Raoul Ponchon

La Muse au cabaret


Le Gigot


             

À Jean Loup Richepin.


Quand le gigot paraît au milieu de la table,
Fleurant l’ail, et couché sur un lit respectable
                De joyeux haricots,
L’on se sent beaucoup mieux, un charme vous pénètre,
Tout un chacun voyant son appétit renaître,
                Aiguise ses chicots.
 
On avait bien mangé mille riens-d’œuvre et autre
Mais... quel sera le rôt ?... songeait le bon apôtre
                De convive anxieux.
Bravo ! c’est un gigot ! Une servante brave
Vient d’entrer, dans ses bras portant, robuste et grave,
                Ce fardeau précieux.
 
Alors, l’amphitryon, le père de famille
Se demande, tandis que son œil le fusille :
                Sera-t-il cuit à point ?
Il l’est — n’en doutez pas, et chacun le proclame,
Dès qu’il a vu plonger une invincible lame
                Dans son doré pourpoint.
 
Son sang de tout côté ruisselle en filets roses.
Sa chair est admirable, et fait honte aux roses.
                Le plus indifférent
Des convives, muet tout à l’heure et morose,
S’épanouit, du coup, débite mainte prose,
                Devient même encombrant.
 
Il ne faut bien souvent une soupe ratée,
Pour que, dès le début, soit la verve arrêtée
                Chez les plus beaux esprits ;
Le gigot vient, voici que la gaîté s’échappe.
On rit, on cause... l’un demande l’« œil du pape »,
                Et l’autre, la « souris ».
 
L’un voudrait du « saignant», l’autre du « cuit », problème
Qui n’est pas difficile à résoudre. Un troisième
                Hésite entre les deux...
Le propre d’un gigot, cuit selon le principe,
Étant de satisfaire au goût de chaque type,
                Serait-il hasardeux.
 
Quelquefois on cause Art, Science, Politique,
La conversation prend un tour emphatique,
                Qui n’est pas sans danger...
Arrive le gigot... adieu les grandes phrases !
Chacun à son voisin dit : assez.. tu me rases !
                Parlons donc de manger.
 
 

*


 
Vous êtes, ô gigot ! le plat de résistance,
Le morceau de haut goût, la viande d’importance,
                Sur quoi rien ne prévaut.
Une côte de bœuf n’est pas pour me déplaire,
Tout de même c’est encore vous que je préfère,
                Et je le dis bien haut.
 
Votre chair est savante. En la verte prairie,
Vous ne deviez brouter que des fleurs, je parie,
                Dédaigneux des chiendents ;
Vous êtes tendre plus qu’une jeune épousée,
Gigots d’agneaux ! argile idéale, et rosée
                Qui fondez sous nos dents.
 
Lorsque vous gambadiez aux profondes vallées,
Sur les montagnes ou dans les plaines salées,
                Ignorant les bouchers,
Vous étiez des « Jésus » que la grâce décore ;
Mais vous êtes bien plus attendrissants encore
                Sur des « fayots » couchés.
 
Aussi, vous mange-t-on par pure gourmandise,
Et machinalement, comme une friandise,
                Sans mesure, sans fin,
Car, ainsi que l’a dit un docteur en Sorbonne
Vit-on jamais gigot faire mal à personne ?
                Il se mange sans faim.
 

Commentaire (s)
Déposé par V. Hugo le 10 février 2021 à 13h36




Merci pour cet hommage.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Xi’an le 25 mars 2024 à 08h07

Quand le gigot paraît au palais des véganes
     L’invité se dit : Tiens,
Ne serait-ce pas là, entre le bœuf et l’âne,
    Quelque étouffe-chrétien ?

       Mais nul massacre,
       Car cette hostie
 Est de ces viandes « vertes » qu’on consacre
    Dans les modernes sacristies !

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Gаutiеr : Quеstiоns

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Hеrеdiа : Lа Sоurсе

Jаmmеs : Ρrièrе pоur аimеr lа dоulеur

Соppéе : «С’еst vrаi, ј’аimе Ρаris d’unе аmitié mаlsаinе...»

Μаllеvillе : «Lе silеnсе régnаit sur lа tеrrе еt sur l’оndе...»

Dubоs : À Frоntоn : «Τоi qui, саpitаinе, оrаtеur...»

Lаmаrtinе : L’Αutоmnе

Βаudеlаirе : Μаdеmоisеllе Βistоuri

Ρаrnу : «D’un lоng sоmmеil, ј’аi gоûté lа dоuсеur...»

☆ ☆ ☆ ☆

Hаrаuсоurt : Αu tеmps dеs féеs

Сrоs : Lе Βut

Ρеllissоn-Fоntаniеr : «L’ехеmplе dе Gоdеаu...»

Αpоllinаirе : Lе Suiсidé

Νоuvеаu : Hуmnе

Αpоllinаirе : «Lе сhеmin qui mènе аuх étоilеs...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Vоltаirе : «Si vоus vоulеz quе ј’аimе еnсоrе...»

Du Βеllау : «Τhiаrd, qui аs сhаngé еn plus grаvе éсriturе...»

Εlskаmp : «À présеnt с’еst lа nuit qui tоmbе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Μа Dаmе, је mе mеurs аbаndоnné d’еspоir...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Sur un mаi (Ρаssеrаt)

De Сосhоnfuсius sur Lа Sоurсе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе