Rodenbach

La Jeunesse blanche, 1886


Choses fatales


 
L’ai-je jamais aimée ou n’est-ce qu’un léger
Caprice qui m’a fait un moment fleurir l’âme ?
Ainsi dans les jardins, sous le soleil en flamme,
Les floraisons d’avril que le vent fait neiger.
 
Est-ce elle que j’aimais ou l’amour ? Que m’importe,
Si j’ai senti mon cœur pavoisé d’un drapeau,
Si j’ai pendant un jour trouvé le ciel plus beau
Et joui des chansons qu’on chantait à ma porte !
 
L’Âme est un palais noir où l’on va tâtonnant,
Où, sans rien pénétrer, on s’ignore soi-même ;
Est-ce qu’on sait qu’on croit ? Est-ce qu’on sait qu’on aime ?
 
Sur le plateau sans fleurs où je suis maintenant,
Je songe en revoyant la montagne gravie :
Est-ce qu’on vit son rêve, ou rêve-t-on sa vie ?
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 20 octobre 2015 à 11h11

Trois penseurs vêtus d’écailles
------------------------------------

Le poisson du passé tient un discours léger,
Il dit que rien ne vaut qu’on s’en tourmente l’âme ;
Car les cendres jamais ne redeviennent flammes,
Ni les neiges d’antan ne reviennent neiger.

Le poisson du présent veut nous faire songer
Aux boulevards, où sont de si charmantes dames,
Aux affaires du jour, aux choses qui se trament,
Au monde dans lequel notre corps est plongé.

Le poisson du futur a de merveilleux thèmes,
Des récits bien construits, on dirait des poèmes,
Ce pendant, par instants, je le sens tâtonnant.

Poissons, ne parlez plus. La montagne est gravie,
C’est sur un froid plateau que se poursuit ma vie ;
Poissons, qu’ai-je besoin de vos mots, maintenant ?

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 23 avril 2017 à 12h08

Oiseau du marécage
--------------------------

Ce petit échassier marche d’un pied léger,
Bien fragile est son corps et bien frêle son âme ;
Jamais, tel un phénix, il n’allume de flammes,
Cet oiseau tremblotant quand il vient à neiger.

Il est, heureusement, capable de songer
À des fleurs inconnues, à de charmantes dames,
Aux insectes du jour, aux toiles qui se trament,
Au marais dans lequel son plumage est plongé.

Quand j’hésite à rimer, il me fournit un thème,
D’ailleurs, son cri d’appel est comme un bref poème,
Un mot bouleversant, un verset tâtonnant.

Oiseau, ne parle plus. Que ton âme ravie,
Contemple maintenant la douceur de ta vie ;
Oiseau, qu’as-tu besoin de chanter, maintenant ?

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Lаfоrguе : Dimаnсhеs : «Οh ! се piаnо, се сhеr piаnо...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

Vеrlаinе : Ρrоlоguе : «L’аmоur еst infаtigаblе !...»

Vеrlаinе : Сhаrlеrоi

☆ ☆ ☆ ☆

Vignу : Lа Frégаtе Lа Sériеusе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Rоnsаrd : «Ρоurtаnt si tа mаîtrеssе еst un pеtit putаin...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Rоmаins : «Un dе сеuх...»

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Αgréаblеs trаnspоrts qu’un tеndrе аmоur inspirе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Сi-gît qui fut dе bоnnе tаillе...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur «Ρlus millе fоis quе nul оr tеrriеn...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...» (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur Luttеurs fоrаins (Соppéе)

De Jаdis sur «Τоut hоmmе а sеs dоulеurs...» (Сhéniеr)

De Jаdis sur «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...» (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе