Jean Richepin


Monument aux morts


 
Ceux dont ce monument consacre la mémoire
N’étaient point des chercheurs d’aventure ou de gloire.
C’est à toi, vénérable et tranquille Maison
N’ayant que le devoir pour austère horizon,
C’est à toi seule qu’ils avaient voué leur vie
Et la sacrifiaient sans avoir d’autre envie
Que d’y bien faire leur carrière obscurément.
 
Ô vertus dont jamais nulle ne se dément,
Probité, loyauté, méthode, patience,
Travail, grand ou petit, partout en conscience,
Toujours méticuleux et toujours jusqu’au bout !
C’est par l’effort de tous que l’œuvre tient debout.
Quelle œuvre ? Le trésor, l’épargne de la France,
Son bas de laine au fond duquel dort l’espérance,
Le Crédit, le soleil de l’or, dont nous voyons
Dans nos jours les plus noirs s’allumer les rayons
Prêts à verser un peu de joie en notre poche
Quand on croise, humble et doux, le porteur de sacoche.
Eh bien ! de ce dernier jusqu’aux premiers d’entre eux,
Voilà ce qu’ils étaient, ces hommes, généreux
Sans penser qu’ils l’étaient, sans y trouver matière
À quelque orgueil ! Et, donc, pour l’existence entière
S’étant voués à la vénérable Maison
Dont un simple devoir est l’unique horizon,
Tout compte fait, ils y poursuivaient leur carrière,
Et bien peu se sentaient, certes, d’humeur guerrière.
Soudain la France crie " À moi, fils ! Au secours !"
Et, tel notre Gautier : " On bat maman ? J’accours !"
Ont-ils répondu, tous. Et voici sous les armes
Ces braves gens, parmi les horribles vacarmes
De la bataille, les blessures, les trépas.
 
À ces devoirs nouveaux, ils ne renâclent pas.
Ils s’y donnent à plein cœur, quoique sans étude,
Avec les mêmes soins dont ils ont l’habitude,
Et les mêmes vertus qui font tout jusqu’au bout.
Aussi calme qu’à son guichet, on meurt debout ;
Et dans l’abîme, pour que notre France en sorte,
Plus de sept cents d’entre eux ont payé de la sorte.
Honneur à ces héros ! Probité ! Loyauté !
Ils ont réglé l’effet qu’on leur a présenté.
Ils ne réclament rien, eux, du beau sacrifice ;
Ils pensent qu’ils ont fait simplement leur service ;
Mais toi, qui te sens leur débitrice, ô Maison,
Tu leur veux dans la mort un sublime horizon,
Et, sur ce monument consacrant leur mémoire,
Eux, qui ne l’avaient point cherchée, ils ont la gloire.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lа Fоntаinе : Lа Βеsасе

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Sсhwоb : Βоuts rimés

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Αu сiеl (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Сhаssе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе