Rollinat

Les Apparitions, 1896


L’Herbe


 
Gloire à l’Herbe, à jamais nourricière et décor
          Des bons ruminants vénérables,
Et qui, fêtant la Vie, agrémente la Mort,
          Fleurit nos cendres misérables !

L’Herbe ! tapis du sol y gardant le dernier
          L’éclat profond de sa peinture !
Nappe de la lumière, écrin de la nature,
          Pendant son rêve printanier !
 
Sous le vibrant azur s’allume sa surface
          Qui miroite à frissons lustrés ;
Les arbres et les rocs surgissent plus sacrés
          Dans ce reposoir de l’espace.
 
Même lorsque l’hiver l’éteint sous le ciel morne,
          La glace du froid des tombeaux,
Elle étend, noble encor, sa nudité qui s’orne
          Du noir bleu grouillant des corbeaux.
 
Par la voix des grillons qui peuplent son mystère,
          Elle chante pendant l’été
Le mystique unisson des cieux et de la terre,
          L’extase de l’immensité !
 
Enfin ! le cher Printemps berce l’âme et la vue...
          Avide, on contemple de près
L’herbe toute nouvelle et déjà si touffue,
          D’un verni si tendre et si frais.
 
À nos ennuis le sol a rendu le remède.
          L’apaisement ensorceleur,
          Par la reposante couleur
De sa belle toison qui tremble au zéphir tiède.
 
L’herbe triomphe avec le lézard, l’oiselet,
          Avec la coccinelle ronde,
Avec les gazouillis, les souffles, les reflets
          Exhalés par l’air et par l’onde.
 
Tous les verts, depuis ceux du nuage superbe
          Jusqu’à ceux des mousses des bois,
Y sont fondus !... Pour voir tous ces verts à la fois
          Il suffit de regarder l’herbe !
 
Ici, parmi ses brins, feuilles et longues tiges,
          Dans une extase qui frémit,
Elle offre, diapré, le délicat prestige
          De fleurs qui sont fleurs à demi.
 
Et, par coins, se mêlant aux boutons d’or nabots,
          Aux minuscules marguerites
Où va le papillon comme autour des flambeaux,
 
La fougère qui croît, sans trop se dépêcher,
Fait des crosses d’évêque humbles, toutes petites
          Entre l’arbuste et le rocher.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаllаrmé : Sоnnеt : «Ô si сhèrе dе lоin еt prосhе еt blаnсhе, si...»

Сеndrаrs : Éсrirе

Μаrоt : Dе l’Αbbé еt dе sоn Vаlеt

Μаrоt : Dе l’аmоur du Sièсlе Αntiquе

Соrbièrе : Un riсhе еn Βrеtаgnе

Rоllinаt : Lе Сhаt

Соrbièrе : Rоndеl

Jаrrу : Μinérаl

Βоukау : Rеgrеts à Νinоn

Αpоllinаirе : «Εt tоi mоn сœur pоurquоi bаts-tu ?...»

☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : Sоnnеur

Lаttаignаnt : Βillеt à Μоnsiеur J***

Сrоs : Сrоquis

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Lаfоrguе : Stupеur

Сrоs : Lе Βut

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lеs Βûсhеrs (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur L’Οffiсе du sоir (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Τu еs sеulе mоn сœur, mоn sаng еt mа Déеssе...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе