Raoul Ponchon

in Le Courrier français, 13.02.1887


Tout est tranquille, Parisiens, dormez.


 
Taylor est passé par là. Tout est d’un calme épais.
On n’entend que le pas des gardiens de la paix
              Qui retentit sur le bitume.
Çà et là, néanmoins, sans flûte ni tambours
D’aimables chenapans descendent des faubourgs
              Selon leur ancienne coutume.
 
Tout est désert. Mais non, sous l’asthme succombant
Je vois un être sur le bi du bout du banc ;
              Doucement de lui je m’approche
Et je distingue alors un vieillard marmiteux,
Miteux, calamiteux, et même Delpiteux
              Qui tousse à fêler une cloche.
 
— Ah ! dis-je, déplorant un semblable abandon,
De quoi, pauvre vieillard, puis-je te faire don
              Pour te guérir de ce catarrhe ?
Et que tu chantes mieux que ne chantait Capoul
Irai-je te quérir un petit lait de poul ?
              Te jouerai-je de la guitare ?
 
Veux-tu que je te paye un grog chaud sur le zinc ?
Peut-être aimes-tu mieux de l’huile d’Henri cinq ?
              Je puis sur mes économies
Chez le pharmacien de nuit que tu vois là
T’acheter du jujube, ou bien encor de la
              Tisane des quatre momies ?
 
Pour dompter tes poumons qui s’en vont au galop
Veux-tu le bon billet qui gagne le gros lot
              Ou bien un clystère de prose
De monsieur Georgeonet cet homme si bossu
Que lorsqu’il dîne en ville, on n’a jamais bien su
              S’il n’emportait pas quelque chose ?
 
Pour que ton gosier enrhumé du cerveau
Ta voix, ta triste voix, s’envole de nouveau
              Ainsi qu’une svelte hirondelle,
Que veux-tu ? Lait de poule, ou jujube, ou grog chaud ?
— Ami, dit le vieillard qui sait ce qu’il lui faut :
              J’veux des Pastilles Géraudel !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Lе Fils du Τitiеn

Dеrèmе : «Сhаmbrе d’hôtеl mоrоsе еt vidе. Un œillеt pеnсhе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаupаssаnt : Τеrrеur

Rоllinаt : Lе Vаl dеs Rоnсеs

Сrоs : Ρаrоlеs pеrduеs

Сrоs : Dаns lа сlаirièrе

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Viviеn : Sоnnеt à unе Εnfаnt

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Μоn аmаntе а lеs vеrtus dе l’еаu (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur Lе Fils du Τitiеn (Μussеt)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Соrnu sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе