Rimbaud


Les Réparties de Nina


 
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
 
 

LUI


 
— Ta poitrine sur ma poitrine,
              Hein ? nous irions,
Ayant de l’air plein la narine,
              Aux frais rayons
 
Du bon matin bleu, qui vous baigne
              Du vin de jour ?...
Quand tout le bois frissonnant saigne
              Muet d’amour
 
De chaque branche, gouttes vertes,
              Des bourgeons clairs,
On sent dans les choses ouvertes
              Frémir des chairs :
 
Tu plongerais dans la luzerne
              Ton blanc peignoir,
Rosant à l’air ce bleu qui cerne
              Ton grand œil noir,
 
Amoureuse de la campagne,
              Semant partout,
Comme une mousse de champagne,
              Ton rire fou :
 
Riant à moi, brutal d’ivresse,
              Qui te prendrais
Comme cela, — la belle tresse,
              Oh ! — qui boirais
 
Ton goût de framboise et de fraise,
              Ô chair de fleur !
Riant au vent vif qui te baise
              Comme un voleur,
 
Au rose églantier qui t’embête
              Aimablement :
Riant surtout, ô folle tête,
              À ton amant !....
 
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
 
Dix-sept ans ! Tu seras heureuse !
              Oh ! les grands prés,
La grande campagne amoureuse !
              — Dis, viens plus près !...
 
— Ta poitrine sur ma poitrine,
              Mêlant nos voix,
Lents, nous gagnerions la ravine,
              Puis les grands bois !...
 
Puis, comme une petite morte,
              Le cœur pâmé,
Tu me dirais que je te porte,
              L’œil mi-fermé..
 
Je te porterais, palpitante,
              Dans le sentier :
L’oiseau filerait son andante :
              Au Noisetier...
 
Je te parlerais dans ta bouche ;
              J’irais, pressant
Ton corps, comme une enfant qu’on couche,
              Ivre du sang
 
Qui coule, bleu, sous ta peau blanche
              Aux tons rosés :
Et te parlant la langue franche....
              Tiens !... — que tu sais...
 
Nos grands bois sentiraient la sève,
              Et le soleil
Sablerait d’or fin leur grand rêve
              Vert et vermeil.
 
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
 
Le soir ?... Nous reprendrons la route
              Blanche qui court
Flânant, comme un troupeau qui broute,
              Tout à l’entour
 
Les bons vergers à l’herbe bleue,
              Aux pommiers tors !
Comme on les sent toute une lieue
              Leurs parfums forts !
 
Nous regagnerons le village
              Au ciel mi-noir ;
Et ça sentira le laitage
              Dans l’air du soir ;
 
Ça sentira l’étable, pleine
              De fumiers chauds,
Pleine d’un lent rythme d’haleine,
              Et de grands dos
 
Blanchissant sous quelque lumière ;
              Et, tout là-bas,
Une vache fientera, fière,
              À chaque pas...
 
— Les lunettes de la grand’mère
              Et son nez long
Dans son missel ; le pot de bière
              Cerclé de plomb,
 
Moussant entre les larges pipes
              Qui, crânement,
Fument : les effroyables lippes
              Qui, tout fumant,
 
Happent le jambon aux fourchettes
              Tant, tant et plus :
Le feu qui claire les couchettes
              Et les bahuts.
 
Les fesses luisantes et grasses
              D’un gros enfant
Qui fourre, à genoux, dans les tasses,
              Son museau blanc
 
Frôlé par un mufle qui gronde
              D’un ton gentil,
Et pourlèche la face ronde
              Du cher petit.....
 
.  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
 
Noire, rogue au bord de sa chaise,
              Affreux profil,
Une vieille devant la braise
              Qui fait du fil ;
 
Que de choses verrons-nous, chère,
              Dans ces taudis,
Quand la flamme illumine, claire,
              Les carreaux gris !...
 
— Puis, petite et toute nichée
              Dans les lilas
Noirs et frais : la vitre cachée,
              Qui rit là-bas....
 
Tu viendras, tu viendras, je t’aime !
              Ce sera beau.
Tu viendras, n’est-ce pas, et même...
 
 
 

ELLE


 
              — Et mon bureau ?
 

15 août 1870.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «J’аvаis, еn rеgаrdаnt tеs bеаuх уеuх, еnduré...»

Viаu : Épigrаmmе d’un impuissаnt

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis un êtrе dе sаng frоid...»

Régniеr : Juliе аuх уеuх d’еnfаnt

Sаint-Αmаnt : «Vоiсi lе rеndеz-vоus dеs Εnfаnts sаns sоuсi...»

Сrоs : L’Hеurе frоidе

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Rimbаud : Οphéliе

Vеrlаinе : Νеvеrmоrе : «Sоuvеnir, sоuvеnir, quе mе vеuх-tu ?...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

☆ ☆ ☆ ☆

Сhrеtiеn dе Τrоуеs

Sсаrrоn : Сhаnsоn à bоirе

Саrсо : Βоhèmе

Αpоllinаirе : «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt à Сhеvrеul

Μоlièrе : À Μоnsiеur Lе Vауеr, sur lа Μоrt dе sоn Fils

Lе Μоuël : «À lа sаintе, mаrtуrе еt viеrgе...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Αllаrd : Αu dеrniеr сiеl

Gеоrgin : Τristеssе аu bоrd dе l’еаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Lеntеmеnt, dоuсеmеnt, dе pеur qu’еllе sе brisе...» (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur «Suzаnnе m’éсоutаit sоupirеr pоur Diаnе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur Sоnnеt pоur un Τаblеаu sаns légеndе (Lоuvigné du Dézеrt)

De Сосhоnfuсius sur «Qu’еst-се qu’аmоur ? еst-се unе quintе еssеnсе ?...» (Ρаsquiеr)

De Lа Μusérаntе sur «Lösсh mir diе Αugеn аus...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur Lа Νосе à Gоnеssе (Fоrt)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De K’оuеn-lоuеn sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе