Mathurin Régnier


Discours d’une vieille maquerelle


 
Philon, en t’ayant irrité,
Je m’en suis allé dépité,
Voire aussi rempli de colère
Qu’un voleur qu’on mène en galère,
Dans un lieu de mauvais renom,
Où jamais femme n’a dit non :
Et là je ne vis que l’hôtesse ;
Ce qui redoubla ma tristesse,
Mon ami, car j’avais pour lors
Beaucoup de graine dans le corps.
Cette vieille, branlant la tête,
Me dit : Excusez, c’est la fête
Qui fait que l’on ne trouve rien ;
Car tout le monde est gens de bien :
Et si j’ai promis en mon âme
Qu’à ce jour, pour n’entrer en blâme,
Ce péché ne serait commis ;
Mais vous êtes de nos amis
Parmanenda je le vous jure :
Il faut, pour ne vous faire injure,
Après même avoir eu le soin
De venir chez nous de si loin,
Que ma chambrière j’envoie
Jusques à l’Écu de Savoie :
Là, mon ami, tout d’un plein saut,
On trouvera ce qu’il vous faut.
Que j’aime les hommes de plume !
Quand je les vois mon cœur s’allume.
Autrefois je parlais latin.
Discourons un peu du destin :
Peut-il forcer les prophéties ?
Les pourceaux ont-ils deux vessies ?
Dites-nous quel auteur écrit
La naissance de l’Antéchrist.
Ô le grand homme que Virgile !
Il me souvient de l’évangile
Que le prêtre a dit aujourd’hui.
Mais vous prenez beaucoup d’ennui.
Ma servante est un peu tardive ;
Si faut-il vraiment qu’elle arrive
Dans un bon quart d’heure d’ici :
Elle me sert toujours ainsi.
En attendant prenez un siège
Vos escarpins n’ont point de liège !
Votre collet fait un beau tour !
À la guerre de Montcontour
On ne portait point de rotonde.
Vous ne voulez pas qu’on vous tonde ?
Les choses longs sont de saison.
Je fus autrefois de maison,
Docte, bien parlante et habile,
Autant que fille de la ville :
Je me faisais bien décrotter ;
Et nul ne m’entendait péter
Que ce ne fût dedans ma chambre.
J’avais toujours un collier d’ambre,
Des gants neufs, des souliers noircis :
J’eusse peu captiver Narcis.
Mais hélas ! étant ainsi belle,
Je ne fus pas longtemps pucelle.
Un chevalier d’autorité
Acheta ma virginité ;
Et depuis, avec une drogue,
Ma mère, qui faisait la rogue
Quand on me parlait de cela,
En trois jours me rempucela.
J’étais faite à son badinage
Après, pour servir au ménage,
Un prélat me voulut avoir :
Son argent me mit en devoir
De le servir et de lui plaire :
Toute peine requiert salaire.
Puis après voyant en effet
Mon pucelage tout refait,
Ma mère, en son métier savante,
Me mit une autre fois en vente ;
Si bien qu’un jeune trésorier
Fut le troisième aventurier
Qui fit bouillir notre marmite.
J’appris autrefois d’un ermite
Tenu pour un savant parleur,
Qu’on peut dérober un voleur
Sans se charger la conscience.
Dieu m’a donné cette science.
Cet homme, aussi riche que laid,
Me fit épouser son valet,
Un bon sot qui se nommait Blaise.
Je ne fus onc tant à mon aise,
Qu’à l’heure que ce gros manant
Allait les restes butinant,
Non pas seulement de son maître,
Mais du chevalier et du prêtre.
De ce côté j’eus mille francs ;
Et j’avais jà, depuis deux ans,
Avec ma petite pratique,
Gagné de quoi lever boutique
De cabaret à Montléry,
Où naquit mon pauvre mari.
Hélas ! que c’était un bon homme !
Il avait été jusqu’à Rome ;
Il chantait comme un rossignol ;
Il savait parler espagnol.
Il ne recevait point d’escornes ;
Car il ne portait pas les cornes
Depuis qu’avecques lui je fus.
Il avait les membres touffus :
Le poil est un signe de force,
Et ce signe a beaucoup d’amorce
Parmi les femmes du métier.
Il était bon arbalétier :
Sa cuisse était de belle marge ;
Il avait l’épaule bien large ;
Il était ferme de rognons,
Non comme ces petits mignons
Qui font de la sainte Nitouche ;
Aussitôt que leur doigt vous touche,
Ils n’osent pousser qu’à demi :
Celui-là poussait en ami,
Et n’avait ni muscle ni veine
Qui ne poussât sans prendre haleine ;
Mais tant et tant il a poussé,
Qu’en poussant il est trépassé.
Soudain que son corps fut en terre,
L’enfant Amour me fit la guerre ;
De façon que, pour mon amant,
Je pris un bateleur normand,
Lequel me donna la vérole ;
Puis lui prestai, sur sa parole,
Avant que je connusse rien
À son mal, presque tout mon bien.
Maintenant nul de moi n’a cure :
Je fléchis aux lois de nature ;
Je suis aussi sèche qu’un os ;
Je ferais peur aux huguenots
En me voyant ainsi ridée
Sans dents, et la gorge bridée,
S’ils ne mettaient nos visions
Au rang de leurs dérisions.
Je suis vendeuse de chandelles :
Il ne s’en voit point de fidèles
En leur état, comme je suis ;
Je connais bien ce que je puis.
Je ne puis aimer la jeunesse
Qui veut avoir trop de finesse ;
Car les plus fines de la cour
Ne me cachent point leur amour.
Telle va souvent à l’église,
De qui je connais la feintise ;
Telle qui veut son fait nier
Dit que c’est pour communier ;
Mais la chose m’est indiquée :
C’est pour être communiquée
À ses amis par mon moyen,
Comme Hélène fit au Troyen.
Quand la vieille, sans nulle honte,
M’eut achevé son petit conte,
Un commissaire illec passa,
Un sergent la porte poussa.
Sans attendre la chambrière,
Je sortis par l’huis de derrière,
Et m’en allai chez le voisin,
Moitié figue, moitié raisin,
N’ayant ni tristesse ni joie
De n’avoir point trouvé la proie.
 



Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur «Οù quе је tоurnе l’œil, sоit vеrs lе Саpitоlе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Dеlfiса (Νеrvаl)

De Сосhоnfuсius sur «Ô саlmе nuit, qui dоuсеmеnt соmpоsеs...» (Τуаrd)

De Jаdis sur Βоnјоur ! (Gérаldу)

De Сосhоnfuсius sur «Luth, соmpаgnоn dе mа саlаmité...» (Lаbé)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz