Raoul Ponchon

in Le Journal, 17 mai 1897


Idylle


Amoureux surpris dans les bois de Saint-Cloud. 15 jours de prison, amende.


Il lui dit : « Allons nous promener dans les bois.
                  Vois, la belle journée.
Peut-être n’aurons-nous l’occase qu’une fois,
                  En la présente année. » —
 
Ils étaient dans le lit si gentiment blottis.
                  Bien sûr, que ça la botte.
Ils s’habillèrent vite et les voilà partis,
                  Le cœur comme en ribote.
 
À peine s’ils avaient à eux deux quarante ans :
                  Ce serait à débattre.
Mais volontiers il lui laissait seize printemps
                  Pour en garder vingt-quatre.
 
Ils prirent le bateau qui conduit à Saint-Cloud,
                  Paradis des familles,
Encore qu’il y règne un certain garou-loup
                  Dont on fait peur aux filles.
 
Elle parla tout haut pendant ce long trajet,
                  Chantonna des romances,
Et le moindre détail des berges la plongeait
                  En des transports immenses.
 
« Ici l’on démolit, et l’on reconstruit là...
                  Il faut être malade...
Chut ! écoute !... entends-tu ces musiques ?... C’est la
                  Foire de l’Esplanade. »
 
La Tour Eiffel ainsi que le Trocadéro
                  Lui semblaient l’art suprême :
Mon dieu. par vingt degrés au-dessus de zéro,
                  Et surtout... quand on aime !...
 
Elle nommait Auteuil. et. le Point du Jour, tour
                  À tour... et Meudon... Sèvres...
— « Mais tu ne me dis rien » — disait-elle. — M’amour,
                  J’aime tes yeux, tes lèvres... »
 
Répondait-il. — Enfin, voici Saint-Cloud. Après
                  Un déjeuner quelconque,
Tous deux ont disparu dans le sein des forêts,
                  Comme ferait quiconque.
 
Elle, disait des riens d’un parler puéril,
                  Tel un enfant qui jase ;
Et lui, qui s’en grisait, sur ses lèvres d’avril ,
                  Achevait chaque phrase.
 
On eût dit que c’était pour la première fois
                  Qu’elle voyait la vie,
Tant ses yeux reflétaient d’extase, tant sa voix
                  Exprimait son envie.
 
 

*
* *


 
Au bout de peu de temps, nos jeunes amoureux
                  Rêvèrent d’une sieste...
Mais quoi ? finalement... (Ô ciel ! veillez sur eux !)
                  L’herbe tendre et le reste...
 
Hélas ! c’est au moment le plus intéressant
                  Que le garde-champêtre
Sur le couple ingénu, qui le croyait absent,
                  Surgit, comme un salpêtre :
 
— Ah ! ah ! je vous y prends, mes jolis tourtereaux,
                  — Dit cet homme farouche. —
Pardieu ! vous vous aimez dans les grands numéros ;
                  Est-ce ici que l’on couche ?
 
Mais si les gens, ici, venaient tous à la fois
                  S’aimer... Jésus, Marie !
Ce bois-ci, N. de D... ! ne serait plus un bois,
                  Mais une porcherie.
 
À Saint-Cloud, il est expressément défendu
                  De faire des orgies.
De pareilles horreurs étaient permises du
                  Temps des mythologies.
 
Sachez qu’ici, jadis, habita l’Empereur,
                  Dont j’étais au service ;
Qu’ici fut un château détruit par la fureur,
                  Les Prussiens, le vice ;
 
Au lieu donc d’y venir ainsi vous biscoter
                  Comme de sales fouines,
Vous devriez plutôt tous deux y sangloter
                  Sur ses absentes ruines.
 
Vous voilà comme des saligauds étalés ;
                  Allez, crapules viles ;
On ne fait pas l’amour ici, cochons ; allez
                  Vous aimer dans les villes.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Viviеn : Sоnnеt à unе Εnfаnt

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Νуmphéе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Αu Μêmе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Ρоurrièrеs (Νоuvеаu)

De Vinсеnt sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Vinсеnt sur «Si vоus vоуiеz mоn сœur аinsi quе mоn visаgе...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе