Raoul Ponchon


Le Banquet des maires

Lettre d’un maire à la sienne

 

(Air : Aussitôt que la lumière)


 
En ma qualité de maire
Je reviens de ce banquet :
Il ne fut pas long, ma mère,
Cependant rien n’y manquait.
On voyait sur mille tables
De quoi captiver les yeux :
Mille vins indiscutables
Mille fruits mystérieux.
 
Aussitôt mon arrivée,
On me fit asseoir d’abord
À ma place réservée,
Section X, côté Nord.
Nous avions tous des serviettes,
Des fourchettes, des couteaux,
Et des quantités d’assiettes
Dont j’ignore les totaux.
 
Au bout d’une demi-heure,
On apporte les radis,
Des radis avec du beurre,
Du beurre avec des radis.
Au garçon qui m’en propose
Je réponds : Au nom du ciel !
Qu’on m’apporte quelque chose
D’un peu plus substantiel !
 
Autour d’une table immense
Sont tous les plus gros bonnets,
Tous ceux de la présidence
Et des divers cabinets :
Députés au verbe intense,
Conseillers municipaux,
De la plus grande importance,
Car ils gardent leurs chapeaux.
 
Leurs noms, comment te les dire ?
Chacun me semble étranger,
Car ils n’aiment se produire
Que s’il s’agit de manger.
Ferry prend avec sa trompe
N’importe quels aliments
Et, sans jamais qu’il se trompe,
Se les fourre entre les dents.
 
Une chose m’interloque
Ainsi que mes compagnons :
C’est que la table où l’on floque
Mange ça que nous mangeons ;
Seul,Lozé le canicide,
Qui ne bronche devant rien,
D’une mâchoire intrépide
Dévore un râble de chien.
 
Parbleu ! ma joie est majeure :
On apporte des gigots.
Je m’écrie : À la bonne heure !
Mais où sont les haricots ?
Floquet, cette fine lame,
Les tranche, à nos yeux surpris :
Peytral demande l’entame
Et Poubelle la souris.
 
Méline, appétit malade,
Aussi maigre qu’un profil,
Réclame de la salade :
« Il ne faut que ça », dit-il.
Le ministre de la guerre
Dit : « Ces gigots sont trop cuits. »
Et Carnot, qui s’exagère,
Dit : « Je mange, donc je suis ! »
 
Ferry, dans ce réfectoire,
Se bourre comme un cocher ;
Il est tout le temps à boire,
Sans s’arrêter de manger ;
On voit que le bon apôtre,
Bravant l’indigestion,
Sait fort bien que c’est un autre
Qui paiera l’addition.
 
Un seul détail m’inquiète :
Quels sont ces bougres qui n’ont
Pour trois qu’une seule assiette ?
Un collègue me répond :
« Devant eux pose ta chique :
C’est Ranc-Joffrin-Clémenceau,
Le triangle symbolique
Sur lequel rien ne prévaut. »
 
Voici venir les fromages,
Maman, tu les sens d’ici :
Des Mont-d’Or, des sassenages,
Et des livarots aussi.
Ferry, si je ne me trompe,
De ces parfums, aussitôt,
En recueille avec sa trompe
Bien plus qu’avec un couteau.
 
Vient le coup de rince-gueule,
Chacun a l’air effaré ;
L’un dit : « Ce breuvage est veule »,
Et l’autre : « Il n’est pas sucré.»
Moi, comme toute autre chose,
Je le bois sans sourciller.
Ah ! maman, tout n’est pas rose
Dans notre fichu métier.
 
Tout à coup, sans crier gare
On apporte le café.
De la liqueur, du cigare :
Nous avons assez briffé.
Puis, on entend un silence,
C’est Floquet qui veut parler,
Oh lala ! minc’ d’éloquence !
Je n’ai plus qu’à m’en aller.
      (C’est ce que je fais.)
 
 

in Courrier de Saône-et-Loire, 19 jullet 1888

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hеrеdiа : Lе Huсhiеr dе Νаzаrеth

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «J’ассоmpаrе аu Sоlеil сеs bеаuх sоlеils d’Αmоur...»

Hаbеrt : «À l’оmbrе dеs mуrtеs vеrts...»

Μаrоt : Du соntеnt еn аmоurs

Μаrbеuf : Lе Sеin d’Αmаrаnthе

Rоnsаrd : «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...»

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Sсudérу : Lа Νуmphе еndоrmiе

Durаnt dе lа Βеrgеriе : «Βеаuх уеuх dоnt lа dоuсеur si dоuсеmеnt m’еnivrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

*** : «Μоn pèrе а fаit fаirе un étаng...»

Μilоsz : Lе Соnsоlаtеur

Сhéniеr : «Étrаngеr, се tаurеаu, qu’аu sеin dеs mеrs prоfоndеs...»

Sаint-Ρоl-Rоuх : L’Épоuvаntаil

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «Viеns, mа bеllе Flоrеllе, оù l’оmbrе nоir trеmblоtе...»

Riсtus : Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...»

Hugо : Се qui sе pаssаit аuх Fеuillаntinеs vеrs 1813

Саrсо : Vеrlаiniеn

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «J’аi сеttе nuit gоûté lеs plus dоuсеs dоuсеurs...» (Hаbеrt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Flаmbеаu vivаnt (Βаudеlаirе)

De Μо sur Sur un Μаrbrе brisé (Hеrеdiа)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt dе lа lаnguе (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Μusulmаnеs (Νоuvеаu)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρаul Sсаrrоn

De Vinсеnt sur «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...» (Riсtus)

De Сurаrе- sur Lе Sеin d’Αmаrаnthе (Μаrbеuf)

De Сurаrе- sur «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...» (Rоnsаrd)

De Jеhаn sur «Lоrsquе l’еnfаnt pаrаît...» (Hugо)

De V. Hugо sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Snоwmаn sur Βаllаdе dеs сélébrités du tеmps јаdis (Βаnvillе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе