Claudius Popelin

Un livre de sonnets, 1888


Au bois


 
La dame marche au bois ; son cocher mène au pas
Les deux chevaux cambrés que cette allure irrite.
Un grand laquais, tout raide en sa longue lévite,
Suit, sans lever les yeux, sa traîne de lampas.
 
La promenade est saine et profite au repas !
Lui, seul en sa maison que le silence habite,
Rime, pour s’étourdir, le sonnet qu’il médite,
Et pense tristement qu’elle ne viendra pas.
 
Ils pourraient s’en aller ensemble par les plaines,
Cheminer en suivant les fraîches rives pleines
Des joyeuses clartés du printemps amoureux ;

Ils pourraient échanger, rêve qui vous affole, 
Les sentiments traduits par la douce parole...
Bah ! l’existence est longue et les jours sont nombreux.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 17 septembre 2015 à 11h26

Aigle d’Islande
--------------------

Se posant sur la glace, il fera quelques pas,
Ainsi qu’un factionnaire auprès de sa guérite ;
Autant le vaste ciel le voit s’avancer vite,
Autant, marchant au sol, il ne se presse pas.

Il est fort satisfait de son récent repas ;
Le saumon, qui dedans son noble ventre habite,
Sera-t-il le héros du sonnet qu’il médite ?
Sauf qu’en menus morceaux, son bec le découpa.

Mais enfin, il se tait ; ça lui semble frivole
D’exprimer son savoir en légères paroles,
Car le sens est perdu, si les mots sont nombreux.

Le grand aigle d’argent, c’est le seigneur des plaines,
De plaisirs peu communs, son existence est pleine ;
Il chante mieux que moi, quand il est amoureux.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρitrе сhâtié (Μаllаrmé)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz