Raoul Ponchon


La Pouche-en-fleur


 
Il était un petit bonhomme
Bien connu de Paris à Rome,
Ni pire qu’un autre ou meilleur,
Montmartrois frotté de Tartare
Et qui raclait de la guitare
On l’appelait la Pouche-en-fleur.
 
Ce nom le coiffait à merveille,
Car, outre sa gueule vermeille,
Qu’il devait, ô Vigne, à tes pleurs,
Figurez-vous que le pauvre être
Avait au point de s’en repaître
Un goût délicat pour les fleurs.
 
Il allait, levait par la vie
Sans ambition, sans envie,
N’ayant que sa chemise au cu,
Et, malgré cette pénurie,
— Remarquez cela, je vous prie —
Il était heureux, le cocu.
 
Malgré qu’il vécut dans les villes,
Emmi les discordes civiles,
Il n’en savait rien, l’innocent.
Il considérait l’existence
Comme un beau navire en partance
Vers un ciel plus intéressant.
 
Son cœur n’avait guère de place
Que pour quelques amis de race,
Ou, comme on dit, de premier choix.
S’il en eût logé mille et treize
Ils auraient été mal à l’aise,
Pensait-il, et tels des anchois.
 
Je crois qu’il priait le Dimanche
Un vieux bon Dieu à barbe blanche,
Aussi brave comme clément,
Qui plane au-dessus des nuages,
Et juge les fous et les sages
Du haut de son clair firmament.
 
Avait-il des défauts ? Sans doute,
Car il en faut coûte que coûte.
Il l’avouait sans embarras.
Sans quoi, disait-il, — sur ma fine !
La miséricorde divine
N’aurait qu’à se croiser les bras.
 
Mais comme je viens de le dire,
L’appétit tenait du délire
Qu’il manifestait pour les fleurs :
Il leur faisait des vers, des proses,
Les glorifiait en des gloses,
En phrases de toutes couleurs.
 
Ô fleurs de pourpre, ô fleurs de neige !
Leur disait-il, hélas ! Que n’ai-je
Cent mille yeux pour vous contempler,
Mille cerveaux pour vous comprendre,
Une langue d’or pour vous rendre
Hommage en un divin parler !
 
Vous vous ouvrez, et vos corolles
Sont les admirables paroles
Que comprennent seuls les élus.
Qu’adviendrait de nous, pauvres hommes,
Misérables gueux que nous sommes,
Ô fleurs si ne fleurissiez plus ?
 
Peut-être à l’instar d’un Go-èthe,
Au lieu d’être un méchant poète,
Pouche eût fait un bon jardinier ;
Mais, mon Dieu, comme sur la Terre
Tout est paradoxe et mystère,
On peut aussi bien le nier.
 
Eh ! bien, voyez la sotte histoire :
Il ne mourut pas après boire
Dans les plus aimables douleurs ;
Ce misérable petit homme
Devait, hélas ! trépasser comme...
Ophélie, en cueillant des fleurs.
 
Un jour, sur le bord d’un abîme,
Je ne sais quelle fleur sublime
Au soleil d’été rutilait.
Comme c’était la plus rebelle
Qui lui paraissait la plus belle
Toujours, c’est elle qu’il voulait.
 
Donc, pour cueillir la fleur sublime
Le voilà penché sur l’abîme
Quand son pied glissa par malheur...
... C’est ainsi que la pauvre Pouche
Au sein du mystère farouche
Exhala son âme de fleur.
 

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Klingsоr : À lа сhаndеllе

Τоulеt : «С’étаit sur un сhеmin сrауеuх...»

Lа Fоntаinе : «Αimоns, fоutоns, се sоnt plаisirs...»

Μаrоt : Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе

☆ ☆ ☆ ☆

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Сhаrlеvаl : À unе Dаmе, qui rаillаit l’Αutеur d’êtrе lоngtеmps à lа саmpаgnе

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Τоmbеаu : «Lе nоir rос соurrоuсé quе lа bisе lе rоulе...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur Βоuquеtièrе (Соppéе)

De Jаdis sur Βrumаirе (Βlémоnt)

De Jаdis sur Qu’il nе fаut pоint аimеr sаns êtrе аimé (Urfé)

De Сосhоnfuсius sur Sоngе (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εхасt pоdе sur Lа Rоsе (Αсkеrmаnn)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Саttаnео Dаniеl-Ρiеr sur Ρhèdrе (Fоurеst)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе