Raoul Ponchon

in Le Courrier Français, 13.09.1891


Vieux messieurs


 
C’était une maison quelconque, dans un coin,
              Sans rien de pittoresque
Qu’un très gros numéro qui se voyait de loin,
              Tel un séant tudesque,
 
La maison où j’entrai, sur la foi du Gil-Blas,
              Pour finir mes études,
À la fin d’obtenir de dame Babylas
              Mon brevet d’aptitudes.
 
Une fois introduit en cet intérieur,
              Me dit cette volige :
« Voulez-vous assister au cours supérieur ?
              — Bien sûr », lui répondis-je.
 
Lors elle m’installa sans perdre un seul instant
              Derrière une lucarne
Par laquelle je vis — me sembla — s’agitant
              Une confuse carne ;
 
Comme des asticots perdus dans des brouillards,
              Enfants, vieillards et femmes
Charognaient à l’envi, faisaient leurs débrouillards
              En des coïts infâmes.
 
Et je vis d’abord un macrobien pourri
              En peignoir blanc et rose
— Telle dans un sérail une jeune hourri —
              La paupière mi-close ;
 
Et tandis qu’on lui façonnait à la main...
              Des cigarettes turques,
Des éphèbes vêtus seulement de carmin
              Lui dansaient des mazurques.
 
Un autre sur un lit se faisait inculquer
              Une étrangère langue,
On l’entendait gémir, suer et suffoquer
              Et devenir exsangue.
 
Celui-ci réclamait un peu de bon lolo,
              Alors une chamelle
Sans nul rapport avec la Vénus de Milo
              Lui tendait sa mamelle.
 
Celui-là reniflait avec des grognements
              De volupté béate,
Des linges anciens, de futurs lavements,
              De récente charpiate.
 
J’en vis un affamé plus que l’est un moineau,
              — Voilà qui tient du diantre ! —
Qui me parut manger tout simplement une o-
              -Melette avec son ventre ;
 
Un autre se faisait lécher du haut en bas
              Ainsi qu’une tartine,
Cependant qu’une garce ayant gardé ses bas
              Lui lisait Lamartine.
 
Des vieillards bien plus vieux qu’on ne peut souhaiter,
              À terre, à quatre pattes,
Poussant de petits cris et se faisant fouetter,
              Couraient comme des blattes.
 
Quelques-uns plongés plus avant dans un coma,
              De leurs tristes lavettes
Gouluement comme ils eussent fait le pur Sôma
              Buvaient l’eau des cuvettes ;
 
Qu’est-ce que vous voulez, après tout, mon Dieu, c’est
              Pour que rien ne se perde ;
Car quand je m’en allai, cet autre commençait
              À manger de la merde.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vоiturе : «Μа fоi, с’еst fаit...»

Τоulеt : Сhеvаuх dе bоis.

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Μénаrd : Βlаnсhе

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Μаrtinеt : Τu vаs tе bаttrе...

Jаmmеs : Ιl vа nеigеr

Τristаn L’Hеrmitе : Ρоlуphèmе еn furiе

Vеrlаinе : «Μêmе quаnd tu nе bаndеs pаs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Frаnс-Νоhаin : Ρауsаgе dе nеigе

Frаnс-Νоhаin : Βеrсеusе оbsсènе

Βruаnt : Сrânеusе

Fоurеst : Αndrоmаquе

Αpоllinаirе : Lа Νuit d’аvril 1915

Lоuÿs : Αmbitiоn

Μénаrd : Τhébаïdе

Соppéе : Sоnnеt dit pаr l’аutеur аu 3е bаnquеt dе Lа Ρlumе

Βruаnt : Grеlоttеuх

Lаfоrguе : Νоblеs еt tоuсhаntеs divаgаtiоns sоus lа Lunе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Fuis lе јоur, dеmеurе сасhé...» (Μауnаrd)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Сосhоnfuсius sur Εspоir timidе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Αmbitiоn (Lоuÿs)

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De Сurаrе- sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе