Jean Richepin

La Chanson des gueux, 1876


Voyou


 
J’ai dix ans. Quoi ! ça vous épate ?
Ben ! c’est comm’ ça, na ! j’suis voyou,
Et dans mon Paris j’ carapate
Comme un asticot dan’ un mou.
 
Sous l’bord noir et gras d’ ma casquette,
Avec mes doigts aux ongu’ en deuil,
J’ sais rien m’ coller eun’ roufflaquette
Tout l’ long d’ la temp’, là, jusqu’à l’œil.
 
J’ peux m’ parler tout ba’ à l’oreille
Sans qu’ personne entend’ rien du tout.
Quand j’ rigol’, ma gueule est pareille
À cell’ d’un four ou d’un égout.
 
Mes jamb’s sont fait’s comm’ des trombones.
Oui, mais j’sais tirer — gar’ là-dessous ! —
La savate, avec mes guibonnes
Comm’ cell’s d’un canard eud’ quinz’ sous.
 
J’ai l’ piton camard en trompette.
Aussi, soyez pa’ étonnés
Si j’ai rien qu’ du vent dans la tête :
C’est pa’c’que j’ai pas d’poils dans l’nez.
 
Près des théâtres, dans les gares,
Entre les arpions des sergots
C’est moi que j’cueill’ les bouts d’cigares,
Les culots d’pipe et les mégots.
 
Ben, moi, c’t’existenc,’-là m’assomme !
J’ voudrais posséder un chapeau.
L’est vraiment temps d’ dev’nir un homme.
J’en ai plein l’dos d’être un crapaud.
 
Les pant’s doiv’nt me prend’ pour un pître,
Quand, avec les zigs, sur eul’ zinc,
J’ai pas d’ brais’ pour me fend’ d’un litre,
Pas mêm’ d’un meulé-cass’ à cinq.
 
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  . 
 
Vrai, vous savez, c’est pas ma faute.
J’ fais quoi que j’ peux. J’ vous dirais ben
Pourquoi c’est que j’ suis pas d’ la haute.
J’ l’avais mêm’ dit à m’sieu Rich’pin.
 
Mais faut croir’ que ça doit pas s’dire,
Puisque, pour s’êtr’ fait mon écho,
On l’a fourré dans la tir’lire
Avec les pègres d’ Pélago.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаupаssаnt : Αu bоrd dе l’еаu

Rоllinаt : À unе mуstériеusе

Εlskаmp : «J’аi tristе d’unе villе еn bоis...»

Frаnсе : Sоnnеt : «Εllе а dеs уеuх d’асiеr ; sеs сhеvеuх nоirs еt lоurds...»

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Rimbаud : Sоlеil еt сhаir

Jеаn Dоminiquе

Αpоllinаirе : «Μоn аiméе аdоréе аvаnt quе је m’еn аillе...»

Βаudеlаirе : Lе Μоrt јоуеuх

☆ ☆ ☆ ☆

Viviеn : Sоnnеt : «J’аimе lа bоuе humidе еt tristе оù sе rеflètе...»

Vеrhаеrеn : Lе Ρаssеur d’еаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Соrnе (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur «Un ivоirе vivаnt, unе nеigе аniméе...» (Dеspоrtеs)

De Сосhоnfuсius sur Lе Lаit dе sеrpеnt (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur Sоnnеt : «Un livrе n’аurаit pаs suffi...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Τrуphоn Τоurnеsоl sur À unе mуstériеusе (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur L’Αngе (Lоuÿs)

De Αlbаtrосе sur «Dоuсе plаgе оù nаquit mоn âmе...» (Τоulеt)

De Τhundеrbird sur Unе flаmmе (Соrаn)

De Ιо Kаnааn sur Sur lа Сrоiх dе nоtrе Sеignеur — Sа Саusе (Drеlinсоurt)

De Сurаrе- sur À Μ. Α. Τ. : «Αinsi, mоn сhеr аmi, vоus аllеz dоnс pаrtir !...» (Μussеt)

De Gеf sur Villеs : «Се sоnt dеs villеs !...» (Rimbаud)

De Jаdis sur Τаblеаu (Сrоs)

De Βibоsаurе sur À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...» (Μussеt)

De Βоurg sur «Lоngtеmps si ј’аi dеmеuré sеul...» (Τоulеt)

De nоn sur Vеrlаinе

De Jаdis sur Épigrаmmе d’аmоur sur sоn nоm (Αubеspinе)

De Jаdis sur Un hоmmе (Fоurеst)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе