Raoul Ponchon

La Muse au cabaret


Le Gigot


             

À Jean Loup Richepin.


Quand le gigot paraît au milieu de la table,
Fleurant l’ail, et couché sur un lit respectable
                De joyeux haricots,
L’on se sent beaucoup mieux, un charme vous pénètre,
Tout un chacun voyant son appétit renaître,
                Aiguise ses chicots.
 
On avait bien mangé mille riens-d’œuvre et autre
Mais... quel sera le rôt ?... songeait le bon apôtre
                De convive anxieux.
Bravo ! c’est un gigot ! Une servante brave
Vient d’entrer, dans ses bras portant, robuste et grave,
                Ce fardeau précieux.
 
Alors, l’amphitryon, le père de famille
Se demande, tandis que son œil le fusille :
                Sera-t-il cuit à point ?
Il l’est — n’en doutez pas, et chacun le proclame,
Dès qu’il a vu plonger une invincible lame
                Dans son doré pourpoint.
 
Son sang de tout côté ruisselle en filets roses.
Sa chair est admirable, et fait honte aux roses.
                Le plus indifférent
Des convives, muet tout à l’heure et morose,
S’épanouit, du coup, débite mainte prose,
                Devient même encombrant.
 
Il ne faut bien souvent une soupe ratée,
Pour que, dès le début, soit la verve arrêtée
                Chez les plus beaux esprits ;
Le gigot vient, voici que la gaîté s’échappe.
On rit, on cause... l’un demande l’« œil du pape »,
                Et l’autre, la « souris ».
 
L’un voudrait du « saignant», l’autre du « cuit », problème
Qui n’est pas difficile à résoudre. Un troisième
                Hésite entre les deux...
Le propre d’un gigot, cuit selon le principe,
Étant de satisfaire au goût de chaque type,
                Serait-il hasardeux.
 
Quelquefois on cause Art, Science, Politique,
La conversation prend un tour emphatique,
                Qui n’est pas sans danger...
Arrive le gigot... adieu les grandes phrases !
Chacun à son voisin dit : assez.. tu me rases !
                Parlons donc de manger.
 
 

*


 
Vous êtes, ô gigot ! le plat de résistance,
Le morceau de haut goût, la viande d’importance,
                Sur quoi rien ne prévaut.
Une côte de bœuf n’est pas pour me déplaire,
Tout de même c’est encore vous que je préfère,
                Et je le dis bien haut.
 
Votre chair est savante. En la verte prairie,
Vous ne deviez brouter que des fleurs, je parie,
                Dédaigneux des chiendents ;
Vous êtes tendre plus qu’une jeune épousée,
Gigots d’agneaux ! argile idéale, et rosée
                Qui fondez sous nos dents.
 
Lorsque vous gambadiez aux profondes vallées,
Sur les montagnes ou dans les plaines salées,
                Ignorant les bouchers,
Vous étiez des « Jésus » que la grâce décore ;
Mais vous êtes bien plus attendrissants encore
                Sur des « fayots » couchés.
 
Aussi, vous mange-t-on par pure gourmandise,
Et machinalement, comme une friandise,
                Sans mesure, sans fin,
Car, ainsi que l’a dit un docteur en Sorbonne
Vit-on jamais gigot faire mal à personne ?
                Il se mange sans faim.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrhаеrеn : Lеs Ρоrсs

Vеrhаеrеn : Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...»

Dеrèmе : «Μоn Diеu, mаdаmе, il fаut nоus соnsоlеr...»

Fаbié : Sаvоir viеillir

Sоulаrу : L’Αnсоliе

Sаmаin : Sоir : «С’еst un sоir tеndrе соmmе un visаgе dе fеmmе...»

Rоdеnbасh : Sеs уеuх

Βаudеlаirе : Βrumеs еt Ρluiеs

Vаn Lеrbеrghе : «С’еst lе prеmiеr mаtin du mоndе...»

Сhаrlеs Vаn Lеrbеrghе

☆ ☆ ☆ ☆

Αubigné : Ρrièrе du sоir

Μоréаs : «Été, tоus lеs plаisirs...»

Viviеn : Lа Ρlеurеusе

Sоulаrу : Sоnnеt dе Déсеmbrе

Sсudérу : L’Hivеr

Dеrèmе : «J’аvаis tоuјоurs rêvé d’étеrnеllеs аmоurs...»

Rоdеnbасh : Lе Sоir dаns lеs vitrеs

Rоdеnbасh : «Lа lunе dаns lе сiеl nосturnе s’étаlаit...»

Fоurеst : Histоirе (lаmеntаblе еt véridiquе) d’un pоètе subјесtif еt inédit

Lаbé : «Ρоur lе rеtоur du Sоlеil hоnоrеr...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Unе prоmеnаdе аu Jаrdin dеs Ρlаntеs (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur À unе mуstériеusе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Vеrs dоrés (Νеrvаl)

De Lа fоuinе sur «J’аimе lа sоlitudе еt mе rеnds sоlitаirе...» (Νеrvèzе)

De ΙsisΜusе sur Соuplеs prédеstinés (Νоuvеаu)

De Lа fоuinе sur Ρâlе sоlеil d’hivеr (Lаfоrguе)

De piсh24 sur Μуrthо (Νеrvаl)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Unе flеur pаssаgèrе, unе vаinе pеinturе...» (Gоmbаud)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Sеnsаtiоn (Rimbаud)

De piсh24 sur Lе Gоût dеs lаrmеs (Rоllinаt)

De Gоrdеаuх sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Сhristiаn sur «Quiсоnquе, mоn Βаillеul, fаit lоnguеmеnt séјоur...» (Du Βеllау)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur L’Εссlésiаstе (Lесоntе dе Lislе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе