Raoul Ponchon


Smoking


 

Que l’auteur (?) de ce refrain m’excuse de lui avoir emprunté sans sa permission.


Nous allons chasser la bécasse,
— Voici de cela quelques mois, —
Plusieurs camarades et moi,
Chez un ami de vieille race,
Un gentleman des plus farmers,
Mettons près de Tilly-sur-Seulles.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Voici comment : nous arrivâmes
En gare quand tout était pris.
Nous voulions partir à tout prix.
Nous dûmes monter chez les dames,
— Non sans exciter des rumeurs —
Avec des chiennes épagneules.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Après une rapide enquerre,
Nous aperçûmes dans les coins,
S’épuisant en des baragouins,
Des êtres du genre moukère ;
On eût dit d’antiques primeurs,
Sinon de rassises bégueules.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Bientôt, à notre accoutumée,
Car on sait vivre, Dieu merci !
« Dites-nous donc, mesdames, si
Vous incommode la fumée ? »
« Oui, messieurs » — avec de l’humeur,
Nous répondirent ces aïeules.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
« Ah ! vraiment, ça n’est pas de chance...
Alors, vous allez bien souffrir.
Ne pas fumer ! plutôt mourir ! »
Dîmes-nous avec véhémence.
Et, sans écouter leurs clameurs,
Nous sortîmes nos brûle-gueule.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Bientôt, une fumée atroce
Régna dans le compartiment.
Les povres, véritablement,
Ne devaient pas être à la noce.
Tandis l’une disait : « Je meurs ! »
L’autre nous tapait sur la gueule.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Qu’arriva-t-il de nos sorcières ?...
Comme nous étions les plus forts,
Nous les jetâmes dessus bord,
C’est-à-dire par les portières,
Avec des gestes de semeurs.
Elles tombaient dans les éteules.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 
Ô bizarre temps que le nôtre !
Il est bien certain qu’autrefois
On se fût montré plus courtois.
C’est ainsi que, d’un siècle à l’autre,
Vont se modifiant les mœurs.
De nos jours, l’on est lâche ou veule.
Dans le wagon des dames seules,
Nous étions quarante fumeurs.
 

[Gazette rimée du 6 juillet 1903]

in Le Journal, 1903

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : «Qu’еst-се pоur nоus, mоn сœur...»

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Εspоir timidе (Соppéе)

De Jаdis sur Vеrs vаguеs (Μеrrill)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Саnt vоi l’аubе du јоur vеnir...» (Βrulé)

De Сосhоnfuсius sur Μоn rêvе fаmiliеr (Vеrlаinе)

De Jаdis sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе