Rollinat

Les Névroses, 1883


La Déveine


 

À Charles Leroy.


Je m’habille ahuri, subissant à plein corps
L’atroce ubiquité d’une introuvable puce ;
Mettre mon faux-col ?... Mais, il faudrait que je pusse !
Et ma botte ennemie a réveillé mes cors.
 
Le placard aux effets, sous des grappes de loques,
Cache précisément l’indispensable habit ;
Et la migraine, avec un vrillement subit,
M’arrache de plaintifs et stridents soliloques.
 
Ma brosse a les crins mous, parce que je m’en sers ;
L’invisibilité de ma bourse m’effraie ;
La rafale au dehors pleure comme une orfraie ;
Et toujours mes chagrins comme autant de cancers !
 
Je sors : un grand voyou crotté comme une truie
Me lorgne en ricanant sous le ciel pluvieux ;
Et dès mes premiers pas sur le trottoir, un vieux
A failli m’éborgner avec son parapluie.
 
Ma pitié du cheval déplaît au cocher gras :
Encore un qui s’en vient prêt à me chercher noise !
Et voilà que sa rosse hypocrite et sournoise,
Pour me remercier veut me couper le bras.
 
J’allonge mon chemin, pour éviter la Morgue,
Enfin débarrassé d’un affreux babillard,
Quand l’apparition d’un pauvre corbillard
Me surprend tout à coup devant un joueur d’orgue.
 
Un pâle individu me bouscule en tremblant ;
D’abord, je vois du vin qui suinte aux commissures
De ses lèvres, et puis un tas de vomissures
Me révèle pourquoi l’homme a le teint si blanc.
 
Triste, et plus recueilli qu’un moine de la trappe,
Je vais, lorsque soudain mon chapeau s’envolant,
M’expose au ridicule âpre et désopilant,
Puisqu’il me faut courir pour que je le rattrape !
 
Toujours le mot Complet à tous les omnibus :
Si bien, qu’enfin juché sur une impériale,
Je subis la prunelle inquisitoriale
D’un long monsieur coiffé d’un funèbre gibus.
 
Je vois un ami poindre. Enfin ! C’est une fiche
De consolation... Mais cela, c’en est trop :
L’ingrat, pour m’éviter, gagne un mur au grand trot,
Et fait semblant de lire une très vieille affiche.
 
Et je suis, juste ciel ! malheureux à ce point,
Qu’au milieu d’une rue ignoble et solitaire
J’aperçois ma maîtresse au bras d’un militaire
Qui fait sonner sa botte, une cravache au poing.
 
Et la pluie et le vent, les voitures, la boue,
Tout, garçon de café, commis de magasin,
Le roquet, le concierge, et jusqu’à mon voisin
De table, tout cela me vexe et me bafoue.
 
Je rentre : un gîte plein d’inhospitalité !
Rideaux et papiers peints prennent des tons qui gueulent ;
Quant à mes vieux portraits, on dirait qu’ils m’en veulent
Et ma pendule tinte avec hostilité.
 
Déjà dans l’escalier, l’œil du propriétaire
M’a requis de payer l’argent que je lui dois ;
Ma porte s’est fermée en me pinçant les doigts
Avec un grincement subit et volontaire.
 
J’avise l’encrier, mais pas d’encre dedans !
Et moi qui peux fumer nuit et jour, à quelque heure
Que ce soit, mon cigare en ce moment m’écœure :
J’en ai la sueur froide et la nausée aux dents,
 
Je veux faire du feu : mon bois inallumable
Sue ironiquement sur les grands chenets froids ;
Ma lampe fait craquer son verre, et si j’en crois
Mes yeux, ma glace perd sa transparence aimable.
 
Et tant de malveillance émane du plafond,
Des meubles, des cahiers, des livres, des estampes,
Que je me désespère, et la migraine aux tempes,
Je fléchis sous le mal que ses vrilles me font.
 
Si même, je n’étais que mon propre vampire,
Je bénirais l’horreur de mes lancinements,
Mais tout ce qui m’entoure attise mes tourments,
Et toujours contre moi la matière conspire.
 
Dans ce monde jaloux, venimeux et discord,
Je suis le paria contre qui tout s’acharne.
En vain mon cœur sanglote et mon corps se décharne,
L’universel guignon me persécute encor.
 
Et j’ai des jours si durs, outre mes jours moroses,
— Et comment à l’ennui pouvoir s’habituer ! —
Que depuis bien longtemps, je songe à me tuer
Sous la vexation des hommes et des choses.
 
Et je m’en vais enfin accomplir ce projet
Avec mon revolver à la crosse d’ébène,
Puisque plus que jamais j’ai ressenti la haine
Et la férocité de l’être et de l’objet.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

☆ ☆ ☆ ☆

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Si vоus vоуiеz mоn сœur аinsi quе mоn visаgе...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Sаgеssе d’un Lоuis Rасinе, је t’еnviе...» (Vеrlаinе)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Сосhоnfuсius sur Lа pаssе (Sеgаlеn)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе