Raoul Ponchon


L’Exposition d’horticulture


 
Ô délicieux jardiniers,
Qu’il est heureux que vous veniez
Chaque année, aux mois printaniers,
 
Secouer vos lys et vos roses.
Sur nos misérables névroses,
Sur nos ténèbres et nos proses !
 
Vous nous dites : « Tenez, voilà
Des fleurs qu’aucun art n’égala,
Qu’avez-vous à dire à cela ?
 
» Laissez pour un temps vos ordures,
Vos politiques, vos peintures ;
Venez à nos horticultures.
 
» Vous chercheriez en vain ailleurs
Les belles formes et couleurs
Qui se rencontrent dans ces fleurs.
 
» Regardez comme elles sont braves ;
Nous en avons fait nos esclaves,
Nous, les chefs des odeurs suaves.
 
» Robert même de Montesquiou
Qui les chanta sur son biniou
N’en vit pas de telles à Kiew.
 
» Il n’est que la chair de la femme
Qui soit de plus subtile trame,
Encor le jardinier. réclame...
 
» Il n’est que la flore des yeux
Qui puisse lutter sous les cieux
Avec ces joyaux précieux.
 
» Leur vue est bonne et salutaire
Elles sont un peu du mystère
Qui s’agite entre ciel et terre.
 
» Ne les touchez qu’avec égard,
Elles parlent d’amour et d’art,
Elles façonnent le regard.
 
» Toutes me causent des surprises.
Que voulez-vous que je vous dise ?...
Rien qu’à les nommer, je me grise.
 
» Ces pivoines flambant d’orgueil
Sont-elles pour vous salir l’œil
Et pour vous mettre l’âme en deuil ?
 
» Ces iris sont-ils sans répliques ?
Bien sûr ! ces lys hyperboliques,
Séraphiques, archangéliques ?
 
» Ne voilà-t-il pas des pavots
Vastes, magnifiques, nouveaux ?
Sur eux, je crois, rien ne prévaut.
 
» Ces œillets fous, ces azalées,
Ces primevères étoilées
Défient toutes langues parlées...
 
» Où trouver de plus fabuleux
Que ceux-ci hortensias bleus
Ô Montesquiou ! toi seul en pleus.
 
» Eh bien ! et, qu’est-ce que vous dites
De ces exquises clématites ?
Moi, je leur crois tous les mérites ;
 
» Sont-elles pas, en vérité,
Des miracles de pureté
De grâce et de fragilité !
 
» Voici le lot des orchidées
Que l’on croit d’abord possédées
De Belzébuths et d’Asmodées.
 
» Plus d’une d’elles marque mal ;
Son effort hésite, anormal,
Vers la fleur ou vers l’animal ;
 
» Mais ces plantes bien que toquées,
Paradoxales, compliquées,
N’ont pas besoin d’être expliquées...
 
» Et puis... que vous dirai-je, moi ?
Les fleurs, ça n’a rien d’iroquoi
Pour ceux qui possèdent la foi.
 
» Eh bien ! c’est à nos grosses pattes
Que vous devez ces délicates
Fleurs. Hein ! c’est ça qui vous épate ?
 
» Oui, c’est avec ces rudes mains
Que, pour parfumer vos chemins,
Nous sublimâmes ces jasmins ;
 
» Que ces roses les avons faites
Plus suaves et plus parfaites
Pour vos femmes et pour vos fêtes ;
 
» Les avons faites à loisir
Et selon notre bon plaisir.
Et selon notre beau désir.
 
» Nous majorâmes les délices
De leurs voluptueux calices,
Les parfums comme les mélisses.
 
» Et maintenant, mes chers enfants,
Que si vous n’êtes pas contents
Repassez au prochain printemps. »
 
 

*
* *


 
« Hélas ! voici des fleurs coupées,
Oui, mais qu’artistement groupées
Par de japonaises poupées ! »
 

  Mme Marimoto, Japonaise, a obtenu une médaille d’or pour ses bouquets. On ne saurait rien voir, en effet, de plus ingénieux. Nos plus célèbres fleuristes pourraient lui demander des leçons. — R. P.


in Le Journal, 7 juin 1897

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «J’ассоmpаrе аu Sоlеil сеs bеаuх sоlеils d’Αmоur...»

Hаbеrt : «À l’оmbrе dеs mуrtеs vеrts...»

Μаrоt : Du соntеnt еn аmоurs

Μаrbеuf : Lе Sеin d’Αmаrаnthе

Rоnsаrd : «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...»

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Sсudérу : Lа Νуmphе еndоrmiе

Durаnt dе lа Βеrgеriе : «Βеаuх уеuх dоnt lа dоuсеur si dоuсеmеnt m’еnivrе...»

Durаnt dе lа Βеrgеriе : Сhаnsоn : «Rоsinе, si tоn âmе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Ρоl-Rоuх : L’Épоuvаntаil

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «Viеns, mа bеllе Flоrеllе, оù l’оmbrе nоir trеmblоtе...»

Riсtus : Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...»

Hugо : Се qui sе pаssаit аuх Fеuillаntinеs vеrs 1813

Саrсо : Vеrlаiniеn

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Silvеstrе : Sur un аlbum

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Lоrrаin : Lе Jеunе Hоmmе еt lа Μоrt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Dеvаnt lа grillе du сimеtièrе (Gаrnеаu)

De Сосhоnfuсius sur Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés (Μаrbеuf)

De Vinсеnt sur «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...» (Riсtus)

De Сurаrе- sur Lе Sеin d’Αmаrаnthе (Μаrbеuf)

De Сurаrе- sur «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...» (Rоnsаrd)

De Jеhаn sur «Lоrsquе l’еnfаnt pаrаît...» (Hugо)

De V. Hugо sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Snоwmаn sur Βаllаdе dеs сélébrités du tеmps јаdis (Βаnvillе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе