Rimbaud


Comédie de la Soif


 
                1. les parents
 
  Nous sommes tes Grands-Parents,
              Les Grands !
  Couverts des froides sueurs
  De la lune et des verdures.
  Nos vins secs avaient du cœur !
  Au Soleil sans imposture
  Que faut-il à l’homme ? boire.
 
Moi. — Mourir aux fleuves barbares.
 
  Nous sommes tes Grands-Parents
              Des champs.
  L’eau est au fond des osiers :
  Vois le courant du fossé
  Autour du Château mouillé.
  Descendons en nos celliers ;
  Après, le cidre et le lait.
 
Moi. — Aller où boivent les vaches.
 
  Nous sommes tes Grands-Parents ;
              Tiens, prends
  Les liqueurs dans nos armoires
  Le Thé, le Café, si rares,
  Frémissent dans les boulloires.
 
  — Vois les images, les fleurs.
  Nous rentrons du cimetière.
 
Moi. — Ah ! tarir toutes les urnes !
 
 
                2. l’esprit
 
    Éternelles Ondines,
              Divisez l’eau fine.
    Vénus, sœur de l’azur,
              Émeus le flot pur.
 
    Juifs errants de Norwège
              Dites-moi la neige.
    Anciens exilés chers
              Dites-moi la mer.
 
Moi. — Non, plus ces boissons pures,
              Ces fleurs d’eau pour verres ;
    Légendes ni figures
              Ne me désaltèrent ;
 
    Chansonnier, ta filleule
              C’est ma soif si folle
    Hydre intime sans gueules
              Qui mine et désole.
 
 
                3. les amis
 
  Viens, les Vins vont aux plages,
  Et les flots par millions !
  Vois le Bitter sauvage
  Rouler du haut des monts !
 
  Gagnons, pèlerins sages,
  L’Absinthe aux verts piliers...
 
Moi. — Plus ces paysages.
  Qu’est l’ivresse, Amis ?
 
  J’aime autant, mieux, même,
  Pourrir dans l’étang,
  Sous l’affreuse crème,
  Près des bois flottants.
 
 
                4. le pauvre songe
 
  Peut-être un Soir m’attend
  Où je boirai tranquille
  En quelque vieille Ville,
  Et mourrai plus content :
  Puisque je suis patient !
 
  Si mon mal se résigne
  Si j’ai jamais quelque or
  Choisirai-je le Nord
  Ou le Pays des Vignes ?...
  — Ah songer est indigne
 
  Puisque c’est pure perte !
  Et si je redeviens
  Le voyageur ancien,
  Jamais l’auberge verte
  Ne peut bien m’être ouverte.
 
 
                5. conclusion
 
Les pigeons qui tremblent dans la prairie,
Le gibier, qui court et qui voit la nuit,
Les bêtes des eaux, la bête asservie,
Les derniers papillons !... ont soif aussi.
 
Mais fondre où fond ce nuage sans guide,
— Oh ! favorisé de ce qui est frais !
Expirer en ces violettes humides
Dont les aurores chargent ces forêts ?
 

Mai 1872.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hаrаuсоurt : «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...»

Τristаn L’Hеrmitе : Lе Ρrоmеnоir dеs dеuх аmаnts

Hеrеdiа

Νоdiеr : Lа Jеunе Fillе

Αubigné : «Се dоuх hivеr...»

Αubigné : «Αuprès dе се bеаu tеint, lе lуs еn nоir sе сhаngе...»

Jаmmеs : Lоrsquе је sеrаi mоrt

Βirаguе : «Ô сœur tristе еt pеnsif, qui еn si dur mаrtуrе...»

Νеlligаn : Lеs Αngéliquеs

Νеrvаl : Αvril

Rоdеnbасh : Соllègе аnсiеn

Οrléаns : «Соmmе ј’оis quе сhасun dеvisе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Αubigné : «Lеs lуs mе sеmblеnt nоirs...»

Rоllinаt : Viеrgе dаmnéе

Αpоllinаirе : Сhаpеаu-tоmbеаu

Βаtаillе : Lеs Villаgеs

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Αpоllinаirе : «Μоn сhеr Ρаblо lа guеrrе durе...»

Dumеstrе : Lеs Ιnquiеts

Сrоs : Sоnnеt : «Βiеn quе Ρаrisiеnnе еn tоus pоints, vоus аvеz...»

Νuуsеmеnt : «Соmbiеn, соmbiеn dе fоis, аu sоir sоus lа nuit brunе...»

Rоllinаt : Lа Βuvеusе d’аbsinthе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Jоliеs fеmmеs (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Αmоur mе tuе, еt si је nе vеuх dirе...» (Rоnsаrd)

De Сhаrlus Ρоpulаirе sur Viеuх mаrin, viеil аrtistе (Ρоpеlin)

De Сосhоnfuсius sur «Quе viеnt-еllе mе dirе, аuх plus tеndrеs instаnts...» (Sаintе-Βеuvе)

De Hаn Riсutе sur Соmplаintе аmоurеusе (Αllаis)

De Lе Gаrdiеn sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Сhristiаn sur Lе Μоnt dеs Οliviеrs (Vignу)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Сhristiаn sur «Sасrés соtеаuх, еt vоus sаintеs ruinеs...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρ10H24- sur Εllе еt lui (Αutrаn)

De Сurаrе- sur «Quаnd је vоudrаi sоnnеr dе mоn grаnd Αvаnsоn...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur «Quаnd mоn fil sе саssеrа sоus...» (Ρеllеrin)

De Αmаris- sur Sуmbоlе (Gilkin)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt mélаnсоliquе (Αdеlswärd-Fеrsеn)

De Сurаrе- sur Αprès lа bаtаillе (Hugо)

De Μilоu dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе