Raoul Ponchon

La Muse au cabaret


Les Femmes et le Printemps


 
Il paraîtrait que le Printemps,
      Si l’on en croit l’Histoire,
Était jadis des plus constants,
      Fatal, obligatoire.
 
C’était un héros gracieux,
      Chanté par nos grands-pères,
Et sous ses pas délicieux
      Naissaient les primevères.
 
Il arrivait, disant : « C’est moi ! »
      Peu après le carême.
Et l’on sentait à quelque émoi
      Qu’il était bien lui-même.
 
Les cœurs ainsi que les pavés
      Sautaient comme des chèvres...
Et puis, des roses, vous savez,
      Jaillissaient de ses lèvres.
 
Il vous berçait, vous dorlotait ;
      Il vous rendait ben aise.
Ah ! le cher Printemps que c’était
      Sous le roi Louis Seize !
 
« Qui n’a – Talleyrand me disait –
      Vécu sous ce règne ivre,
Ne peut pas savoir ce que c’est
      Que la douceur de vivre. »
 
Aujourd’hui, voyez mon cochon.
      C’est un affreux bonhomme,
Plus sale et puant qu’un torchon,
      Tout Printemps qu’il se nomme.
 
Ce ne sont plus que des crapauds
      Qui sortent de sa bouche ;
Sa voix, qui vous faisait, dispos,
      Tressaillir sur la couche,
 
N’est plus bonne à rien qu’à glapir
      Le résultat des curses ;
Et, quand vous l’entendez sévir,
      Croyez qu’il vous précurse
 
Des pestes et des choléras,
      Des tremblements de terre,
Sans compter les et cæteras
      D’huissier... d’apothicaire...
 
Allons, messieurs, puisqu’aussi bien
      Ces heures sont infâmes,
Et puisque nous n’y pouvons rien,
      Allons donc voir les femmes.
 
Les temps sont noirs ? Que fait cela ?
      Les chères créatures
N’entrent pas dans ces détails-là,
      Dans cette climature.
 
Malgré cette absurde saison,
      Malgré les cieux rebelles,
Elles sont, sans comparaison,
      Mille et trois fois plus belles.
 
Elles ont même, en vérité,
      – Dis-je une chose énorme ? –
Non seulement plus de beauté,
      Mais aussi plus de « forme ».
 
Il faut qu’à chaque renouveau,
      Et quelque temps qu’il fasse,
Cette pure image du Beau
      Augmente encore en grâce.
 
C’est là le miracle profond,
      La loi mystérieuse
Qu’il nous faut adorer du fond
      De notre âme pieuse...
 
Maintenant, jeunes entêtés,
      Avec vos temps de truies,
Qu’est-ce que vous nous embêtez ?...
      Prenez vos parapluies.
 
Qu’importent nos cieux dégoûtants,
      Chères femmes ! nos boues...
Si l’on respire le Printemps
      Aux roses de vos joues ?
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Οn nе mе vеrrа pаs, à mоn hеurе dеrnièrе...»

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vоiturе : «Μа fоi, с’еst fаit...»

Τоulеt : Сhеvаuх dе bоis.

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Μénаrd : Βlаnсhе

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Μаrtinеt : Τu vаs tе bаttrе...

Jаmmеs : Ιl vа nеigеr

Τristаn L’Hеrmitе : Ρоlуphèmе еn furiе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Αfin qu’à tоut јаmаis dе sièсlе еn sièсlе vivе...»

Lаfоrguе : L’Îlе

Frаnс-Νоhаin : Ρауsаgе dе nеigе

Frаnс-Νоhаin : Βеrсеusе оbsсènе

Βruаnt : Сrânеusе

Fоurеst : Αndrоmаquе

Αpоllinаirе : Lа Νuit d’аvril 1915

Lоuÿs : Αmbitiоn

Μénаrd : Τhébаïdе

Соppéе : Sоnnеt dit pаr l’аutеur аu 3е bаnquеt dе Lа Ρlumе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Αfin qu’à tоut јаmаis dе sièсlе еn sièсlе vivе...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rhin (Μussеt)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De Сurаrе- sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе