Raoul Ponchon

in Le Journal, 17 mai 1897


Un fauteuil à prendre ou à laisser


 
Que le diable t’emporte,
Ô toi qui, tôt ou tard,
Sonneras à la porte
De la boîte à Pingard !
 
Rêver de la coupole !
Ne dormir du fauteuil!
Quelle ambition folle,
Ou quel manque d’orgueil !
 
Aller, l’âme peu fière,
Dans un délai prochain
Chez Chose... Brunetière
Et chez Thureau... Machin !
 
Gratuler Clarécie
Sur son auteur lillois ;
Dire à cette vessie :
Cher maître... votre voix ?
 
Puis, sortir de ta malle
Un discours melliflu
Sur feu le duc d’Aumale
Que tu n’as jamais lu ;
 
Être dit le collègue
Du Suisse Balbullier !
Autant laisser ses grègues
Au cirque Molier.
 
 

*
* *


 
Quoi ! serais-tu poète ?
Et tu veux là siéger ?
C’est comme un gypaète
Qui voudrait s’encager.
 
Je doute que tu puisses
Rêver sort plus amer :
C’est songer aux lacs suisses
Lorsque tu vois la mer ;
 
C’est en pour une moufle
Lâcher un fruit vermeil,
Et contre une camoufle
Échanger le soleil ;
 
C’est, ayant des étoiles
De premier numéro,
Rêver devant les toiles
De Monsieur Bouguereau ;
 
C’est trouver la nature
Possible dans l’exil,
Et dire : ma verdure
Est un peu de persil ;
 
Prendre pour diadème
Un bicorne chapeau,
Quand la nature même
Est ton moindre oripeau.
 
C’est un baiser de vieille
Dont tu fais tes choux gras,
Quand la Muse vermeille
Se pâme entre tes bras ;
 
C’est ton temps qui se passe
Avec de vieux messieurs,
Quand tu peux face à face
Causer avec les dieux.
 
 

*
* *


 
Oui, je sais... Lamartine,
Hugo... Musset... Vigny ?
Je connais la tartine...
D’ailleurs... es-tu Vigny ?...
 
Oui, sans doute, ils EN furent :
Eh bien, ils eurent tort.
Et songe à ce qu’ils durent
Subir d’affronts d’abord.
 
Les atroces visites
À des Royers-Collards.
Des Ostrogoths, des Scythes,
Terriblement vieillards,
 
Se payèrent leur tête ;
Et notre grand Hugo,
Le prince des poètes,
L’élut-on tout de go ?
 
Et de Vigny farouche
Fut-il pas immolé
Par cette fausse couche
Qu’on appelait Molé ?
 
Et Leconte de Liste
Blagué par Dumas fils
Comme un simple imbécile
Pendant trois heures dix ?...
 
Qu’aille s’asseoir la prose
Sur ces fauteuils tentants.
Toi, va cueillir la rose
Aux lèvres du Printemps ;
 
La vraie académie,
Ô poète, mon fieu,
C’est l’amour de ta mie
Et la crainte de Dieu !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : À Viаndеn

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Sаint-Ρоl-Rоuх : L’Éсhо dе lа саvеrnе

Vеrhаеrеn : Lе Vеnt

Hеrеdiа : Épigrаmmе funérаirе

Vеrlаinе : «Lе sоlеil du mаtin dоuсеmеnt сhаuffе еt dоrе...»

Hugо : «Τоus lеs bаs âgеs sоnt épаrs...»

Саrсо : Ρlаintе

Μоréаs : «Jе sоngе à се villаgе аssis аu bоrd dеs bоis...»

Viviеn : Сhаir dеs сhоsеs

☆ ☆ ☆ ☆

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Lаfоrguе : Lеs Αmоurеuх

Rоnsаrd : «Dеdаns lеs flоts d’Αmоur је n’аi pоint dе suppоrt...»

Νоаillеs : Lа Сité nаtаlе

Sаintе-Βеuvе : «Dаns l’îlе Sаint-Lоuis, lе lоng d’un quаi désеrt...»

Соppéе : Lа Fаmillе du mеnuisiеr

Riсhеpin : Dаb

Klingsоr : Lе Ρоmmiеr tоrdu

Соppéе : Ρériоdе élесtоrаlе

Οrléаns : «Ρlus pеnsеr quе dirе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Vоus qui аuх bоis, аuх flеuvеs, аuх саmpаignеs...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Lе rоу s’еn еst аllé...» (Sсаrrоn)

De Jаdis sur «Lа plus bеllе dеs trоis sеrа...» (Μаrоt)

De Сосhоnfuсius sur «Lе mаl еst grаnd, lе rеmèdе еst si brеf...» (Rоnsаrd)

De Jоhаnn sur L’Éсhо dе lа саvеrnе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Jаdis sur Lа Rоnсе еt lе sеrpеnt (Rоllinаt)

De Jаdis sur Villаnеllе du vеr dе tеrrе (Rоllinаt)

De Égо Viсtоr sur «Lаissе dе Ρhаrаоn lа tеrrе Égуptiеnnе...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur «Νоus nе fаisоns lа соur аuх fillеs dе Μémоirе...» (Du Βеllау)

De Μаriаnnе sur «Jе sоngе à се villаgе аssis аu bоrd dеs bоis...» (Μоréаs)

De Ιо Kаnааn sur Ρériоdе élесtоrаlе (Соppéе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur Αrums dе Ρаlеstinе (Viviеn)

De Сurаrе- sur «Ô fоrmе quе lеs mаins...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Сurаrе- sur Μаzurkа (Νеlligаn)

De Сhristiаn sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Τhundеrbird sur Sur l’аrс-еn-сiеl (Drеlinсоurt)

De Τhundеrbird sur L’Αngе pâlе (Rоllinаt)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе