Raoul Ponchon

in La Presse, 30 juillet 1888


Le Pochard du Pont de la Concorde


 

(Air du Pochard du Pont-Neuf.)


 
Tu peux dir’ que t’en as un’ veine
De m’rencontrer juste un sam’di ;
J’viens à c’t’heur’ de toucher ma s’maine
J’te paye un titre, ça t’va-t-i ?
T’as la figur’ tout’ retournée,.
Floffo, t’as perdu quéqu’ parent ?
Ou t’es fatigué d’ ta journée ?...
Lâch’ donc ton fauteuil, eh, feignant !
 
Mais, t’as pas bien l’air de me r’mettre...
C’est toi, c’est moi, n’y a pas d’erreur ;
J’ai pourtant pas grandi d’un mètre,
Ou si c’est qu’ tu fais ton emp’reur ;
Tu sais, un homme en vaut un autre ;
T’étais moins fier auparavant.
Tant pis pour toi... tiens, à la nôtre !
Lach’ donc ton fauteuil, eh, feignant !
 
Tu t’rappell’ pas la ru’ Racine
Quand nous faisions tous deux not’ droit ;
Moi j’l’ai lâché comme un’ méd’cine.
Pour le jaspin j’suis pas adroit.
J’m’ai donc mis à chercher d’l’ouvrage,
Je préfèr’ vivre en travaillant ;
Fais comm’ moi, si t’as du courage...
Lâch’ donc ton fauteuil, eh, feignant !
 
T’étais jadis un pur, un rouge ;
Tu disais : « Quand j’s’rai au pouvoir,
Nom d’un pétard ! faudra qu’ça bouge :
Les réformes, j’les f’rai pleuvoir. »
Alors nous autr’ qu’est imbécile,
Jusqu’au jour que c’est autrement,
Nous t’avons cru un homme habile :
Lâch’ donc ton fauteuil, eh, feignant !
 
Te v’là donc député, ministre,
Y a pas, c’est un’ bell’ position ;
Mais t’es plus roug’, t’es bleu, t’es bistre.
Eh bien, et c’te p’tit’ revision ?...
— T’as beau m’ regarder comme un’ bique. — 
Ah çà, voyons, mon président,
Est-c’ que tu t’ fous d’ la République ?...
Lâch’ donc ton fauteuil, eh, feignant !
 
Tu sais, l’ Général, c’est mon homme,
Et malgré tous tes avocats
Tu verras qu’ l’élection d’la Somme
Ça t’coup’ra la gueule à quinz’ pas.
T’ as cru l’assommer dans l’Ardèche,
Va, c’est toi, mauvais négociant,
Qui m’as l’air le plus dans la dèche.
Lâch’ donc ton fauteuil, eh, feignant !
 
Je n’sais pas, mais j’crois qu’ ta fortune
Vient de pousser son dernier cri
Du moment qu’à c’t’ heur’ t’opportune’
Tu tir’ les marrons pour Ferry.
Tu n’vois donc pas son pif d’une aune
Qui renifle ton fourniment ?
Ben vrai, tu m’fais... aller su’ l’trône.
Lâch’ donc ton fauteuil, eh, feignant !
 
Réponds-moi donc, t’es comme un’ moule...
Toi qu’étais un si beau parleur...
C’est moi qui régal’... tu m’désoûle’ :
J’veux pas de ton argent d’malheur...
Allons, à ta santé, mon prince...
Et puis, à c’t été, pas avant.
Si tu veux que j’te serr’ la pince,
Lâch’-moi ton fauteuil, eh, feignant !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Viviеn : Sоnnеt à unе Εnfаnt

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Νуmphéе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Αu Μêmе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Ρоurrièrеs (Νоuvеаu)

De Vinсеnt sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Vinсеnt sur «Si vоus vоуiеz mоn сœur аinsi quе mоn visаgе...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе