Rodenbach

Les Tristesses, 1879


Les Enfants


 
Si vous rencontrez trop souvent
— Parmi ces vers noirs et moroses
Que j’écris le soir en rêvant —
Le cortège des enfants roses ;
 
Si vous trouvez trop de blondins,
C’est ainsi que je les appelle,
Trahissant par des cris badins
Leur adorable ribambelle,
 
C’est qu’au fond je les aime tant :
Ils sont tous blonds, étant l’aurore ;
Rien qu’à les voir, je suis content ;
Qu’à leur parler, je m’améliore.
 
Ils sont blonds comme une moisson,
Étant une moisson eux-même ;
Et gardent le chaste frisson
De la main de Dieu qui les sème.
 
D’où viennent-ils ? C’est un secret ;
Mais ils ressemblent à des anges ;
Et si l’on osait, on irait
Chercher des ailes sous leurs langes.
 
Dans leurs berceaux qu’ils sont jolis
Sous les petits rideaux de gaze ;
Leur grosse tête fait des plis
À la chair du bras qu’elle écrase.
 
Ils dorment, lassés de leurs jeux,
La bouche ouverte, avec paresse ;
Un pied blanc, hors des draps neigeux,
Semble chercher une caresse.
 
Un peu plus grands, sur les tapis
Ils gambadent à quatre pattes
Jusqu’à ce qu’ils soient assoupis
Et s’y couchent comme des chattes.
 
Ils commencent à bégayer
Des phrases qui sont des ébauches ;
Eux-mêmes semblent s’égayer
De leurs essais tendrement gauches.
 
Ils ont d’imperceptibles mots
Qui sont pareils aux fraîches notes
Dont se servent dans les rameaux
Les pinsons causant aux linottes.
 
Puis leur langue obéit soudain
Et dès lors s’agite et babille,
Quand on les lave, le matin,
Le soir, quand on les déshabille.
 
Ce sont des questions sans fin :
« Quel est ce fruit ?... quel est ce livre ?...
Pourquoi la soif, pourquoi la faim ?...
Pourquoi l’été, pourquoi le givre ?...
 
« La lune, pourquoi l’accrocher
À ce ciel qu’on ne peut atteindre ?
C’est sans doute pour empêcher
Que les enfants n’aillent l’éteindre.
 
« Pourquoi ce tic-tac régulier
Dans la vieille horloge de marbre ?
Pourquoi la rosée en collier
Suspendue aux branches de l’arbre ?
 
« Pourquoi ces petits en lambeaux
Quand eux ont mis leur robe blanche ;
Pourquoi gardent-ils leurs sabots,
Pour eux n’est-ce donc pas dimanche ? »
 
C’est ainsi qu’ils veulent tout voir,
Tout pénétrer et tout comprendre ;
Et nous qui croyons tant savoir,
Nous ne savons rien leur apprendre.
 
Avec leur droit petit bon sens
Ils troublent notre esprit superbe :
Dieu fixe les chênes puissants
À terre comme les brins d’herbe.
 
C’est surtout vers cinq ou six ans
Qu’ils sont à ce point adorables
Qu’ils font pâlir les vers luisants,
Qu’ils font s’incliner les érables.
 
Ils ont des sourires fréquents
En tenant un doigt dans leurs bouches ;
Et, comme nous, inconséquents,
Ils tirent les ailes des mouches,
 
Ayant pourtant le cœur si bon
Qu’ils s’attristent à voir des vieilles
Glaner des débris de charbon
Pour réchauffer un peu leurs veilles.
 
Oh ! comme ils jasent près de nous
Dans leur langage pittoresque ;
Lorsqu’ils grimpent sur nos genoux,
Nous redevenons enfants presque,
 
Nous nous amusons avec eux,
Nous leur racontons des histoires
Où de grands ogres belliqueux,
Au fond de leurs laboratoires,
 
Font distiller leur noirs venins
Dans des marmites bien chauffées,
Pour détruire ces maudits nains
Qui seront sauvés par des fées.
 
Qu’ils sont coquets, qu’ils sont charmants !
Tous ces Astyanax d’Homère,
Lisant leurs petits compliments
À la fête des père et mère !
 
Ô les bouquets ! ô les présents !
Les œufs de Pâques, les arbustes,
Les souvenirs des premiers ans,
Des jours sereins, des jours robustes !
 
Enfants, vous nous rendez ce temps
Qui par vous semble proche encore ;
Nous revivons notre printemps
Et nous revivons notre aurore.
 
Voilà pourquoi j’ai si souvent,
Au lieu des tristesses banales,
Évoqué, le soir en rêvant,
Ces folles têtes virginales !...
 
Je suis semblable au voyageur
Qui monte le flanc des collines
Pour aller parcourir, songeur,
Quelque vieux manoir en ruines ;
 
Puis arrivé là-haut, séduit
Par l’opaque et fraîche ramure
D’où le soleil matinal luit
Dans le filet d’eau qui murmure,
 
Grisé par ce vent des sommets
Que heurte seul le vol des aigles,
Il ne voudra plus désormais
Que se coucher le long des seigles,
 
Et qu’écouter les nids chanteurs,
Et qu’effeuiller des aubépines,
Et qu’en aspirer les senteurs,
— Au lieu d’aller dans les ruines !...
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Jаmmеs : Ρrièrе pоur dеmаndеr unе étоilе

Hеrеdiа : Épigrаmmе funérаirе

Rоnsаrd : «L’аutrе јоur quе ј’étаis sur lе hаut d’un dеgré...»

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

Riсhеpin : Lа Flûtе

Lа Fоntаinе : Lа Сigаlе еt lа Fоurmi

Οrléаns : «Lе tеmps а lаissé sоn mаntеаu...»

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Μignоnnе, аllоns vоir si lа rоsе...»

Rоnsаrd : «Quаnd vоus sеrеz biеn viеillе, аu sоir à lа сhаndеllе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : «Αmi, је vоus éсris du fоnd d’unе саntinе...»

Jаmmеs : Lе pаuvrе сhiеn

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе lа Μоrt

Sаmаin : Lеs Sirènеs

Lаfоrguе : Fаrсе éphémèrе

Νоuvеаu : «Si nоus étiоns mоrts quаnd nоus étiоns mômеs...»

Lаutréаmоnt : «Unе pоtеnсе s’élеvаit sur lе sоl...»

Flаuх : Lеs Jеunеs Fillеs dе Stосkhоlm

Lоrrаin : Sеignеurs

Μаеtеrlinсk : «Lеs trоis sœurs оnt vоulu mоurir ...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Ρоur vоus sеrvir...» (Vоiturе)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Τrаins (Vеrhаеrеn)

De Jаdis sur «Μаis qui vоus mеut, Sеignеur, dе sоrtir à сеttе hеurе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Сеlui qui dе plus près аttеint lа déité...» (Du Βеllау)

De Τhundеrbird sur Αrums dе Ρаlеstinе (Viviеn)

De Jаdis sur Соrs dе сhаssе (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Ρаssаnts, nе сhеrсhеz plus dеssоus l’Οrquе infеrnаl...» (Νuуsеmеnt)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

De Τhundеrbird sur «Εntrе tоus lеs hоnnеurs dоnt еn Frаnсе еst соnnu...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un mаndаrin sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе