Rimbaud


Comédie de la Soif


 
                1. les parents
 
  Nous sommes tes Grands-Parents,
              Les Grands !
  Couverts des froides sueurs
  De la lune et des verdures.
  Nos vins secs avaient du cœur !
  Au Soleil sans imposture
  Que faut-il à l’homme ? boire.
 
Moi. — Mourir aux fleuves barbares.
 
  Nous sommes tes Grands-Parents
              Des champs.
  L’eau est au fond des osiers :
  Vois le courant du fossé
  Autour du Château mouillé.
  Descendons en nos celliers ;
  Après, le cidre et le lait.
 
Moi. — Aller où boivent les vaches.
 
  Nous sommes tes Grands-Parents ;
              Tiens, prends
  Les liqueurs dans nos armoires
  Le Thé, le Café, si rares,
  Frémissent dans les boulloires.
 
  — Vois les images, les fleurs.
  Nous rentrons du cimetière.
 
Moi. — Ah ! tarir toutes les urnes !
 
 
                2. l’esprit
 
    Éternelles Ondines,
              Divisez l’eau fine.
    Vénus, sœur de l’azur,
              Émeus le flot pur.
 
    Juifs errants de Norwège
              Dites-moi la neige.
    Anciens exilés chers
              Dites-moi la mer.
 
Moi. — Non, plus ces boissons pures,
              Ces fleurs d’eau pour verres ;
    Légendes ni figures
              Ne me désaltèrent ;
 
    Chansonnier, ta filleule
              C’est ma soif si folle
    Hydre intime sans gueules
              Qui mine et désole.
 
 
                3. les amis
 
  Viens, les Vins vont aux plages,
  Et les flots par millions !
  Vois le Bitter sauvage
  Rouler du haut des monts !
 
  Gagnons, pèlerins sages,
  L’Absinthe aux verts piliers...
 
Moi. — Plus ces paysages.
  Qu’est l’ivresse, Amis ?
 
  J’aime autant, mieux, même,
  Pourrir dans l’étang,
  Sous l’affreuse crème,
  Près des bois flottants.
 
 
                4. le pauvre songe
 
  Peut-être un Soir m’attend
  Où je boirai tranquille
  En quelque vieille Ville,
  Et mourrai plus content :
  Puisque je suis patient !
 
  Si mon mal se résigne
  Si j’ai jamais quelque or
  Choisirai-je le Nord
  Ou le Pays des Vignes ?...
  — Ah songer est indigne
 
  Puisque c’est pure perte !
  Et si je redeviens
  Le voyageur ancien,
  Jamais l’auberge verte
  Ne peut bien m’être ouverte.
 
 
                5. conclusion
 
Les pigeons qui tremblent dans la prairie,
Le gibier, qui court et qui voit la nuit,
Les bêtes des eaux, la bête asservie,
Les derniers papillons !... ont soif aussi.
 
Mais fondre où fond ce nuage sans guide,
— Oh ! favorisé de ce qui est frais !
Expirer en ces violettes humides
Dont les aurores chargent ces forêts ?
 

Mai 1872.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Glасièrе

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Sоnnеur (Μаllаrmé)

De Jаdis sur Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ... (Dеlillе)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Dаns un pеsаnt rеpоs d’аprès-midi vеrmеil...» (Vеrhаеrеn)

De Сосhоnfuсius sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Νоblеs еt vаlеts (Νеrvаl)

De Jаdis sur «Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...» (Соppéе)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе