Raoul Ponchon

in Le Journal, 1903


Smoking


 

Que l’auteur (?) de ce refrain m’excuse de lui avoir emprunté sans sa permission.


Nous allons chasser la bécasse,
— Voici de cela quelques mois, —
Plusieurs camarades et moi,
Chez un ami de vieille race,
Un gentleman des plus farmers,
Mettons près de Tilly-sur-Seulles.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Voici comment : nous arrivâmes
En gare quand tout était pris.
Nous voulions partir à tout prix.
Nous dûmes monter chez les dames,
— Non sans exciter des rumeurs —
Avec des chiennes épagneules.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Après une rapide enquerre,
Nous aperçûmes dans les coins,
S’épuisant en des baragouins,
Des êtres du genre moukère ;
On eût dit d’antiques primeurs,
Sinon de rassises bégueules.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Bientôt, à notre accoutumée,
Car on sait vivre, Dieu merci !
« Dites-nous donc, mesdames, si
Vous incommode la fumée ? »
« Oui, messieurs » — avec de l’humeur,
Nous répondirent ces aïeules.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
« Ah ! vraiment, ça n’est pas de chance...
Alors, vous allez bien souffrir.
Ne pas fumer ! plutôt mourir ! »
Dîmes-nous avec véhémence.
Et, sans écouter leurs clameurs,
Nous sortîmes nos brûle-gueule.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Bientôt, une fumée atroce
Régna dans le compartiment.
Les povres, véritablement,
Ne devaient pas être à la noce.
Tandis l’une disait : « Je meurs ! »
L’autre nous tapait sur la gueule.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Qu’arriva-t-il de nos sorcières ?...
Comme nous étions les plus forts,
Nous les jetâmes dessus bord,
C’est-à-dire par les portières,
Avec des gestes de semeurs.
Elles tombaient dans les éteules.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Ô bizarre temps que le nôtre !
Il est bien certain qu’autrefois
On se fût montré plus courtois.
C’est ainsi que, d’un siècle à l’autre,
Vont se modifiant les mœurs.
De nos jours, l’on est lâche ou veule.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 

[Gazette rimée du 6 juillet 1903]

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : Réсlаmе pоur lа mаisоn Wаlk оvеr

Lа Fоntаinе : Lе Lоup еt l’Αgnеаu

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Βаudеlаirе : Саusеriе

Lоrrаin : Lа Μоrt dеs lуs

Сrоs : Αu саfé

Сrоs : À unе сhаttе

Rоllinаt : Lа Dаmе еn сirе

Vеrlаinе : Сlаir dе lunе

☆ ☆ ☆ ☆

Lоuvеnсоurt : «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...»

Viviеn : Lеs Lèvrеs pаrеillеs

Spоndе : «Qui sоnt, qui sоnt сеuх-là, dоnt lе сœur idоlâtrе...»

Gаutiеr : «Dаns un bаisеr, l’оndе аu rivаgе...»

Lоrrаin : Μiss Μisеr

Hugо : Сhаnsоn еn саnоt

Viаu : «Τоut у сhеvаuсhе, tоut у fоut...»

Соppéе : «Αuprès dе Sаint-Sulpiсе, un spесtасlе оdiеuх...»

Hugо : Ρrès d’Αvrаnсhеs

Klingsоr : L’Αubеrgе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Αntigоnе (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur Lа Μоrt du sоlеil (Lесоntе dе Lislе)

De Сосhоnfuсius sur «Hеurеuх, lоin dе Ρаris, d’еrrеr еn се dоuх liеu...» (Sаintе-Βеuvе)

De Jаdis sur Εn fасе dе lа pièсе d’еаu (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt : «Τristе, lоin dе l’Αmiе, еt quаnd l’été déсlinе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lа Ρоrtе vitréе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur Lеs Сhrуsаlidеs (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Lе Сid (Fоurеst)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Εsprit dе сеllе sur Lе Μаuvаis Jаrdiniеr (Gilkin)

De Vinсеnt sur «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...» (Rоnsаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Jе sеns unе dоuсеur à соntеr impоssiblе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Dеvаnt dеuх pоrtrаits dе mа mèrе (Νеlligаn)

De Соrbеаu sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur L’Εspоir еn Diеu (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе