Raoul Ponchon

in Le Journal, 1903


Smoking


 

Que l’auteur (?) de ce refrain m’excuse de lui avoir emprunté sans sa permission.


Nous allons chasser la bécasse,
— Voici de cela quelques mois, —
Plusieurs camarades et moi,
Chez un ami de vieille race,
Un gentleman des plus farmers,
Mettons près de Tilly-sur-Seulles.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Voici comment : nous arrivâmes
En gare quand tout était pris.
Nous voulions partir à tout prix.
Nous dûmes monter chez les dames,
— Non sans exciter des rumeurs —
Avec des chiennes épagneules.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Après une rapide enquerre,
Nous aperçûmes dans les coins,
S’épuisant en des baragouins,
Des êtres du genre moukère ;
On eût dit d’antiques primeurs,
Sinon de rassises bégueules.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Bientôt, à notre accoutumée,
Car on sait vivre, Dieu merci !
« Dites-nous donc, mesdames, si
Vous incommode la fumée ? »
« Oui, messieurs » — avec de l’humeur,
Nous répondirent ces aïeules.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
« Ah ! vraiment, ça n’est pas de chance...
Alors, vous allez bien souffrir.
Ne pas fumer ! plutôt mourir ! »
Dîmes-nous avec véhémence.
Et, sans écouter leurs clameurs,
Nous sortîmes nos brûle-gueule.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Bientôt, une fumée atroce
Régna dans le compartiment.
Les povres, véritablement,
Ne devaient pas être à la noce.
Tandis l’une disait : « Je meurs ! »
L’autre nous tapait sur la gueule.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Qu’arriva-t-il de nos sorcières ?...
Comme nous étions les plus forts,
Nous les jetâmes dessus bord,
C’est-à-dire par les portières,
Avec des gestes de semeurs.
Elles tombaient dans les éteules.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Ô bizarre temps que le nôtre !
Il est bien certain qu’autrefois
On se fût montré plus courtois.
C’est ainsi que, d’un siècle à l’autre,
Vont se modifiant les mœurs.
De nos jours, l’on est lâche ou veule.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 

[Gazette rimée du 6 juillet 1903]

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Glасièrе

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...» (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Ρаn (Hеrеdiа)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Сосhоnfuсius sur «Τristе еt hidеuх fаntômе, еffrоуаblе figurе...» (***)

De Jаdis sur Τrоp tаrd (Sullу Ρrudhоmmе)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе un nаvirе еn mеr аu fоrt dе lа tоurmеntе...» (Fiеfmеlin)

De Jаdis sur Τоmbеаu : «Lе nоir rос соurrоuсé quе lа bisе lе rоulе...» (Μаllаrmé)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе