Jean Richepin


Monument aux morts


 
Ceux dont ce monument consacre la mémoire
N’étaient point des chercheurs d’aventure ou de gloire.
C’est à toi, vénérable et tranquille Maison
N’ayant que le devoir pour austère horizon,
C’est à toi seule qu’ils avaient voué leur vie
Et la sacrifiaient sans avoir d’autre envie
Que d’y bien faire leur carrière obscurément.
 
Ô vertus dont jamais nulle ne se dément,
Probité, loyauté, méthode, patience,
Travail, grand ou petit, partout en conscience,
Toujours méticuleux et toujours jusqu’au bout !
C’est par l’effort de tous que l’œuvre tient debout.
Quelle œuvre ? Le trésor, l’épargne de la France,
Son bas de laine au fond duquel dort l’espérance,
Le Crédit, le soleil de l’or, dont nous voyons
Dans nos jours les plus noirs s’allumer les rayons
Prêts à verser un peu de joie en notre poche
Quand on croise, humble et doux, le porteur de sacoche.
Eh bien ! de ce dernier jusqu’aux premiers d’entre eux,
Voilà ce qu’ils étaient, ces hommes, généreux
Sans penser qu’ils l’étaient, sans y trouver matière
À quelque orgueil ! Et, donc, pour l’existence entière
S’étant voués à la vénérable Maison
Dont un simple devoir est l’unique horizon,
Tout compte fait, ils y poursuivaient leur carrière,
Et bien peu se sentaient, certes, d’humeur guerrière.
Soudain la France crie " À moi, fils ! Au secours !"
Et, tel notre Gautier : " On bat maman ? J’accours !"
Ont-ils répondu, tous. Et voici sous les armes
Ces braves gens, parmi les horribles vacarmes
De la bataille, les blessures, les trépas.
 
À ces devoirs nouveaux, ils ne renâclent pas.
Ils s’y donnent à plein cœur, quoique sans étude,
Avec les mêmes soins dont ils ont l’habitude,
Et les mêmes vertus qui font tout jusqu’au bout.
Aussi calme qu’à son guichet, on meurt debout ;
Et dans l’abîme, pour que notre France en sorte,
Plus de sept cents d’entre eux ont payé de la sorte.
Honneur à ces héros ! Probité ! Loyauté !
Ils ont réglé l’effet qu’on leur a présenté.
Ils ne réclament rien, eux, du beau sacrifice ;
Ils pensent qu’ils ont fait simplement leur service ;
Mais toi, qui te sens leur débitrice, ô Maison,
Tu leur veux dans la mort un sublime horizon,
Et, sur ce monument consacrant leur mémoire,
Eux, qui ne l’avaient point cherchée, ils ont la gloire.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Ρrièrе d’un Ρаïеn (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Sоir sur l’еаu (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur «L’аmоur nоus fаit trеmblеr...» (Guérin)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе