Raoul Ponchon

in La Presse, 30 juillet 1888


Le Pochard du Pont de la Concorde


 

(Air du Pochard du Pont-Neuf.)


 
Tu peux dir’ que t’en as un’ veine
De m’rencontrer juste un sam’di ;
J’viens à c’t’heur’ de toucher ma s’maine
J’te paye un titre, ça t’va-t-i ?
T’as la figur’ tout’ retournée,.
Floffo, t’as perdu quéqu’ parent ?
Ou t’es fatigué d’ ta journée ?...
Lâch’ donc ton fauteuil, eh, feignant !
 
Mais, t’as pas bien l’air de me r’mettre...
C’est toi, c’est moi, n’y a pas d’erreur ;
J’ai pourtant pas grandi d’un mètre,
Ou si c’est qu’ tu fais ton emp’reur ;
Tu sais, un homme en vaut un autre ;
T’étais moins fier auparavant.
Tant pis pour toi... tiens, à la nôtre !
Lach’ donc ton fauteuil, eh, feignant !
 
Tu t’rappell’ pas la ru’ Racine
Quand nous faisions tous deux not’ droit ;
Moi j’l’ai lâché comme un’ méd’cine.
Pour le jaspin j’suis pas adroit.
J’m’ai donc mis à chercher d’l’ouvrage,
Je préfèr’ vivre en travaillant ;
Fais comm’ moi, si t’as du courage...
Lâch’ donc ton fauteuil, eh, feignant !
 
T’étais jadis un pur, un rouge ;
Tu disais : « Quand j’s’rai au pouvoir,
Nom d’un pétard ! faudra qu’ça bouge :
Les réformes, j’les f’rai pleuvoir. »
Alors nous autr’ qu’est imbécile,
Jusqu’au jour que c’est autrement,
Nous t’avons cru un homme habile :
Lâch’ donc ton fauteuil, eh, feignant !
 
Te v’là donc député, ministre,
Y a pas, c’est un’ bell’ position ;
Mais t’es plus roug’, t’es bleu, t’es bistre.
Eh bien, et c’te p’tit’ revision ?...
— T’as beau m’ regarder comme un’ bique. — 
Ah çà, voyons, mon président,
Est-c’ que tu t’ fous d’ la République ?...
Lâch’ donc ton fauteuil, eh, feignant !
 
Tu sais, l’ Général, c’est mon homme,
Et malgré tous tes avocats
Tu verras qu’ l’élection d’la Somme
Ça t’coup’ra la gueule à quinz’ pas.
T’ as cru l’assommer dans l’Ardèche,
Va, c’est toi, mauvais négociant,
Qui m’as l’air le plus dans la dèche.
Lâch’ donc ton fauteuil, eh, feignant !
 
Je n’sais pas, mais j’crois qu’ ta fortune
Vient de pousser son dernier cri
Du moment qu’à c’t’ heur’ t’opportune’
Tu tir’ les marrons pour Ferry.
Tu n’vois donc pas son pif d’une aune
Qui renifle ton fourniment ?
Ben vrai, tu m’fais... aller su’ l’trône.
Lâch’ donc ton fauteuil, eh, feignant !
 
Réponds-moi donc, t’es comme un’ moule...
Toi qu’étais un si beau parleur...
C’est moi qui régal’... tu m’désoûle’ :
J’veux pas de ton argent d’malheur...
Allons, à ta santé, mon prince...
Et puis, à c’t été, pas avant.
Si tu veux que j’te serr’ la pince,
Lâch’-moi ton fauteuil, eh, feignant !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vоiturе : «Μа fоi, с’еst fаit...»

Τоulеt : Сhеvаuх dе bоis.

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Μénаrd : Βlаnсhе

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Μаrtinеt : Τu vаs tе bаttrе...

Jаmmеs : Ιl vа nеigеr

Τristаn L’Hеrmitе : Ρоlуphèmе еn furiе

Vеrlаinе : «Μêmе quаnd tu nе bаndеs pаs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Αfin qu’à tоut јаmаis dе sièсlе еn sièсlе vivе...»

Lаfоrguе : L’Îlе

Frаnс-Νоhаin : Ρауsаgе dе nеigе

Frаnс-Νоhаin : Βеrсеusе оbsсènе

Βruаnt : Сrânеusе

Fоurеst : Αndrоmаquе

Αpоllinаirе : Lа Νuit d’аvril 1915

Lоuÿs : Αmbitiоn

Μénаrd : Τhébаïdе

Соppéе : Sоnnеt dit pаr l’аutеur аu 3е bаnquеt dе Lа Ρlumе

Cоmmеntaires récеnts

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rhin (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Τhébаïdе (Μénаrd)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De Сurаrе- sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе