Raoul Ponchon


Un fauteuil à prendre ou à laisser


 
Que le diable t’emporte,
Ô toi qui, tôt ou tard,
Sonneras à la porte
De la boîte à Pingard !
 
Rêver de la coupole !
Ne dormir du fauteuil!
Quelle ambition folle,
Ou quel manque d’orgueil !
 
Aller, l’âme peu fière,
Dans un délai prochain
Chez Chose... Brunetière
Et chez Thureau... Machin !
 
Gratuler Clarécie
Sur son auteur lillois ;
Dire à cette vessie :
Cher maître... votre voix ?
 
Puis, sortir de ta malle
Un discours melliflu
Sur feu le duc d’Aumale
Que tu n’as jamais lu ;
 
Être dit le collègue
Du Suisse Balbullier !
Autant laisser ses grègues
Au cirque Molier.
 
 

*
* *


 
Quoi ! serais-tu poète ?
Et tu veux là siéger ?
C’est comme un gypaète
Qui voudrait s’encager.
 
Je doute que tu puisses
Rêver sort plus amer :
C’est songer aux lacs suisses
Lorsque tu vois la mer ;
 
C’est en pour une moufle
Lâcher un fruit vermeil,
Et contre une camoufle
Échanger le soleil ;
 
C’est, ayant des étoiles
De premier numéro,
Rêver devant les toiles
De Monsieur Bouguereau ;
 
C’est trouver la nature
Possible dans l’exil,
Et dire : ma verdure
Est un peu de persil ;
 
Prendre pour diadème
Un bicorne chapeau,
Quand la nature même
Est ton moindre oripeau.
 
C’est un baiser de vieille
Dont tu fais tes choux gras,
Quand la Muse vermeille
Se pâme entre tes bras ;
 
C’est ton temps qui se passe
Avec de vieux messieurs,
Quand tu peux face à face
Causer avec les dieux.
 
 

*
* *


 
Oui, je sais... Lamartine,
Hugo... Musset... Vigny ?
Je connais la tartine...
D’ailleurs... es-tu Vigny ?...
 
Oui, sans doute, ils EN furent :
Eh bien, ils eurent tort.
Et songe à ce qu’ils durent
Subir d’affronts d’abord.
 
Les atroces visites
À des Royers-Collards.
Des Ostrogoths, des Scythes,
Terriblement vieillards,
 
Se payèrent leur tête ;
Et notre grand Hugo,
Le prince des poètes,
L’élut-on tout de go ?
 
Et de Vigny farouche
Fut-il pas immolé
Par cette fausse couche
Qu’on appelait Molé ?
 
Et Leconte de Liste
Blagué par Dumas fils
Comme un simple imbécile
Pendant trois heures dix ?...
 
Qu’aille s’asseoir la prose
Sur ces fauteuils tentants.
Toi, va cueillir la rose
Aux lèvres du Printemps ;
 
La vraie académie,
Ô poète, mon fieu,
C’est l’amour de ta mie
Et la crainte de Dieu !
 

in Le Journal, 17 mai 1897

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «J’ассоmpаrе аu Sоlеil сеs bеаuх sоlеils d’Αmоur...»

Hаbеrt : «À l’оmbrе dеs mуrtеs vеrts...»

Μаrоt : Du соntеnt еn аmоurs

Μаrbеuf : Lе Sеin d’Αmаrаnthе

Rоnsаrd : «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...»

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Sсudérу : Lа Νуmphе еndоrmiе

Durаnt dе lа Βеrgеriе : «Βеаuх уеuх dоnt lа dоuсеur si dоuсеmеnt m’еnivrе...»

Durаnt dе lа Βеrgеriе : Сhаnsоn : «Rоsinе, si tоn âmе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Sаint-Ρоl-Rоuх : L’Épоuvаntаil

Μаrbеuf : Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés

Hаbеrt : «Viеns, mа bеllе Flоrеllе, оù l’оmbrе nоir trеmblоtе...»

Riсtus : Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...»

Hugо : Се qui sе pаssаit аuх Fеuillаntinеs vеrs 1813

Саrсо : Vеrlаiniеn

Rоnsаrd : «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...»

Silvеstrе : Sur un аlbum

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Lоrrаin : Lе Jеunе Hоmmе еt lа Μоrt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Ô musе inсоrrigiblе, оù fаut-il quе tu аillеs !...» (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Dеvаnt lа grillе du сimеtièrе (Gаrnеаu)

De Сосhоnfuсius sur Αutаnt quе Vаliаnе аvаit dе bеаutés (Μаrbеuf)

De Vinсеnt sur «Si с’еst аimеr, Μаdаmе, еt dе јоur еt dе nuit...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Jе sаis un ruissеаu dоnt lе flоt сhаntоnnе...» (Riсtus)

De Сurаrе- sur Lе Sеin d’Αmаrаnthе (Μаrbеuf)

De Сurаrе- sur «Αllеr еn mаrсhаndisе аuх Ιndеs préсiеusеs...» (Rоnsаrd)

De Jеhаn sur «Lоrsquе l’еnfаnt pаrаît...» (Hugо)

De V. Hugо sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Snоwmаn sur Βаllаdе dеs сélébrités du tеmps јаdis (Βаnvillе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе