Raoul Ponchon

in Le Courrier Français, 19.03.1891


Sonnet


 
Le matin, dès mon œil ouvert,
J’ouvre mon huis et je regarde
Si par hasard ou par mégarde
Je ne vois pas le Printemps vert ?
 
Mais non. Le même ciel qu’hier,
Terne comme un paquet de hardes ;
Il vente, il pleut des hallebardes :
Merde ! c’est encore l’hiver.
 
Eh bien ! que le diable m’emporte
Si pendant qu’il hurle à ma porte
Je ne fais au coin de mon feu,
 
En dépit de ces jours moroses,
Quelques rimes sur le ciel bleu,
Sur le Printemps et sur les roses.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 21 janvier 2014 à 10h33

En lisant Raoul Ponchon
------------------------------

Petit livre souvent ouvert,
Débordant (est-ce par mégarde ?)
De propos de salle de garde
Et d’un charmant langage vert.

Raoul, chansonnier d’avant-hier,
Tu chantes le vin comme un barde,
Même l’absinthe (et la Camarde),
Et l’amour, et les faits divers,

Et la chemise que t’apporte
La blanchisseuse bien accorte
Avec des gestes amoureux ;

Les jours blafards, les nuits moroses,
Et les instants qui sont heureux,
Quand tu dis « Messieurs ! Ça s’arrose ».

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 26 mai 2018 à 12h10


L’oiseau Torpon et l’oiseau Torchon
--------------------------------

Ils n’ont pas l’esprit bien ouvert,
Ces deux oiseaux que, par mégarde,
Le duc recruta comme gardes
(Ou bien, serait-ce un choix pervers?)

Je les entendis avant-hier
Chantant les airs d’un mauvais barde ;
Si les emportait la Camarde,
Petit serait le fait divers.

Mangeant le grain que leur apporte
Chaque jour la duchesse accorte,
Je crois qu’ils en sont amoureux.

Rêvez-y donc, oiseaux moroses,
Si cela peut vous rendre heureux ;
Vous n’aurez jamais cette rose.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρitrе сhâtié (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur «Si vоus vоуiеz mоn сœur аinsi quе mоn visаgе...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе