Raoul Ponchon

in Le Courrier Français [01.12.1889]


Réphorme de l’ortographe


 
Akadémissiens de la grrande Ainstitute,
Ki potacé san sesse et ki repotacé
Ce bo diktionair ke partou lon raipute
Tan kil ne restera plus zun mo de phrancé ;
 
Bien ke je soi de vou tout à faite inconue
Lécé-moa vou çoumaître, ô doqtes Imortel,
Une idé magnifike, idé ki mais venue
Un çoir ke jean tandais chanté Guyome Tel.
 
Je panse ke danz un éta des mots kratike
Il ait bien maleureu de vouar k’un grrand Ceigneur
Ecri kelkefoi moin bien ke son dos mestike
San conpté ke çouvant il sen fête un oneur.
 
On conai l’ortografe ôci dé kuizinière
Ki pace an phantézi tou ce con peu rêvé,
L’ânerie à tou qoup i montre son dériaire.
Alecsandre DuMat conpte kil an avé
 
Tune, ortografian de phaçon for chanpaître
Son non, tel ke lu fai le phis du grand Sophi,
Aile n’an koncervai pa une ceule lètre,
Karr se noman Sophie elle éqrivai çauphy.
 
Mécieux, ci tou les jeans n’on pa la mêm ohrthographe
C’ait qe bôcou d’antreu ne l’aprire jamets,
D’ôtres i son rebèle inci k’une jiraphe,
Et kelkes-uns ôci s’an phiche, jean cOhnets.
 
Or, dé çavans en us, vé nez râbles Caçandre,
Et, par le dernié trin, venu de Batignol,
Veule tripatouyé notre ortaugraffe é rendre
Le phrançais akcécible au vaches espagnol.
 
Les un veule tué la plupar dé conçone ;
D’ôtres n’an trouve pas acé dans le mo cu ;
Celuissi ne veu pas de cédille à çorbonne,
Celui la vous eqrit andouille par un Q.
 
C’es pour ke le phrançai deviène fonétike
Kil phont insi la guère o khonssonnes,... ô la la !
Ce n’ai pa fonétike, élas, mais bien étike
Kil deviendrai, ci lon ni métait le holà !
 
Et dabor serait-il plus ézé de l’aprandre
L’ortografe ? une foi kil l’oront réphormé ?
Khan pansé vous mes cieux ? je croix ke pour la randre
Aqcecible à chakun, il fô la suprimé
 
K’on l’éqrive come on voudra. Je trouve onète
Ke le gran Ceigneur, si tel est sa phantaizi,
Puice maitre pluzieurs h au mo : chlarhinhèthe ;
Son valet an ôté bocoup au mo : ftizy.
 
Que l’e muet oci disparaiss kant il jène
Çoi dans l’intérieur d’un mot ou çoi to bou.
Je consans à hécrir sans h le mot : Ugène
May sy j’ème l’y grec, jean veuh maytre partouh.
 
Selon que plus ou moin l’on goûtte lé conçone,
K’on ne lé veuillent pa toujours o memme endroit
Chaqun ora sa propre ortografe, la bonne.
Le pohète surtou ne sera plus en proi.
 
Mécieux, certènemant, tel est la cène à phaire.
L’ortografe devient inssi hune euvre d’arh ;
Chakun celon son goûs, celon son qaraqtère,
Par egzample, écrira ce mo priz oh azar :
 
Ohnet, Honet, Onet, Onette, Oneth, Hohnète,
Onhet, Hohnet, Hohnhet, Honett, Onait, Aunaith,
Auneth, Oneht, O’Neith, Aunhet, Haunet, Onhètte,
Aunette, Hautnette, Onhaite, Auhnaite, Eau nette, Hheauhnaith...
 
... j’an ékrirais ainci pandant l’anèe antière.
Cet egsample sufi. De nou ke la plupar
D’éqrire l’aurthografe adopte une manière
Et vous m’an diré de bones nouvèles. Kar
 
Je veu bien avaler aveq une ceringue
Dézormai tou le vain ke je boi sans répi,
Ci ho jourdojourdui kelkun de vou dix tingue
Les verts d’Anribornié de la prause à Delpi.
 
Ce n’est rien sil sagi de cé deu peaux ligrafe,
Ça va cent dire ; mai n’étil pa bien sévert
De vouloir ke Sarceys è la même orrtografe
Que l’empereur Gauthier ou le pape Flaubert !
 

Commentaire (s)
Déposé par Jadis le 23 septembre 2019 à 17h38


Un si, la mi Raoul, tuera y’alors tôt graffe
est cé raifort mateur, héleur peut deux phinaisse,
tue-la bien mais ritté, Ponchon, tonné pitaf :
« Ake natil VQ pourvwar lé SMS ! »

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Соignаrd : Соntrе lа сhаir

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Lас еt lе Sаulе (Rоllinаt)

De Jаdis sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur «Οù quе је tоurnе l’œil, sоit vеrs lе Саpitоlе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Dеlfiса (Νеrvаl)

De Сосhоnfuсius sur «Ô саlmе nuit, qui dоuсеmеnt соmpоsеs...» (Τуаrd)

De Jаdis sur Βоnјоur ! (Gérаldу)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе