Mathurin Régnier


Ode sur la Ch x x x


 
Infâme bâtard de Cythère,
Fils ingrat d’une ingrate mère,
Avorton, traître, et déguisé,
Si je t’ai suivi dès l’enfance,
De quelle ingrate récompense
As-tu mon service abusé ?
 
Mon cas fier de mainte conquête,
En Espagnol portait la tête,
Triomphant, superbe et vainqueur,
Que nul effort n’eut sut rabattre :
Maintenant, lâche et sans combattre
Fait la cane et n’a plus de cœur.
 
De tes autels une Prêtresse
L’a réduit en telle détresse,
Le voyant au choc obstiné,
Qu’entouré d’onguent et de linge,
Il m’est avis de voir un singe,
Comme un enfant embéguiné.
 
Sa façon robuste et raillarde,
Pend l’oreille et n’est plus gaillarde,
Son teint vermeil n’a point d’éclat,
De pleurs il se noie la face,
Et fait aussi laide grimace,
Qu’un boudin crevé dans un plat.
 
Aussi penaud qu’un chat qu’on châtre,
Il demeure dans son emplâtre,
Comme en sa coque un limaçon.
En vain d’arrasser il essaye,
Encordé comme une lampraye,
Il obéit au caveçon.
 
Une salive mordicante,
De sa narine distillante
L’ulcère si fort par dedans,
Que crachant l’humeur qui le pique,
Il bave comme un pulmonique,
Qui tient la mort entre ses dents.
 
Ha ! Que cette humeur languissante
Du temps jadis est différente !
Quand brave, courageux et chaud,
Tout passait au fil de sa rage,
N’étant si jeune pucelage
Qu’il n’enfila de prime assaut.
 
Apollon dès mon âge tendre,
Poussé du courage d’apprendre
Auprès du ruisseau Parnassin,
Si je t’invoquai pour Poète,
Ores en ma douleur secrète
Je t’invoque pour Médecin.
 
Sévère Roi des destinées,
Mesureur des vites années,
Cœur du monde, œil du firmament,
Toi qui présides à la vie,
Guéris mon cas, je te supplie,
Et le conduis à sauvement.
 
Pour récompense dans mon temple,
Servant de mémorable exemple
Aux jouteurs qui viendront après,
J’appendrai la même figure,
De mon cas malade en peinture
Ombragé d’ache et de cyprès.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Βоnјоur ! (Gérаldу)

De Сосhоnfuсius sur «Luth, соmpаgnоn dе mа саlаmité...» (Lаbé)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt rоmаntiquе (Riсhеpin)

De Jаdis sur «Jе nе suis plus сеlui qui rеspirаit lа viе...» (Βérоаldе)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...» (Frаnсе)

De Jаdis sur «Déјà lа nuit еn sоn pаrс аmаssаit...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz