Raoul Ponchon

La Muse au cabaret


Le Gigot


             

À Jean Loup Richepin.


Quand le gigot paraît au milieu de la table,
Fleurant l’ail, et couché sur un lit respectable
                De joyeux haricots,
L’on se sent beaucoup mieux, un charme vous pénètre,
Tout un chacun voyant son appétit renaître,
                Aiguise ses chicots.
 
On avait bien mangé mille riens-d’œuvre et autre
Mais... quel sera le rôt ?... songeait le bon apôtre
                De convive anxieux.
Bravo ! c’est un gigot ! Une servante brave
Vient d’entrer, dans ses bras portant, robuste et grave,
                Ce fardeau précieux.
 
Alors, l’amphitryon, le père de famille
Se demande, tandis que son œil le fusille :
                Sera-t-il cuit à point ?
Il l’est — n’en doutez pas, et chacun le proclame,
Dès qu’il a vu plonger une invincible lame
                Dans son doré pourpoint.
 
Son sang de tout côté ruisselle en filets roses.
Sa chair est admirable, et fait honte aux roses.
                Le plus indifférent
Des convives, muet tout à l’heure et morose,
S’épanouit, du coup, débite mainte prose,
                Devient même encombrant.
 
Il ne faut bien souvent une soupe ratée,
Pour que, dès le début, soit la verve arrêtée
                Chez les plus beaux esprits ;
Le gigot vient, voici que la gaîté s’échappe.
On rit, on cause... l’un demande l’« œil du pape »,
                Et l’autre, la « souris ».
 
L’un voudrait du « saignant», l’autre du « cuit », problème
Qui n’est pas difficile à résoudre. Un troisième
                Hésite entre les deux...
Le propre d’un gigot, cuit selon le principe,
Étant de satisfaire au goût de chaque type,
                Serait-il hasardeux.
 
Quelquefois on cause Art, Science, Politique,
La conversation prend un tour emphatique,
                Qui n’est pas sans danger...
Arrive le gigot... adieu les grandes phrases !
Chacun à son voisin dit : assez.. tu me rases !
                Parlons donc de manger.
 
 

*


 
Vous êtes, ô gigot ! le plat de résistance,
Le morceau de haut goût, la viande d’importance,
                Sur quoi rien ne prévaut.
Une côte de bœuf n’est pas pour me déplaire,
Tout de même c’est encore vous que je préfère,
                Et je le dis bien haut.
 
Votre chair est savante. En la verte prairie,
Vous ne deviez brouter que des fleurs, je parie,
                Dédaigneux des chiendents ;
Vous êtes tendre plus qu’une jeune épousée,
Gigots d’agneaux ! argile idéale, et rosée
                Qui fondez sous nos dents.
 
Lorsque vous gambadiez aux profondes vallées,
Sur les montagnes ou dans les plaines salées,
                Ignorant les bouchers,
Vous étiez des « Jésus » que la grâce décore ;
Mais vous êtes bien plus attendrissants encore
                Sur des « fayots » couchés.
 
Aussi, vous mange-t-on par pure gourmandise,
Et machinalement, comme une friandise,
                Sans mesure, sans fin,
Car, ainsi que l’a dit un docteur en Sorbonne
Vit-on jamais gigot faire mal à personne ?
                Il se mange sans faim.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : L’Hеurе frоidе

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Rimbаud : Οphéliе

Vеrlаinе : Νеvеrmоrе : «Sоuvеnir, sоuvеnir, quе mе vеuх-tu ?...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

Αpоllinаirе : Lа Lоrеlеу

Lаhоr : Саlmе dеs plаntеs

Μussеt : Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...»

Βаudеlаirе : Rесuеillеmеnt

Μilоsz : Lа Τаvеrnе du pоrt

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Αquаrеllе еn сinq minutеs

Ρizаn : «Jе nе sаis соmmеnt је durе...»

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Τеlliеr : Сhаnsоn sur un thèmе сhinоis

Dеlаruе-Μаrdrus : Énеrvеmеnts

Dеlаruе-Μаrdrus : Соmpаrаisоns

Соrbièrе : Hеurеs

Βоumаl : «Νе rоuvrе pаs се livrе, il fаit mаl. Ιl rеssеmblе...»

Hаrаuсоurt : Ρlеinе еаu

Βiсhеt : Quаnd lа nuit sоrtirа

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lаssitudе (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur Ρаsiphаé (Βаnvillе)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе сеs аssаssins fеignеnt d’аvоir grаnd sоin...» (Lа Сеppèdе)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе