Rollinat

Les Appartitions, 1896


La Grotte


 
Dans la grotte où la peur d’une affreuse tempête
Par un couloir à pic avait conduit mes pas,
S’engouffrait mon regard, mesurant de si bas
L’énorme hauteur d’ombre au-dessus de ma tête.
 
Du sol mou, de la voûte et des parois funèbres,
À bouffements visqueux fluait l’humidité,
J’avais l’impression que de l’hostilité
Se projetait sur moi de toutes ces ténèbres.
 
Car, par ses seuls effets, la nuit rendait sensible
La chimérique horreur des démons et des morts,
Faisant flotter les bras de tel monstre sans corps,
Ramper le pas suiveur de tel être invisible.
 
Le clair-obscur chagrin qui pleurait dans ce vide
Ne filtrait pas des murs non plus que du plafond :
C’est parce qu’il sortait de terre, du fin fond,
Qu’ainsi tout tremblotait hideusement livide.
 
C’était un jour complexe et qui changeait de place :
Ici, brume verdâtre, et là, fumeux rideau,
Ailleurs, noyant le noir comme une masse d’eau,
Et, plus loin, s’y plaquant, vitreux comme une glace.
 
Mon regard s’embrouillait, trébuchant, incapable
De préciser l’aspect toujours fallacieux,
Si bien, qu’hallucinés par leur doute, mes yeux
Dans l’informe à présent voyaient de l’impalpable.
 
La profondeur des coins tout grouillants d’ombre froide
Y laissait supposer du reptile à foison ;
Sous mes pas maint bourbier, comme un lac de poison,
Tendait le guet-apens de son eau blême et roide.
 
L’étrangeté des bruits formait à voix couvertes
Comme un parler confus, appelant et rôdeur ;
Des respirations vagues traînaient l’odeur
Qui monte des caveaux et des fosses ouvertes.
 
Tel murmure partait de tel objet muet ;
Et l’Animé stagnait, l’Inerte remuait,
Avec ce geste errant qui cherche et qui vous frôle.
 
C’était l’horreur magique, à craindre qu’une main,
Celle de la Mort même, en grand squelette humain,
Ne s’abattît soudain, lourde, sur mon épaule.
 
Aussi, lorsque sorti de ce terrible abime
Où j’avais pu compter les toc-toc de mon cœur,
Je repris mon chemin, — j’en usai la longueur
À me redire, avec quelle stupeur intime !

« Nos savants cauchemars, cette vaine pâture
Que notre esprit invente à ses besoins d’effroi...
Qu’est-ce donc à côté du fantastique froid,
Du simple monstrueux créé par la Nature ! »
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 30 septembre 2014 à 15h50

Refuge improvisé
---------------------

Un pluvian craignant la tempête
Vers le Nord dirige ses pas ;
Il trouve une cabane en bas
D’un mont dont a blanchi le faîte.

L’endroit est quelque peu funèbre
Et ruisselant d’humidité ;
Mais, malgré cette hostilité,
L’oiseau se cache en ces ténèbres.

Soudain, surgissant d’un abîme,
Apparaît Gotlib, grand auteur
Qui, dans un style évocateur,
Portraiture l’oiseau sublime.

Admirable littérature
Que ces croquis bien inspirés,
Où nous retournons admirer
Cette splendeur des créatures !

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Siеstе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Сеllе qui dе sоn сhеf lеs étоilеs pаssаit...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Саughnаwаgа (Fréсhеttе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе