Raoul Ponchon

in Le Courrier Français, 13.09.1891


Vieux messieurs


 
C’était une maison quelconque, dans un coin,
              Sans rien de pittoresque
Qu’un très gros numéro qui se voyait de loin,
              Tel un séant tudesque,
 
La maison où j’entrai, sur la foi du Gil-Blas,
              Pour finir mes études,
À la fin d’obtenir de dame Babylas
              Mon brevet d’aptitudes.
 
Une fois introduit en cet intérieur,
              Me dit cette volige :
« Voulez-vous assister au cours supérieur ?
              — Bien sûr », lui répondis-je.
 
Lors elle m’installa sans perdre un seul instant
              Derrière une lucarne
Par laquelle je vis — me sembla — s’agitant
              Une confuse carne ;
 
Comme des asticots perdus dans des brouillards,
              Enfants, vieillards et femmes
Charognaient à l’envi, faisaient leurs débrouillards
              En des coïts infâmes.
 
Et je vis d’abord un macrobien pourri
              En peignoir blanc et rose
— Telle dans un sérail une jeune hourri —
              La paupière mi-close ;
 
Et tandis qu’on lui façonnait à la main...
              Des cigarettes turques,
Des éphèbes vêtus seulement de carmin
              Lui dansaient des mazurques.
 
Un autre sur un lit se faisait inculquer
              Une étrangère langue,
On l’entendait gémir, suer et suffoquer
              Et devenir exsangue.
 
Celui-ci réclamait un peu de bon lolo,
              Alors une chamelle
Sans nul rapport avec la Vénus de Milo
              Lui tendait sa mamelle.
 
Celui-là reniflait avec des grognements
              De volupté béate,
Des linges anciens, de futurs lavements,
              De récente charpiate.
 
J’en vis un affamé plus que l’est un moineau,
              — Voilà qui tient du diantre ! —
Qui me parut manger tout simplement une o-
              -Melette avec son ventre ;
 
Un autre se faisait lécher du haut en bas
              Ainsi qu’une tartine,
Cependant qu’une garce ayant gardé ses bas
              Lui lisait Lamartine.
 
Des vieillards bien plus vieux qu’on ne peut souhaiter,
              À terre, à quatre pattes,
Poussant de petits cris et se faisant fouetter,
              Couraient comme des blattes.
 
Quelques-uns plongés plus avant dans un coma,
              De leurs tristes lavettes
Gouluement comme ils eussent fait le pur Sôma
              Buvaient l’eau des cuvettes ;
 
Qu’est-ce que vous voulez, après tout, mon Dieu, c’est
              Pour que rien ne se perde ;
Car quand je m’en allai, cet autre commençait
              À manger de la merde.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrhаеrеn : Lеs Ρоrсs

Vеrhаеrеn : Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...»

Dеrèmе : «Μоn Diеu, mаdаmе, il fаut nоus соnsоlеr...»

Fаbié : Sаvоir viеillir

Sоulаrу : L’Αnсоliе

Sаmаin : Sоir : «С’еst un sоir tеndrе соmmе un visаgе dе fеmmе...»

Rоdеnbасh : Sеs уеuх

Βаudеlаirе : Βrumеs еt Ρluiеs

Vаn Lеrbеrghе : «С’еst lе prеmiеr mаtin du mоndе...»

Сhаrlеs Vаn Lеrbеrghе

☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Βrumеs еt Ρluiеs

Αubigné : Ρrièrе du sоir

Μоréаs : «Été, tоus lеs plаisirs...»

Viviеn : Lа Ρlеurеusе

Sоulаrу : Sоnnеt dе Déсеmbrе

Sсudérу : L’Hivеr

Dеrèmе : «J’аvаis tоuјоurs rêvé d’étеrnеllеs аmоurs...»

Rоdеnbасh : Lе Sоir dаns lеs vitrеs

Rоdеnbасh : «Lа lunе dаns lе сiеl nосturnе s’étаlаit...»

Fоurеst : Histоirе (lаmеntаblе еt véridiquе) d’un pоètе subјесtif еt inédit

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αbеillе (Vаlérу)

De GΑGΝΑΙRΕ sur Αpоllinаirе

De Сосhоnfuсius sur «Εntrеr dаns lе bоrdеl...» (Sаint-Αmаnt)

De Сосhоnfuсius sur Unе prоmеnаdе аu Jаrdin dеs Ρlаntеs (Μussеt)

De Lа fоuinе sur «J’аimе lа sоlitudе еt mе rеnds sоlitаirе...» (Νеrvèzе)

De ΙsisΜusе sur Соuplеs prédеstinés (Νоuvеаu)

De Lа fоuinе sur Ρâlе sоlеil d’hivеr (Lаfоrguе)

De piсh24 sur Μуrthо (Νеrvаl)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Unе flеur pаssаgèrе, unе vаinе pеinturе...» (Gоmbаud)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Sеnsаtiоn (Rimbаud)

De piсh24 sur Lе Gоût dеs lаrmеs (Rоllinаt)

De Gоrdеаuх sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Сhristiаn sur «Quiсоnquе, mоn Βаillеul, fаit lоnguеmеnt séјоur...» (Du Βеllау)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе