Jean Richepin


Les Deux Ménétriers


 
Sur les noirs chevaux sans mors,
Sans selle et sans étriers,
Par le royaume des morts
Vont deux blancs ménétriers.
 
Ils vont un galop d’enfer,
Tout en raclant leurs crincrins
Avec des archets de fer
Ayant des cheveux pour crins.
 
Au fracas des durs sabots,
Au rire des violons,
Les morts sortent des tombeaux.
Hop ! Dansons ! Cabriolons !
 
Et les trépassés joyeux
Suivent par bonds essoufflants,
Avec une flamme aux yeux,
Rouge dans leurs crânes blancs.
 
Soudain, les chevaux sans mors,
Sans selle et sans étriers,
Font halte, et voici qu’aux morts
Parlent les ménétriers.
 
Le premier dit, d’une voix
Sonnant comme un tympanon :
« Voulez-vous vivre deux fois ?
Venez ! La Vie est mon nom ! »
 
Et tous, même les plus gueux
Qui de rien n’avaient joui,
Tous dans un élan fougueux
Les morts ont répondu : « Oui ! »
 
Alors l’autre, d’une voix
Qui soupirait comme un cor,
Leur dit : « Pour vivre deux fois,
Il vous faut aimer encor.
 
« Aimez donc ! Enlacez vous !
Venez ! L’Amour est mon nom ! »
Mais tous, même les plus fous,
Les morts ont répondu : « Non ! »
 
Et de leurs doigts décharnés,
Montrant leurs cœurs en lambeaux,
Avec des cris de damnés,
Sont rentrés dans leur tombeaux.
 
Et les blancs ménétriers,
Sur leurs noirs chevaux sans mors,
Sans selle et sans étriers,
Ont laissé dormir les morts.
 

La Bombarde, 1899

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 5 mai 2014 à 11h33

Pêche au trésor
-------------------

Sur le fond de l’Atlantique
Venus en aventuriers,
Équipés tels l’As de Pique
Vont deux fiers scaphandriers.

Ils ont des souliers de cuivre
Et des semelles de plomb ;
De longs tuyaux pour survivre
À plusieurs brasses de fond.

Sous le regard des sirènes,
Ils pourchassent les trésors ;
Cependant les choses traînent,
Elles ne vont pas très fort.

Plusieurs noyés ironiques
Voient les plongeurs s’essoufflant ;
Un sourire sardonique
Orne leur visage blanc.

Froides eaux de l’Atlantique,
Aidez ces aventuriers
Fagotés en As de Pique,
Ces pauvres scaphandriers !

Le chef des crabes regarde
Ces deux lascars convoitant
L’immense trésor qu’il garde,
Et ça ne lui plaît pas tant.

Il les conduit en otages
Dans sa maison sous la mer
Et leur verse du potage
Très bon quoiqu’il soit amer.

Puis le crabe, avec tendresse,
Chante comme un troubadour,
Car il feint, lui, plein d’adresse,
D’éprouver le grand amour.

Ô plongeurs, mon âme est pure :
Et mon bonheur serait grand
De suivre votre aventure
Sur le fond de l’océan.

Il les mène au réfectoire,
Les fait boire à sa santé ;
Puis, à force de trop boire,
Ils se sont mis à chanter :

Qu’on est bien dans l’Atlantique
Quand on est aventurier !
Chantons, tels deux As de Pique,
La joie des scaphandriers.

[Lien vers ce commentaire]


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : «Qu’еst-се pоur nоus, mоn сœur...»

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Εspоir timidе (Соppéе)

De Jаdis sur Vеrs vаguеs (Μеrrill)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Саnt vоi l’аubе du јоur vеnir...» (Βrulé)

De Сосhоnfuсius sur Μоn rêvе fаmiliеr (Vеrlаinе)

De Jаdis sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе