Raoul Ponchon

in Le Passant, mai 1887


Litanies du vin


 
Verger délicieux constellé de fruits d’or,
Où des dragons bénins gardent l’ardent trésor
Des rythmes souverains et des vastes féeries,
 
Ô Vin ! fais ruisseler en moi tes pierreries.
 
Temple aux murs de rubis, de diamants vitré,
Sans cesse palpitant du rouge feu sacré
Qu’entretient en extase une chaste vestale,
 
Ô Vin ! habille-moi de pourpre orientale.
 
Orgie étourdissante où filles et garçons
Font assaut de baisers, de danses, de chansons
Au bruit des tambourins bourdonnants et des flûtes,
 
Ô Vin ! dans ma cervelle il faut que tu culbutes.
 
Gai paradis où des amoureux de vingt ans
Qui sont coiffés de grâce et vêtus de printemps
S’aiment naïvement dans les vertes prairies,
 
Ô Vin ! débite-moi mille galanteries.
 
Jardin habité par le suave Ariel
Où viennent se griser de parfums et de miel
Les papillons poudrés et les blondes abeilles,
 
Ô Vin ! te plaise errer sur mes lèvres vermeilles.
 
Torrent impatient dont les flots turbulents
Semblent un vol fantasque et brusque d’aigles blancs
Qui dans l’air irisé vont secouant leurs plumes,
 
Ô Vin ! je veux bondir sur tes folles écumes.
 
Forêt ivre de bruit, de lumière, d’amour,
Chaude encore la nuit d’avoir trop bu de jour,
Pleine d’oiseaux fleuris sur des fleurs animées,
 
Ô Vin ! fais mes chansons richement costumées.
 
Mer éternellement pacifique : toujours
Le marin y connaît l’aurore des retours
Sous les yeux bienfaisants des limpides étoiles,
 
Vin ! sillonne mon cœur d’espoirs, célestes voiles.
 
Église où sur l’encens et comme épris de ciel
Montent les chœurs divins de Bach et de Haendel
Multipliés vers Dieu par les orgues mystiques,
 
Ô Vin ! emporte-moi sur l’aile des cantiques.
 
Festin prodigieux où des rois très cléments
Boivent à la santé des poètes charmants :
Rois n’ayant que le vrai pour loi, le beau pour culte;
 
Vin ! distrais-moi du mal par ton joyeux tumulte.
 
Éveil de la nature au joli mois d’avril,
Quand un peu de douceur flotte dans l’air subtil,
Quand va poindre partout la sève rose et verte,
 
Vin ! sois-moi sur le bien une croisée ouverte.
 
Fontaine de Jouvence où se baignent les dieux,
Fais mon corps toujours jeune et toujours radieux ;
Miroir de vérité brillant comme la flamme,
 
Ô Vin ! qu’en mon ivresse on sache encor mon âme.
 
Ciel que ne peut fixer le regard ébloui,
Où le soleil d’été demeure épanoui,
Sans que dans l’Océan jamais il s’engloutisse,
 
Vin ! conseille à mes pas le chemin de justice.
 
Ville en fête : voici le César triomphant
Porté par ses soldats comme un petit enfant
Avec son char paré du sang de la victoire,
 
Ô Vin ! ordonne-moi de mépriser la gloire.
 
Poèmeu du tendresse écrit par Valmiki,
Qui fait maître l’esclave et seigneur le yogui ;
Que je fasse le bien de façon machinale,
 
Ô Vin ! vin d’amarante et de pourpre automnale !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vоiturе : «Μа fоi, с’еst fаit...»

Τоulеt : Сhеvаuх dе bоis.

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Μénаrd : Βlаnсhе

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Μаrtinеt : Τu vаs tе bаttrе...

Jаmmеs : Ιl vа nеigеr

Τristаn L’Hеrmitе : Ρоlуphèmе еn furiе

Vеrlаinе : «Μêmе quаnd tu nе bаndеs pаs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Frаnс-Νоhаin : Ρауsаgе dе nеigе

Frаnс-Νоhаin : Βеrсеusе оbsсènе

Βruаnt : Сrânеusе

Fоurеst : Αndrоmаquе

Αpоllinаirе : Lа Νuit d’аvril 1915

Lоuÿs : Αmbitiоn

Μénаrd : Τhébаïdе

Соppéе : Sоnnеt dit pаr l’аutеur аu 3е bаnquеt dе Lа Ρlumе

Βruаnt : Grеlоttеuх

Lаfоrguе : Νоblеs еt tоuсhаntеs divаgаtiоns sоus lа Lunе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Fuis lе јоur, dеmеurе сасhé...» (Μауnаrd)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Сосhоnfuсius sur Εspоir timidе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Αmbitiоn (Lоuÿs)

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De Сurаrе- sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе