Rollinat

Les Appartitions, 1896


L’Herbe


 
Gloire à l’Herbe, à jamais nourricière et décor
          Des bons ruminants vénérables,
Et qui, fêtant la Vie, agrémente la Mort,
          Fleurit nos cendres misérables !

L’Herbe ! tapis du sol y gardant le dernier
          L’éclat profond de sa peinture !
Nappe de la lumière, écrin de la nature,
          Pendant son rêve printanier !
 
Sous le vibrant azur s’allume sa surface
          Qui miroite à frissons lustrés ;
Les arbres et les rocs surgissent plus sacrés
          Dans ce reposoir de l’espace.
 
Même lorsque l’hiver l’éteint sous le ciel morne,
          La glace du froid des tombeaux,
Elle étend, noble encor, sa nudité qui s’orne
          Du noir bleu grouillant des corbeaux.
 
Par la voix des grillons qui peuplent son mystère,
          Elle chante pendant l’été
Le mystique unisson des cieux et de la terre,
          L’extase de l’immensité !
 
Enfin ! le cher Printemps berce l’âme et la vue...
          Avide, on contemple de près
L’herbe toute nouvelle et déjà si touffue,
          D’un verni si tendre et si frais.
 
À nos ennuis le sol a rendu le remède.
          L’apaisement ensorceleur,
          Par la reposante couleur
De sa belle toison qui tremble au zéphir tiède.
 
L’herbe triomphe avec le lézard, l’oiselet,
          Avec la coccinelle ronde,
Avec les gazouillis, les souffles, les reflets
          Exhalés par l’air et par l’onde.
 
Tous les verts, depuis ceux du nuage superbe
          Jusqu’à ceux des mousses des bois,
Y sont fondus !... Pour voir tous ces verts à la fois
          Il suffit de regarder l’herbe !
 
Ici, parmi ses brins, feuilles et longues tiges,
          Dans une extase qui frémit,
Elle offre, diapré, le délicat prestige
          De fleurs qui sont fleurs à demi.
 
Et, par coins, se mêlant aux boutons d’or nabots,
          Aux minuscules marguerites
Où va le papillon comme autour des flambeaux,
 
La fougère qui croît, sans trop se dépêcher,
Fait des crosses d’évêque humbles, toutes petites
          Entre l’arbuste et le rocher.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

Klingsоr : À lа сhаndеllе

Τоulеt : «С’étаit sur un сhеmin сrауеuх...»

Lа Fоntаinе : «Αimоns, fоutоns, се sоnt plаisirs...»

Μаrоt : Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе

☆ ☆ ☆ ☆

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Сhаrlеvаl : À unе Dаmе, qui rаillаit l’Αutеur d’êtrе lоngtеmps à lа саmpаgnе

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Cоmmеntaires récеnts

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе un nаvirе еn mеr аu fоrt dе lа tоurmеntе...» (Fiеfmеlin)

De Jаdis sur Τоmbеаu : «Lе nоir rос соurrоuсé quе lа bisе lе rоulе...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur Βоuquеtièrе (Соppéе)

De Jаdis sur Βrumаirе (Βlémоnt)

De Jаdis sur Qu’il nе fаut pоint аimеr sаns êtrе аimé (Urfé)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Сhristiаn sur Οrаisоn du sоir (Rimbаud)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εхасt pоdе sur Lа Rоsе (Αсkеrmаnn)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе