Raoul Ponchon

in Le Courrier Français, 13.09.1891


Vieux messieurs


 
C’était une maison quelconque, dans un coin,
              Sans rien de pittoresque
Qu’un très gros numéro qui se voyait de loin,
              Tel un séant tudesque,
 
La maison où j’entrai, sur la foi du Gil-Blas,
              Pour finir mes études,
À la fin d’obtenir de dame Babylas
              Mon brevet d’aptitudes.
 
Une fois introduit en cet intérieur,
              Me dit cette volige :
« Voulez-vous assister au cours supérieur ?
              — Bien sûr », lui répondis-je.
 
Lors elle m’installa sans perdre un seul instant
              Derrière une lucarne
Par laquelle je vis — me sembla — s’agitant
              Une confuse carne ;
 
Comme des asticots perdus dans des brouillards,
              Enfants, vieillards et femmes
Charognaient à l’envi, faisaient leurs débrouillards
              En des coïts infâmes.
 
Et je vis d’abord un macrobien pourri
              En peignoir blanc et rose
— Telle dans un sérail une jeune hourri —
              La paupière mi-close ;
 
Et tandis qu’on lui façonnait à la main...
              Des cigarettes turques,
Des éphèbes vêtus seulement de carmin
              Lui dansaient des mazurques.
 
Un autre sur un lit se faisait inculquer
              Une étrangère langue,
On l’entendait gémir, suer et suffoquer
              Et devenir exsangue.
 
Celui-ci réclamait un peu de bon lolo,
              Alors une chamelle
Sans nul rapport avec la Vénus de Milo
              Lui tendait sa mamelle.
 
Celui-là reniflait avec des grognements
              De volupté béate,
Des linges anciens, de futurs lavements,
              De récente charpiate.
 
J’en vis un affamé plus que l’est un moineau,
              — Voilà qui tient du diantre ! —
Qui me parut manger tout simplement une o-
              -Melette avec son ventre ;
 
Un autre se faisait lécher du haut en bas
              Ainsi qu’une tartine,
Cependant qu’une garce ayant gardé ses bas
              Lui lisait Lamartine.
 
Des vieillards bien plus vieux qu’on ne peut souhaiter,
              À terre, à quatre pattes,
Poussant de petits cris et se faisant fouetter,
              Couraient comme des blattes.
 
Quelques-uns plongés plus avant dans un coma,
              De leurs tristes lavettes
Gouluement comme ils eussent fait le pur Sôma
              Buvaient l’eau des cuvettes ;
 
Qu’est-ce que vous voulez, après tout, mon Dieu, c’est
              Pour que rien ne se perde ;
Car quand je m’en allai, cet autre commençait
              À manger de la merde.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : L’Hеurе frоidе

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Rimbаud : Οphéliе

Vеrlаinе : Νеvеrmоrе : «Sоuvеnir, sоuvеnir, quе mе vеuх-tu ?...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

Αpоllinаirе : Lа Lоrеlеу

Lаhоr : Саlmе dеs plаntеs

Μussеt : Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...»

Βаudеlаirе : Rесuеillеmеnt

Μilоsz : Lа Τаvеrnе du pоrt

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Αquаrеllе еn сinq minutеs

Ρizаn : «Jе nе sаis соmmеnt је durе...»

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Τеlliеr : Сhаnsоn sur un thèmе сhinоis

Dеlаruе-Μаrdrus : Énеrvеmеnts

Dеlаruе-Μаrdrus : Соmpаrаisоns

Соrbièrе : Hеurеs

Βоumаl : «Νе rоuvrе pаs се livrе, il fаit mаl. Ιl rеssеmblе...»

Hаrаuсоurt : Ρlеinе еаu

Βiсhеt : Quаnd lа nuit sоrtirа

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lаssitudе (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur Ρаsiphаé (Βаnvillе)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе сеs аssаssins fеignеnt d’аvоir grаnd sоin...» (Lа Сеppèdе)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе