Raoul Ponchon


La Pouche-en-fleur


 
Il était un petit bonhomme
Bien connu de Paris à Rome,
Ni pire qu’un autre ou meilleur,
Montmartrois frotté de Tartare
Et qui raclait de la guitare
On l’appelait la Pouche-en-fleur.
 
Ce nom le coiffait à merveille,
Car, outre sa gueule vermeille,
Qu’il devait, ô Vigne, à tes pleurs,
Figurez-vous que le pauvre être
Avait au point de s’en repaître
Un goût délicat pour les fleurs.
 
Il allait, levait par la vie
Sans ambition, sans envie,
N’ayant que sa chemise au cu,
Et, malgré cette pénurie,
— Remarquez cela, je vous prie —
Il était heureux, le cocu.
 
Malgré qu’il vécut dans les villes,
Emmi les discordes civiles,
Il n’en savait rien, l’innocent.
Il considérait l’existence
Comme un beau navire en partance
Vers un ciel plus intéressant.
 
Son cœur n’avait guère de place
Que pour quelques amis de race,
Ou, comme on dit, de premier choix.
S’il en eût logé mille et treize
Ils auraient été mal à l’aise,
Pensait-il, et tels des anchois.
 
Je crois qu’il priait le Dimanche
Un vieux bon Dieu à barbe blanche,
Aussi brave comme clément,
Qui plane au-dessus des nuages,
Et juge les fous et les sages
Du haut de son clair firmament.
 
Avait-il des défauts ? Sans doute,
Car il en faut coûte que coûte.
Il l’avouait sans embarras.
Sans quoi, disait-il, — sur ma fine !
La miséricorde divine
N’aurait qu’à se croiser les bras.
 
Mais comme je viens de le dire,
L’appétit tenait du délire
Qu’il manifestait pour les fleurs :
Il leur faisait des vers, des proses,
Les glorifiait en des gloses,
En phrases de toutes couleurs.
 
Ô fleurs de pourpre, ô fleurs de neige !
Leur disait-il, hélas ! Que n’ai-je
Cent mille yeux pour vous contempler,
Mille cerveaux pour vous comprendre,
Une langue d’or pour vous rendre
Hommage en un divin parler !
 
Vous vous ouvrez, et vos corolles
Sont les admirables paroles
Que comprennent seuls les élus.
Qu’adviendrait de nous, pauvres hommes,
Misérables gueux que nous sommes,
Ô fleurs si ne fleurissiez plus ?
 
Peut-être à l’instar d’un Go-èthe,
Au lieu d’être un méchant poète,
Pouche eût fait un bon jardinier ;
Mais, mon Dieu, comme sur la Terre
Tout est paradoxe et mystère,
On peut aussi bien le nier.
 
Eh ! bien, voyez la sotte histoire :
Il ne mourut pas après boire
Dans les plus aimables douleurs ;
Ce misérable petit homme
Devait, hélas ! trépasser comme...
Ophélie, en cueillant des fleurs.
 
Un jour, sur le bord d’un abîme,
Je ne sais quelle fleur sublime
Au soleil d’été rutilait.
Comme c’était la plus rebelle
Qui lui paraissait la plus belle
Toujours, c’est elle qu’il voulait.
 
Donc, pour cueillir la fleur sublime
Le voilà penché sur l’abîme
Quand son pied glissa par malheur...
... C’est ainsi que la pauvre Pouche
Au sein du mystère farouche
Exhala son âme de fleur.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

☆ ☆ ☆ ☆

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur L’аdiеu du саvаliеr (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur Sоlеil соuсhаnt (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Αndrоmèdе аu mоnstrе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Jаdis sur Lа Ρаssаntе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De Jаdis sur «Ρоurquоi pоur mоn mаlhеur еus-је l’œil si légеr ?...» (Durаnd)

De Сосhоnfuсius sur «Fоrtunе еnfin pitеusе à mоn tоurmеnt...» (Τуаrd)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе