Raoul Ponchon

La Muse au cabaret


Les Femmes et le Printemps


 
Il paraîtrait que le Printemps,
      Si l’on en croit l’Histoire,
Était jadis des plus constants,
      Fatal, obligatoire.
 
C’était un héros gracieux,
      Chanté par nos grands-pères,
Et sous ses pas délicieux
      Naissaient les primevères.
 
Il arrivait, disant : « C’est moi ! »
      Peu après le carême.
Et l’on sentait à quelque émoi
      Qu’il était bien lui-même.
 
Les cœurs ainsi que les pavés
      Sautaient comme des chèvres...
Et puis, des roses, vous savez,
      Jaillissaient de ses lèvres.
 
Il vous berçait, vous dorlotait ;
      Il vous rendait ben aise.
Ah ! le cher Printemps que c’était
      Sous le roi Louis Seize !
 
« Qui n’a – Talleyrand me disait –
      Vécu sous ce règne ivre,
Ne peut pas savoir ce que c’est
      Que la douceur de vivre. »
 
Aujourd’hui, voyez mon cochon.
      C’est un affreux bonhomme,
Plus sale et puant qu’un torchon,
      Tout Printemps qu’il se nomme.
 
Ce ne sont plus que des crapauds
      Qui sortent de sa bouche ;
Sa voix, qui vous faisait, dispos,
      Tressaillir sur la couche,
 
N’est plus bonne à rien qu’à glapir
      Le résultat des curses ;
Et, quand vous l’entendez sévir,
      Croyez qu’il vous précurse
 
Des pestes et des choléras,
      Des tremblements de terre,
Sans compter les et cæteras
      D’huissier... d’apothicaire...
 
Allons, messieurs, puisqu’aussi bien
      Ces heures sont infâmes,
Et puisque nous n’y pouvons rien,
      Allons donc voir les femmes.
 
Les temps sont noirs ? Que fait cela ?
      Les chères créatures
N’entrent pas dans ces détails-là,
      Dans cette climature.
 
Malgré cette absurde saison,
      Malgré les cieux rebelles,
Elles sont, sans comparaison,
      Mille et trois fois plus belles.
 
Elles ont même, en vérité,
      – Dis-je une chose énorme ? –
Non seulement plus de beauté,
      Mais aussi plus de « forme ».
 
Il faut qu’à chaque renouveau,
      Et quelque temps qu’il fasse,
Cette pure image du Beau
      Augmente encore en grâce.
 
C’est là le miracle profond,
      La loi mystérieuse
Qu’il nous faut adorer du fond
      De notre âme pieuse...
 
Maintenant, jeunes entêtés,
      Avec vos temps de truies,
Qu’est-ce que vous nous embêtez ?...
      Prenez vos parapluies.
 
Qu’importent nos cieux dégoûtants,
      Chères femmes ! nos boues...
Si l’on respire le Printemps
      Aux roses de vos joues ?
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sаtiе : Lе Gоlf

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Siеfеrt : Vivеrе mеmеntо

Diеrх : Lеs Νuаgеs

Diеrх : Lа Ρrisоn

Gérаrd : Lа Rоndе dеs mоis

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lе rirе сlаir, l’âmе sаns rеprосhе...»

Régniеr : Lе Μаrаudеur

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Riсhеpin : Sоnnеt mоdеrnе

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lа Соlоmbе pоignаrdéе

☆ ☆ ☆ ☆

Riсtus : L’Hivеr

Viеlé-Griffin : «Jе сhаntе hаut pоur m’еntеndrе...»

Rоllinаt : «С’еst vrаi quе dаns lа ruе еllе impоsе à сhасun...»

Diеrх : Εn сhеmin

Vеrlаinе : Rеdditiоn

Régniеr : Élégiе

Riсhеpin : «Quе tа mаîtrеssе sоit оu blоndе, оu rоussе, оu brunе...»

Sаmаin : Εrmiоnе

Lеfèvrе-Dеumiеr : L’Étinсеllе élесtriquе

Μilоsz : À l’Αmоur

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе сhеrсhе pаiх, еt nе trоuvе quе guеrrе...» (Μаgnу)

De Сосhоnfuсius sur Épigrаmmе : «Grâсе à се Соmtе libérаl...» (Viаu)

De Сосhоnfuсius sur «Βаïf, qui, соmmе mоi, prоuvеs l’аdvеrsité...» (Du Βеllау)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Μоn Βisаïеul (Βеrtrаnd)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Vоуеllеs (Rimbаud)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Lа Viе аntériеurе (Βаudеlаirе)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Βаllаdе [dеs dаmеs du tеmps јаdis] (Villоn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De lасоtе sur Lа nеigе еst bеllе (Riсhеpin)

De Vinсеnt sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si је pоuvаis pоrtеr dеdаns lе sеin, Μаdаmе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Lа vоiх qui rеtеntit dе l’un à l’аutrе Ρôlе...» (Gоmbаud)

De Ρhèdrе sur «Се mirоir оù сhасun соntеmplе sа figurе...» (Μаllеvillе)

De Kеinеr sur «Βоnnе аnnéе à tоutеs lеs сhоsеs...» (Gérаrd)

De Αnnа ΑKHΜΑΤΟVΑ sur «J’еrrаis еn mоn јаrdin, quаnd аu bоut d’unе аlléе...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Rilkе Rаinеr Μаriа sur J’éсris (Νоаillеs)

De Сurаrе- sur Épitаphе d’un сhаt (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «D’un sоmmеil plus trаnquillе à mеs Αmоurs rêvаnt...» (Viаu)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Lе mаl еst grаnd, lе rеmèdе еst si brеf...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе