Claudius Popelin

Un livre de sonnets, 1888


Vieux marin, vieil artiste


 
Quand les vieux loups de mer, à bout de leurs voyages,
Reviennent au pays ployant un peu les reins,
Ils aiment à dresser, dans des sites marins,
Leur petite maison qu’ils ornent de treillages.
 
Là, devant l’Océan rayé par les sillages,
Tout à leur jardinet planté de romarins,
Un brûle-gueule aux dents, les braves mathurins
Cultivent des carrés bordés de coquillages.
 
Ainsi, lorsqu’il a fait son œuvre quarante ans,
L’artiste peut laisser à ceux d’un nouveau temps
Le péril de monter le vaisseau qu’on arrime.
 
Et c’est un grand bonheur si, pendant ses hivers,
Il est assez lettré pour cultiver la rime
Et tromper ses regrets dans le jardin des vers.

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 9 février 2019 à 12h01

Vieil ambiloup
-------------------

L’ambiloup décrépit ne fait aucun voyage,
Il prend des infusions pour débloquer ses reins ;
Il rêve à des trésors, à des monstres marins,
À des fiefs inconnus, à de lointains baillages.

Jadis, en maint endroit il laissa son sillage,
Même à Mittelbergheim, village du Bas-Rhin ;
Mais de rester chez lui le voilà tout serein,
Près d’une librairie qu’il peut mettre au pillage.

Il a depuis longtemps dépassé soixante ans,
Il peut même employer des mots de l’ancien temps,
C’est avec naturel, ce n’est pas pour la frime.

La dernière saison de l’âge, c’est l’hiver :
Un temps pour s’amuser avec deux ou trois rimes,
Évoquer le passé, narrer sa vie en vers.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Charlus Populaire le 24 avril 2019 à 08h11

Quand les vieux loups de mer, les hommes d"équipage,
Reviennent au pays, vastes oiseaux des mers,
Ils aiment à dresser, compagnons de voyage,
Leur petite maison près des gouffres amers.

Là, devant l’Océan, déposés sur les planches,
Tout à leur jardinet, maladroits et honteux,
Un brûle-gueule aux dents, leurs grandes ailes blanches
Cultivent des carrés traînés à côté d’eux.

Ainsi, lorsqu’il a fait l’infirme qui volait,
L’artiste peut laisser au milieu de huées,
Le péril de monter au prince des nuées

Et c’est un grand bonheur : quoique comique et laid,
Il est assez lettré et se rit de l’archer,
Et trompe les regrets l’empêchant de marcher.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Glасièrе

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Νоblеs еt vаlеts (Νеrvаl)

De Jаdis sur «Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...» (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Ρаn (Hеrеdiа)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Сосhоnfuсius sur «Τristе еt hidеuх fаntômе, еffrоуаblе figurе...» (***)

De Jаdis sur Τrоp tаrd (Sullу Ρrudhоmmе)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Jаdis sur Τоmbеаu : «Lе nоir rос соurrоuсé quе lа bisе lе rоulе...» (Μаllаrmé)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz