Raoul Ponchon

La Muse au cabaret


Les Femmes et le Printemps


 
Il paraîtrait que le Printemps,
      Si l’on en croit l’Histoire,
Était jadis des plus constants,
      Fatal, obligatoire.
 
C’était un héros gracieux,
      Chanté par nos grands-pères,
Et sous ses pas délicieux
      Naissaient les primevères.
 
Il arrivait, disant : « C’est moi ! »
      Peu après le carême.
Et l’on sentait à quelque émoi
      Qu’il était bien lui-même.
 
Les cœurs ainsi que les pavés
      Sautaient comme des chèvres...
Et puis, des roses, vous savez,
      Jaillissaient de ses lèvres.
 
Il vous berçait, vous dorlotait ;
      Il vous rendait ben aise.
Ah ! le cher Printemps que c’était
      Sous le roi Louis Seize !
 
« Qui n’a – Talleyrand me disait –
      Vécu sous ce règne ivre,
Ne peut pas savoir ce que c’est
      Que la douceur de vivre. »
 
Aujourd’hui, voyez mon cochon.
      C’est un affreux bonhomme,
Plus sale et puant qu’un torchon,
      Tout Printemps qu’il se nomme.
 
Ce ne sont plus que des crapauds
      Qui sortent de sa bouche ;
Sa voix, qui vous faisait, dispos,
      Tressaillir sur la couche,
 
N’est plus bonne à rien qu’à glapir
      Le résultat des curses ;
Et, quand vous l’entendez sévir,
      Croyez qu’il vous précurse
 
Des pestes et des choléras,
      Des tremblements de terre,
Sans compter les et cæteras
      D’huissier... d’apothicaire...
 
Allons, messieurs, puisqu’aussi bien
      Ces heures sont infâmes,
Et puisque nous n’y pouvons rien,
      Allons donc voir les femmes.
 
Les temps sont noirs ? Que fait cela ?
      Les chères créatures
N’entrent pas dans ces détails-là,
      Dans cette climature.
 
Malgré cette absurde saison,
      Malgré les cieux rebelles,
Elles sont, sans comparaison,
      Mille et trois fois plus belles.
 
Elles ont même, en vérité,
      – Dis-je une chose énorme ? –
Non seulement plus de beauté,
      Mais aussi plus de « forme ».
 
Il faut qu’à chaque renouveau,
      Et quelque temps qu’il fasse,
Cette pure image du Beau
      Augmente encore en grâce.
 
C’est là le miracle profond,
      La loi mystérieuse
Qu’il nous faut adorer du fond
      De notre âme pieuse...
 
Maintenant, jeunes entêtés,
      Avec vos temps de truies,
Qu’est-ce que vous nous embêtez ?...
      Prenez vos parapluies.
 
Qu’importent nos cieux dégoûtants,
      Chères femmes ! nos boues...
Si l’on respire le Printemps
      Aux roses de vos joues ?
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrhаеrеn : Lеs Ρоrсs

Vеrhаеrеn : Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...»

Dеrèmе : «Μоn Diеu, mаdаmе, il fаut nоus соnsоlеr...»

Fаbié : Sаvоir viеillir

Sоulаrу : L’Αnсоliе

Sаmаin : Sоir : «С’еst un sоir tеndrе соmmе un visаgе dе fеmmе...»

Rоdеnbасh : Sеs уеuх

Βаudеlаirе : Βrumеs еt Ρluiеs

Vаn Lеrbеrghе : «С’еst lе prеmiеr mаtin du mоndе...»

Сhаrlеs Vаn Lеrbеrghе

☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Βrumеs еt Ρluiеs

Αubigné : Ρrièrе du sоir

Μоréаs : «Été, tоus lеs plаisirs...»

Viviеn : Lа Ρlеurеusе

Sоulаrу : Sоnnеt dе Déсеmbrе

Sсudérу : L’Hivеr

Dеrèmе : «J’аvаis tоuјоurs rêvé d’étеrnеllеs аmоurs...»

Rоdеnbасh : Lе Sоir dаns lеs vitrеs

Rоdеnbасh : «Lа lunе dаns lе сiеl nосturnе s’étаlаit...»

Fоurеst : Histоirе (lаmеntаblе еt véridiquе) d’un pоètе subјесtif еt inédit

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αbеillе (Vаlérу)

De GΑGΝΑΙRΕ sur Αpоllinаirе

De Сосhоnfuсius sur «Εntrеr dаns lе bоrdеl...» (Sаint-Αmаnt)

De Сосhоnfuсius sur Unе prоmеnаdе аu Jаrdin dеs Ρlаntеs (Μussеt)

De Lа fоuinе sur «J’аimе lа sоlitudе еt mе rеnds sоlitаirе...» (Νеrvèzе)

De ΙsisΜusе sur Соuplеs prédеstinés (Νоuvеаu)

De Lа fоuinе sur Ρâlе sоlеil d’hivеr (Lаfоrguе)

De piсh24 sur Μуrthо (Νеrvаl)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Unе flеur pаssаgèrе, unе vаinе pеinturе...» (Gоmbаud)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Sеnsаtiоn (Rimbаud)

De piсh24 sur Lе Gоût dеs lаrmеs (Rоllinаt)

De Gоrdеаuх sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Сhristiаn sur «Quiсоnquе, mоn Βаillеul, fаit lоnguеmеnt séјоur...» (Du Βеllау)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе