.
J’ai l’air de quoi, je vous demande,
En ce prestigieux décor ?
 
J’oubliais un point méritoire !
On y trouve aussi de quoi boire...
Décidément, je prends congé ;
Ami, je te le dis sans rire,
Je ne saurais jamais écrire
Dans un journal si bien logé.
 
Mais quoi ! je n’ai rien dit encore
Du vrai luxe qui le décore :
N’est-ce point cette floraison
D’écrivains dignes de mémoire,
Qui sont en même temps la gloire
Et l’honneur de cette maison ?
 
Que de poètes et d’artistes,
De délicieux fantaisistes
Et de psychologues subtils !
Que d’originales pensées
Par eux tous les jours dépensées
De gais quotidiens babils !
 
Le moindre de cette pléiade
Pourrait écrire l’Iliade
Ou l’Éthique de Spinoza...
Tandis que moi, simple bélître,
À peine distinguè-je un litre
D’une branche de mimosa.
 
Las ! pauvre poète burlesque,
Tintamarro-funambulesque,
Qu’est-ce que je viens faire ici,
Moi, qui m’attarde, en quelque sorte,
— Si la vanité ne m’emporte — 
Entre Scarron et D’Assoucy ?
 
Je m’y fais l’effet, ou, je meure,
D’une punaise dans le beurre...
Que sais-je, moi ?... d’un musulman
Au Palais-Bourbon... d’un tzigane
— Si vous aimez mieux — qui bécane
Sur les terres d’un Caraman...
 
Enfin, ô Xau, s’il faut tout dire,
En venant au Journal écrire,
Serai-je pas ce Brichanteau
Qui, sur son théâtre passable,
Devient aussitôt exécrable
Dès qu’il a changé de tréteau ?
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hеrеdiа : Lе Huсhiеr dе Νаzаrеth

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «J’ассоmpаrе аu Sоlеil сеs bеаuх sоlеils d’Αmоur...»

Hаbеrt : «À l’оmbrе dеs mуrtеs vеrts...»

Μаrоt : Du соntеnt еn аmоurs

Μаrbеuf : Lе Sеin d’Αmаrаnthе

Rоnsаrd : «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...»

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Sсudérу : Lа Νуmphе еndоrmiе

Durаnt dе lа Βеrgеriе : «Βеаuх уеuх dоnt lа dоuсеur si dоuсеmеnt m’еnivrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

*** : «Μоn pèrе а fаit fаirе un étаng...»

Μilоsz : Lе Соnsоlаtеur

Сhéniеr : «Étrаngеr, се tаurеаu, qu’аu sеin dеs mеrs prоfоndеs...»

Sаint-Ρоl-Rоuх : L’Épоuvаntаil

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «Viеns, mа bеllе Flоrеllе, оù l’оmbrе nоir trеmblоtе...»

Riсtus : Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...»

Hugо : Се qui sе pаssаit аuх Fеuillаntinеs vеrs 1813

Саrсо : Vеrlаiniеn

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «J’аi сеttе nuit gоûté lеs plus dоuсеs dоuсеurs...» (Hаbеrt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Flаmbеаu vivаnt (Βаudеlаirе)

De Μо sur Sur un Μаrbrе brisé (Hеrеdiа)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt dе lа lаnguе (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Μusulmаnеs (Νоuvеаu)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρаul Sсаrrоn

De Vinсеnt sur «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...» (Riсtus)

De Сurаrе- sur Lе Sеin d’Αmаrаnthе (Μаrbеuf)

De Сurаrе- sur «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...» (Rоnsаrd)

De Jеhаn sur «Lоrsquе l’еnfаnt pаrаît...» (Hugо)

De V. Hugо sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Snоwmаn sur Βаllаdе dеs сélébrités du tеmps јаdis (Βаnvillе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе