Raoul Ponchon


Le Pochard du Pont de la Concorde


 

(Air du Pochard du Pont-Neuf.)


 
Tu peux dir’ que t’en as un’ veine
De m’rencontrer juste un sam’di ;
J’viens à c’t’heur’ de toucher ma s’maine
J’te paye un titre, ça t’va-t-i ?
T’as la figur’ tout’ retournée,.
Floffo, t’as perdu quéqu’ parent ?
Ou t’es fatigué d’ ta journée ?...
Lâch’ donc ton fauteuil, eh, feignant !
 
Mais, t’as pas bien l’air de me r’mettre...
C’est toi, c’est moi, n’y a pas d’erreur ;
J’ai pourtant pas grandi d’un mètre,
Ou si c’est qu’ tu fais ton emp’reur ;
Tu sais, un homme en vaut un autre ;
T’étais moins fier auparavant.
Tant pis pour toi... tiens, à la nôtre !
Lach’ donc ton fauteuil, eh, feignant !
 
Tu t’rappell’ pas la ru’ Racine
Quand nous faisions tous deux not’ droit ;
Moi j’l’ai lâché comme un’ méd’cine.
Pour le jaspin j’suis pas adroit.
J’m’ai donc mis à chercher d’l’ouvrage,
Je préfèr’ vivre en travaillant ;
Fais comm’ moi, si t’as du courage...
Lâch’ donc ton fauteuil, eh, feignant !
 
T’étais jadis un pur, un rouge ;
Tu disais : « Quand j’s’rai au pouvoir,
Nom d’un pétard ! faudra qu’ça bouge :
Les réformes, j’les f’rai pleuvoir. »
Alors nous autr’ qu’est imbécile,
Jusqu’au jour que c’est autrement,
Nous t’avons cru un homme habile :
Lâch’ donc ton fauteuil, eh, feignant !
 
Te v’là donc député, ministre,
Y a pas, c’est un’ bell’ position ;
Mais t’es plus roug’, t’es bleu, t’es bistre.
Eh bien, et c’te p’tit’ revision ?...
— T’as beau m’ regarder comme un’ bique. — 
Ah çà, voyons, mon président,
Est-c’ que tu t’ fous d’ la République ?...
Lâch’ donc ton fauteuil, eh, feignant !
 
Tu sais, l’ Général, c’est mon homme,
Et malgré tous tes avocats
Tu verras qu’ l’élection d’la Somme
Ça t’coup’ra la gueule à quinz’ pas.
T’ as cru l’assommer dans l’Ardèche,
Va, c’est toi, mauvais négociant,
Qui m’as l’air le plus dans la dèche.
Lâch’ donc ton fauteuil, eh, feignant !
 
Je n’sais pas, mais j’crois qu’ ta fortune
Vient de pousser son dernier cri
Du moment qu’à c’t’ heur’ t’opportune’
Tu tir’ les marrons pour Ferry.
Tu n’vois donc pas son pif d’une aune
Qui renifle ton fourniment ?
Ben vrai, tu m’fais... aller su’ l’trône.
Lâch’ donc ton fauteuil, eh, feignant !
 
Réponds-moi donc, t’es comme un’ moule...
Toi qu’étais un si beau parleur...
C’est moi qui régal’... tu m’désoûle’ :
J’veux pas de ton argent d’malheur...
Allons, à ta santé, mon prince...
Et puis, à c’t été, pas avant.
Si tu veux que j’te serr’ la pince,
Lâch’-moi ton fauteuil, eh, feignant !
 

in La Presse, 30 juillet 1888

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «J’ассоmpаrе аu Sоlеil сеs bеаuх sоlеils d’Αmоur...»

Hаbеrt : «À l’оmbrе dеs mуrtеs vеrts...»

Μаrоt : Du соntеnt еn аmоurs

Μаrbеuf : Lе Sеin d’Αmаrаnthе

Rоnsаrd : «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...»

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Sсudérу : Lа Νуmphе еndоrmiе

Durаnt dе lа Βеrgеriе : «Βеаuх уеuх dоnt lа dоuсеur si dоuсеmеnt m’еnivrе...»

Durаnt dе lа Βеrgеriе : Сhаnsоn : «Rоsinе, si tоn âmе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Сhéniеr : «Étrаngеr, се tаurеаu, qu’аu sеin dеs mеrs prоfоndеs...»

Sаint-Ρоl-Rоuх : L’Épоuvаntаil

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «Viеns, mа bеllе Flоrеllе, оù l’оmbrе nоir trеmblоtе...»

Riсtus : Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...»

Hugо : Се qui sе pаssаit аuх Fеuillаntinеs vеrs 1813

Саrсо : Vеrlаiniеn

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Silvеstrе : Sur un аlbum

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Cоmmеntaires récеnts

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt dе lа lаnguе (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Μusulmаnеs (Νоuvеаu)

De Сurаrе- sur Sur un Μаrbrе brisé (Hеrеdiа)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρаul Sсаrrоn

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Sur lеs bоis оubliés quаnd pаssе l’hivеr sоmbrе...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...» (Riсtus)

De Сurаrе- sur Lе Sеin d’Αmаrаnthе (Μаrbеuf)

De Jеhаn sur «Lоrsquе l’еnfаnt pаrаît...» (Hugо)

De V. Hugо sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Snоwmаn sur Βаllаdе dеs сélébrités du tеmps јаdis (Βаnvillе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе