Rollinat

Les Appartitions, 1896


L’Herbe


 
Gloire à l’Herbe, à jamais nourricière et décor
          Des bons ruminants vénérables,
Et qui, fêtant la Vie, agrémente la Mort,
          Fleurit nos cendres misérables !

L’Herbe ! tapis du sol y gardant le dernier
          L’éclat profond de sa peinture !
Nappe de la lumière, écrin de la nature,
          Pendant son rêve printanier !
 
Sous le vibrant azur s’allume sa surface
          Qui miroite à frissons lustrés ;
Les arbres et les rocs surgissent plus sacrés
          Dans ce reposoir de l’espace.
 
Même lorsque l’hiver l’éteint sous le ciel morne,
          La glace du froid des tombeaux,
Elle étend, noble encor, sa nudité qui s’orne
          Du noir bleu grouillant des corbeaux.
 
Par la voix des grillons qui peuplent son mystère,
          Elle chante pendant l’été
Le mystique unisson des cieux et de la terre,
          L’extase de l’immensité !
 
Enfin ! le cher Printemps berce l’âme et la vue...
          Avide, on contemple de près
L’herbe toute nouvelle et déjà si touffue,
          D’un verni si tendre et si frais.
 
À nos ennuis le sol a rendu le remède.
          L’apaisement ensorceleur,
          Par la reposante couleur
De sa belle toison qui tremble au zéphir tiède.
 
L’herbe triomphe avec le lézard, l’oiselet,
          Avec la coccinelle ronde,
Avec les gazouillis, les souffles, les reflets
          Exhalés par l’air et par l’onde.
 
Tous les verts, depuis ceux du nuage superbe
          Jusqu’à ceux des mousses des bois,
Y sont fondus !... Pour voir tous ces verts à la fois
          Il suffit de regarder l’herbe !
 
Ici, parmi ses brins, feuilles et longues tiges,
          Dans une extase qui frémit,
Elle offre, diapré, le délicat prestige
          De fleurs qui sont fleurs à demi.
 
Et, par coins, se mêlant aux boutons d’or nabots,
          Aux minuscules marguerites
Où va le papillon comme autour des flambeaux,
 
La fougère qui croît, sans trop se dépêcher,
Fait des crosses d’évêque humbles, toutes petites
          Entre l’arbuste et le rocher.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : «Qu’еst-се pоur nоus, mоn сœur...»

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρrinсе dеs јоiеs défеnduеs (Sеgаlеn)

De Jаdis sur «Βuvоns, аmis ; lе tеmps s’еnfuit...» (Hоudаr dе Lа Μоttе)

De Сосhоnfuсius sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Jаdis sur «Ô mеr immеnsе...» (Μоréаs)

De Сосhоnfuсius sur Εspоir timidе (Соppéе)

De Jаdis sur Vеrs vаguеs (Μеrrill)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе