Catherine des Roches


Antithèse du Somme et de la mort


 
Rien n’est plus différent que le somme et la mort,
Combien qu’ils soient issus de même parentage :
L’un profite beaucoup, l’autre fait grand dommage,
De l’un on veut l’effet, de l’autre on craint l’effort.
 
Une moite froideur qui descend du cerveau,
Nous cause le sommeil, une fièvre brûlante
Qui éteint les esprits par son ardeur nuisante
Nous cause le trépas, et nous met au tombeau,
 
Le somme va semant de roses et de lys,
Les beaux traits délicats d’une plaisante face,
Et l’effroyable mort dans l’horrible crevasse,
D’un sépulcre odieux les tient ensevelis,
 
Le Sommeil respirant mille petits zéphyrs,
Caresse doucement le dormant en sa bouche,
Et la mort ternissant une vermeille bouche,
Étouffe pour jamais ses gracieux soupirs.
 
Après un long sommeil l’homme se sent dispos,
Pour aller au palais, à la Cour, à la guerre,
La mort range au suaire, en la bière, en la terre,
Et meurdrière corrompt les nerfs, la chair, les os.
 
Le soleil, et sommeil ont presque mêmes noms,
Mêmes effets aussi : l’un nous donne la vie,
L’autre empêche que tôt elle ne soit ravie,
La couvrant, curieux, dessous ses ailerons.
 
Ô gracieux sommeil, riche présent des Dieux !
Tu ne pouvais loger en une part plus digne
Que celle que tu tiens, puisque l’âme divine
A sa demeure au chef, et sa fenêtre aux yeux.
 
Ne m’abandonne point, ô bienheureux sommeil,
Mais viens toutes les nuits à baisser la paupière,
De ma mère et de moi, fais que la nuit dernière,
Ne puisse de longtemps nous fermer le soleil.
 
Ainsi soit pour jamais le silence sacré,
Fidèle avant-coureur de ta douce présence,
Ainsi l’ombreuse nuit révère ta puissance,
Ainsi les beaux pavots fleurissent à ton gré.
 



Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Lе Fils du Τitiеn

Dеrèmе : «Сhаmbrе d’hôtеl mоrоsе еt vidе. Un œillеt pеnсhе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

☆ ☆ ☆ ☆

Dеrèmе : «Τristе, à сôté du сhiеn еt du сhаt, ј’аi сhаuffé...»

Μаupаssаnt : Τеrrеur

Rоllinаt : Lе Vаl dеs Rоnсеs

Сrоs : Ρаrоlеs pеrduеs

Сrоs : Dаns lа сlаirièrе

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Viviеn : Sоnnеt à unе Εnfаnt

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе nе suis pаs dе сеuх pоur qui lеs саusеriеs...» (Sаintе-Βеuvе)

De Сосhоnfuсius sur Μоn аmаntе а lеs vеrtus dе l’еаu (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Соrnu sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz