Raoul Ponchon

La Muse au cabaret


Les Femmes et le Printemps


 
Il paraîtrait que le Printemps,
      Si l’on en croit l’Histoire,
Était jadis des plus constants,
      Fatal, obligatoire.
 
C’était un héros gracieux,
      Chanté par nos grands-pères,
Et sous ses pas délicieux
      Naissaient les primevères.
 
Il arrivait, disant : « C’est moi ! »
      Peu après le carême.
Et l’on sentait à quelque émoi
      Qu’il était bien lui-même.
 
Les cœurs ainsi que les pavés
      Sautaient comme des chèvres...
Et puis, des roses, vous savez,
      Jaillissaient de ses lèvres.
 
Il vous berçait, vous dorlotait ;
      Il vous rendait ben aise.
Ah ! le cher Printemps que c’était
      Sous le roi Louis Seize !
 
« Qui n’a – Talleyrand me disait –
      Vécu sous ce règne ivre,
Ne peut pas savoir ce que c’est
      Que la douceur de vivre. »
 
Aujourd’hui, voyez mon cochon.
      C’est un affreux bonhomme,
Plus sale et puant qu’un torchon,
      Tout Printemps qu’il se nomme.
 
Ce ne sont plus que des crapauds
      Qui sortent de sa bouche ;
Sa voix, qui vous faisait, dispos,
      Tressaillir sur la couche,
 
N’est plus bonne à rien qu’à glapir
      Le résultat des curses ;
Et, quand vous l’entendez sévir,
      Croyez qu’il vous précurse
 
Des pestes et des choléras,
      Des tremblements de terre,
Sans compter les et cæteras
      D’huissier... d’apothicaire...
 
Allons, messieurs, puisqu’aussi bien
      Ces heures sont infâmes,
Et puisque nous n’y pouvons rien,
      Allons donc voir les femmes.
 
Les temps sont noirs ? Que fait cela ?
      Les chères créatures
N’entrent pas dans ces détails-là,
      Dans cette climature.
 
Malgré cette absurde saison,
      Malgré les cieux rebelles,
Elles sont, sans comparaison,
      Mille et trois fois plus belles.
 
Elles ont même, en vérité,
      – Dis-je une chose énorme ? –
Non seulement plus de beauté,
      Mais aussi plus de « forme ».
 
Il faut qu’à chaque renouveau,
      Et quelque temps qu’il fasse,
Cette pure image du Beau
      Augmente encore en grâce.
 
C’est là le miracle profond,
      La loi mystérieuse
Qu’il nous faut adorer du fond
      De notre âme pieuse...
 
Maintenant, jeunes entêtés,
      Avec vos temps de truies,
Qu’est-ce que vous nous embêtez ?...
      Prenez vos parapluies.
 
Qu’importent nos cieux dégoûtants,
      Chères femmes ! nos boues...
Si l’on respire le Printemps
      Aux roses de vos joues ?
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

Villоn : Βаllаdе [dеs prоvеrbеs]

Rоllinаt : Lеs Αgоniеs lеntеs

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Τоut pаssе pаr lеurs mаins...» (Grévin)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Jаdis sur «Jе sеns dеdаns mоn âmе unе guеrrе сivilе...» (Spоndе)

De Сосhоnfuсius sur «Jе соntеmplаis un јоur lе dоrmаnt dе се flеuvе...» (Spоndе)

De Jаdis sur Ρréludе à l’еlkоvаn (Grеniеr)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Jаdis sur (Μоntеsquiоu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Сurаrе- sur «Νi lа furеur dе lа flаmmе еnrаgéе...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

De Μаgélаnt sur Αiguillеs dе саdrаn (Sаint-Ρоl-Rоuх)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе