Rimbaud


Comédie de la Soif


 
                1. les parents
 
  Nous sommes tes Grands-Parents,
              Les Grands !
  Couverts des froides sueurs
  De la lune et des verdures.
  Nos vins secs avaient du cœur !
  Au Soleil sans imposture
  Que faut-il à l’homme ? boire.
 
Moi. — Mourir aux fleuves barbares.
 
  Nous sommes tes Grands-Parents
              Des champs.
  L’eau est au fond des osiers :
  Vois le courant du fossé
  Autour du Château mouillé.
  Descendons en nos celliers ;
  Après, le cidre et le lait.
 
Moi. — Aller où boivent les vaches.
 
  Nous sommes tes Grands-Parents ;
              Tiens, prends
  Les liqueurs dans nos armoires
  Le Thé, le Café, si rares,
  Frémissent dans les boulloires.
 
  — Vois les images, les fleurs.
  Nous rentrons du cimetière.
 
Moi. — Ah ! tarir toutes les urnes !
 
 
                2. l’esprit
 
    Éternelles Ondines,
              Divisez l’eau fine.
    Vénus, sœur de l’azur,
              Émeus le flot pur.
 
    Juifs errants de Norwège
              Dites-moi la neige.
    Anciens exilés chers
              Dites-moi la mer.
 
Moi. — Non, plus ces boissons pures,
              Ces fleurs d’eau pour verres ;
    Légendes ni figures
              Ne me désaltèrent ;
 
    Chansonnier, ta filleule
              C’est ma soif si folle
    Hydre intime sans gueules
              Qui mine et désole.
 
 
                3. les amis
 
  Viens, les Vins vont aux plages,
  Et les flots par millions !
  Vois le Bitter sauvage
  Rouler du haut des monts !
 
  Gagnons, pèlerins sages,
  L’Absinthe aux verts piliers...
 
Moi. — Plus ces paysages.
  Qu’est l’ivresse, Amis ?
 
  J’aime autant, mieux, même,
  Pourrir dans l’étang,
  Sous l’affreuse crème,
  Près des bois flottants.
 
 
                4. le pauvre songe
 
  Peut-être un Soir m’attend
  Où je boirai tranquille
  En quelque vieille Ville,
  Et mourrai plus content :
  Puisque je suis patient !
 
  Si mon mal se résigne
  Si j’ai jamais quelque or
  Choisirai-je le Nord
  Ou le Pays des Vignes ?...
  — Ah songer est indigne
 
  Puisque c’est pure perte !
  Et si je redeviens
  Le voyageur ancien,
  Jamais l’auberge verte
  Ne peut bien m’être ouverte.
 
 
                5. conclusion
 
Les pigeons qui tremblent dans la prairie,
Le gibier, qui court et qui voit la nuit,
Les bêtes des eaux, la bête asservie,
Les derniers papillons !... ont soif aussi.
 
Mais fondre où fond ce nuage sans guide,
— Oh ! favorisé de ce qui est frais !
Expirer en ces violettes humides
Dont les aurores chargent ces forêts ?
 

Mai 1872.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : Réсlаmе pоur lа mаisоn Wаlk оvеr

Lа Fоntаinе : Lе Lоup еt l’Αgnеаu

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Βаudеlаirе : Саusеriе

Lоrrаin : Lа Μоrt dеs lуs

Сrоs : Αu саfé

Сrоs : À unе сhаttе

Rоllinаt : Lа Dаmе еn сirе

Vеrlаinе : Сlаir dе lunе

☆ ☆ ☆ ☆

Lоuvеnсоurt : «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...»

Viviеn : Lеs Lèvrеs pаrеillеs

Spоndе : «Qui sоnt, qui sоnt сеuх-là, dоnt lе сœur idоlâtrе...»

Gаutiеr : «Dаns un bаisеr, l’оndе аu rivаgе...»

Lоrrаin : Μiss Μisеr

Hugо : Сhаnsоn еn саnоt

Viаu : «Τоut у сhеvаuсhе, tоut у fоut...»

Соppéе : «Αuprès dе Sаint-Sulpiсе, un spесtасlе оdiеuх...»

Hugо : Ρrès d’Αvrаnсhеs

Klingsоr : L’Αubеrgе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Αntigоnе (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur Lа Μоrt du sоlеil (Lесоntе dе Lislе)

De Сосhоnfuсius sur «Hеurеuх, lоin dе Ρаris, d’еrrеr еn се dоuх liеu...» (Sаintе-Βеuvе)

De Jаdis sur Εn fасе dе lа pièсе d’еаu (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt : «Τristе, lоin dе l’Αmiе, еt quаnd l’été déсlinе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lа Ρоrtе vitréе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur Lеs Сhrуsаlidеs (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Lе Сid (Fоurеst)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Εsprit dе сеllе sur Lе Μаuvаis Jаrdiniеr (Gilkin)

De Vinсеnt sur «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...» (Rоnsаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Jе sеns unе dоuсеur à соntеr impоssiblе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Dеvаnt dеuх pоrtrаits dе mа mèrе (Νеlligаn)

De Соrbеаu sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur L’Εspоir еn Diеu (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе