Jean Richepin

La Bombarde, 1899


Les Deux Ménétriers


 
Sur les noirs chevaux sans mors,
Sans selle et sans étriers,
Par le royaume des morts
Vont deux blancs ménétriers.
 
Ils vont un galop d’enfer,
Tout en raclant leurs crincrins
Avec des archets de fer
Ayant des cheveux pour crins.
 
Au fracas des durs sabots,
Au rire des violons,
Les morts sortent des tombeaux.
Hop ! Dansons ! Cabriolons !
 
Et les trépassés joyeux
Suivent par bonds essoufflants,
Avec une flamme aux yeux,
Rouge dans leurs crânes blancs.
 
Soudain, les chevaux sans mors,
Sans selle et sans étriers,
Font halte, et voici qu’aux morts
Parlent les ménétriers.
 
Le premier dit, d’une voix
Sonnant comme un tympanon :
« Voulez-vous vivre deux fois ?
Venez ! La Vie est mon nom ! »
 
Et tous, même les plus gueux
Qui de rien n’avaient joui,
Tous dans un élan fougueux
Les morts ont répondu : « Oui ! »
 
Alors l’autre, d’une voix
Qui soupirait comme un cor,
Leur dit : « Pour vivre deux fois,
Il vous faut aimer encor.
 
« Aimez donc ! Enlacez vous !
Venez ! L’Amour est mon nom ! »
Mais tous, même les plus fous,
Les morts ont répondu : « Non ! »
 
Et de leurs doigts décharnés,
Montrant leurs cœurs en lambeaux,
Avec des cris de damnés,
Sont rentrés dans leur tombeaux.
 
Et les blancs ménétriers,
Sur leurs noirs chevaux sans mors,
Sans selle et sans étriers,
Ont laissé dormir les morts.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 5 mai 2014 à 11h33

Pêche au trésor
-------------------

Sur le fond de l’Atlantique
Venus en aventuriers,
Équipés tels l’As de Pique
Vont deux fiers scaphandriers.

Ils ont des souliers de cuivre
Et des semelles de plomb ;
De longs tuyaux pour survivre
À plusieurs brasses de fond.

Sous le regard des sirènes,
Ils pourchassent les trésors ;
Cependant les choses traînent,
Elles ne vont pas très fort.

Plusieurs noyés ironiques
Voient les plongeurs s’essoufflant ;
Un sourire sardonique
Orne leur visage blanc.

Froides eaux de l’Atlantique,
Aidez ces aventuriers
Fagotés en As de Pique,
Ces pauvres scaphandriers !

Le chef des crabes regarde
Ces deux lascars convoitant
L’immense trésor qu’il garde,
Et ça ne lui plaît pas tant.

Il les conduit en otages
Dans sa maison sous la mer
Et leur verse du potage
Très bon quoiqu’il soit amer.

Puis le crabe, avec tendresse,
Chante comme un troubadour,
Car il feint, lui, plein d’adresse,
D’éprouver le grand amour.

Ô plongeurs, mon âme est pure :
Et mon bonheur serait grand
De suivre votre aventure
Sur le fond de l’océan.

Il les mène au réfectoire,
Les fait boire à sa santé ;
Puis, à force de trop boire,
Ils se sont mis à chanter :

Qu’on est bien dans l’Atlantique
Quand on est aventurier !
Chantons, tels deux As de Pique,
La joie des scaphandriers.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Sérénаdе

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Jаmmеs : Lе Dеuil du соnsеillеr muniсipаl

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Riсhеpin : Sоnnеt mоrnе

Siеfеrt : Αmоur

Τоulеt : L’Ιngénuе.

Rоnsаrd : «Quаnd је vоus vоis, оu quаnd је pеnsе à vоus...»

Μаgnу : «Quаnd un сhаnt sur lе luth mа Μаîtrеssе frеdоnnе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Се fut pаr un sоir dе l’аutоmnе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt sur dеs mоts qui n’оnt pоint dе rimе

Αpоllinаirе : Lе Hibоu

Viаu : «Αh ! Ρhilis, quе lе Сiеl mе fаit mаuvаis visаgе !...»

Vеrlаinе : Çаvitrî

Сrоs : À Μ. Hаussmаnn

Lingеndеs : Stаnсеs : «Соnnаissаnt vоtrе humеur, је vеuх biеn, mа Sуlviе...»

Hеrеdiа : Épigrаmmе vоtivе

Lаfоrguе : Sоnnеt pоur évеntаil

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Αubе à l’Εnvеrs (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sсhеvеninguе mоrtе sаisоn (Lаrbаud)

De Сосhоnfuсius sur Lе Suссubе (Rоllinаt)

De Jаdis sur «Αh ! Ρhilis, quе lе Сiеl mе fаit mаuvаis visаgе !...» (Viаu)

De Jаdis sur Rоndеl sur lа buttе Μоntmаrtrе (Rоinаrd)

De Сосhоnfuсius sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Сurаrе- sur Lеs Νègrеs (Jаmmеs)

De Сurаrе- sur «J’étаis еn libеrté quаnd сеllе qui m’еngаgе...» (Lа Rоquе)

De Xiаn sur Sоnnеt : «Dеuх sоnnеts pаrtаgеnt lа villе...» (Соrnеillе)

De Xiаn sur Vеrs imprоvisés sur un аlbum (Lаmаrtinе)

De Сhristiаn sur Lе Βаtеаu ivrе (Rimbаud)

De Саnаrd sur Sur Jоnаs (Drеlinсоurt)

De Sаuvеtеur sur À Μаdаmе G., Sоnnеt (Μussеt)

De Μоnrоsе sur «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...» (Αpоllinаirе)

De Сurаrе- sur Νuit tоmbаntе (Hugо)

De Сhristiаn sur Lа Guеrrе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De dеsfоrgеs sur Sуmphоniе inасhеvéе (Μilоsz)

De Ιо Kаnааn sur L’Éсhо (Соppéе)

De Сurаrе- sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur Ρèlеrinаgе (Vеrhаеrеn)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе