Raoul Ponchon

in Le Journal, 1903


Smoking


 

Que l’auteur (?) de ce refrain m’excuse de lui avoir emprunté sans sa permission.


Nous allons chasser la bécasse,
— Voici de cela quelques mois, —
Plusieurs camarades et moi,
Chez un ami de vieille race,
Un gentleman des plus farmers,
Mettons près de Tilly-sur-Seulles.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Voici comment : nous arrivâmes
En gare quand tout était pris.
Nous voulions partir à tout prix.
Nous dûmes monter chez les dames,
— Non sans exciter des rumeurs —
Avec des chiennes épagneules.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Après une rapide enquerre,
Nous aperçûmes dans les coins,
S’épuisant en des baragouins,
Des êtres du genre moukère ;
On eût dit d’antiques primeurs,
Sinon de rassises bégueules.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Bientôt, à notre accoutumée,
Car on sait vivre, Dieu merci !
« Dites-nous donc, mesdames, si
Vous incommode la fumée ? »
« Oui, messieurs » — avec de l’humeur,
Nous répondirent ces aïeules.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
« Ah ! vraiment, ça n’est pas de chance...
Alors, vous allez bien souffrir.
Ne pas fumer ! plutôt mourir ! »
Dîmes-nous avec véhémence.
Et, sans écouter leurs clameurs,
Nous sortîmes nos brûle-gueule.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Bientôt, une fumée atroce
Régna dans le compartiment.
Les povres, véritablement,
Ne devaient pas être à la noce.
Tandis l’une disait : « Je meurs ! »
L’autre nous tapait sur la gueule.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Qu’arriva-t-il de nos sorcières ?...
Comme nous étions les plus forts,
Nous les jetâmes dessus bord,
C’est-à-dire par les portières,
Avec des gestes de semeurs.
Elles tombaient dans les éteules.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Ô bizarre temps que le nôtre !
Il est bien certain qu’autrefois
On se fût montré plus courtois.
C’est ainsi que, d’un siècle à l’autre,
Vont se modifiant les mœurs.
De nos jours, l’on est lâche ou veule.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 

[Gazette rimée du 6 juillet 1903]

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Fоrt : Соnvоi dе Ρаul Vеrlаinе аprès un tоurbillоn dе nеigе

Vаuсаirе : Соnsеils à mа pеtitе аmiе

Sаmаin : Unе

Vаlérу : Lе Суgnе

Dubus : Μаdrigаl

Vаlérу : Lе Суgnе

Lоuÿs : Sеin dе brаnléе

Βаudеlаirе : Sеd nоn sаtiаtа

Сrоs : Lа Сhаnsоn dеs Hуdrоpаthеs

Βrinn’Gаubаst : Μаtin d’ivrеssе

☆ ☆ ☆ ☆

Vаlérу : Lе Βеаu Dimаnсhе

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Αutrаn : Lе Ρrintеmps du сritiquе

Vаlmоrе : Αdiеu à l’еnfаnсе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Vеrhаеrеn : «Lе sоir tоmbе, lа lunе еst d’оr...»

Vаuсаirе : Répétitiоn

Βrinn’Gаubаst : Dеvаnt lа Μоrt

Βrinn’Gаubаst : Εstо vir

Rоdеnbасh : «Lа flоttе dеs hеurеuх суgnеs аppаrеillаit...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Τеint (Sсhеlаndrе)

De Сосhоnfuсius sur «Βеllе qui d’un rеgаrd...» (Βеаuјеu)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Lаbоurеur (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur «Αmоur, је prеnds соngé dе tа mеntеusе éсоlе...» (Rоnsаrd)

De ΒiΒ lа bаlеinе sur «Quаnd је tе vis еntrе un milliеr dе Dаmеs...» (Βаïf)

De Сhristiаn sur Lеs Ρоrсs (Vеrhаеrеn)

De Сrаpаudinе sur Splееn : «Μеs intimеs dоulеurs...» (Ο'Νеddу)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur Sоnnеt fоutаtif (Lе Ρеtit)

De Vinсеnt sur Désir d’оisеаu (Βrinn'Gаubаst)

De Сurаrе- sur Βrеtаgnе еst univеrs (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Сurаrе- sur «Αimе, si tu lе vеuх, је nе l’еmpêсhе pаs...» (Viоn Dаlibrау)

De Sаudаdе sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Αmаndinе ΟZΑUR sur À Сhаrlеs dе Sivrу (Vеrlаinе)

De riс(h)аrd sur Lеs Соnquérаnts (Hеrеdiа)

De Сhristiаn sur Un début (Αutrаn)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе