Rollinat

Les Névroses, 1883


La Morte embaumée


 

À Joseph Carriès.


Pour arracher la morte aussi belle qu’un ange
          Aux atroces baisers du ver,
Je la fis embaumer dans un boîte étrange.
          C’était par une nuit d’hiver :
 
On sortit de ce corps glacé, roide et livide,
          Ses pauvres organes défunts,
Et dans ce ventre ouvert aussi saignant que vide
          On versa d’onctueux parfums,
 
Du chlore, du goudron et de la chaux en poudre ;
          Et quand il en fut tout rempli,
Une aiguille d’argent réussit à le coudre
          Sans que la peau fit un seul pli.
 
On remplaça ses yeux où la grande nature
          Avait mis l’azur de ses ciels
Et qu’aurait dévorés l’infecte pourriture,
          Par des yeux bleus artificiels.
 
L’apothicaire, avec une certaine gomme,
          Parvint à la pétrifier ;
Et quand il eut glapi, gai, puant le rogomme :
          « Ça ne peut se putréfier !
 
« J’en réponds. Vous serez troué comme un vieil arbre
          « Par les reptiles du tombeau,
« Avant que l’embaumée, aussi dure qu’un marbre,
          « Ait perdu le moindre lambeau ! »
 
Alors seul, je peignis ses lèvres violettes
          Avec l’essence du carmin,
Je couvris de bijoux, d’anneaux et d’amulettes
          Son cou svelte et sa frêle main.
 
J’entrouvris sa paupière et je fermai sa bouche
          Pleine de stupeur et d’effroi ;
Et, grave, j’attachai sa petite babouche
          À son pauvre petit pied froid.
 
J’enveloppai le corps d’un suaire de gaze,
          Je dénouai ses longs cheveux,
Et tombant à genoux je passai de l’extase
          Au délire atroce et nerveux.
 
Puis, dans un paroxysme intense de névroses
          Pesantes comme un plomb fatal,
Hagard, je l’étendis sur un long tas de roses
          Dans une bière de cristal.
 
L’odeur cadavérique avait fui de la chambre,
          Et sur les ors et les velours
Des souffles de benjoin, de vétyver et d’ambre
          Planaient chauds, énervants et lourds.
 
Et je la regardais, la très chère momie :
          Et ressuscitant sa beauté,
J’osais me figurer qu’elle était endormie
          Dans les bras de la volupté.
 
Et dans un caveau frais où conduisent des rampes
          De marbre noir et d’or massif,
Pour jamais, aux lueurs sépulcrales des lampes,
          Au-dessous d’un crâne pensif,
 
La morte en son cercueil transparent et splendide,
          Narguant la putréfaction,
Dort, intacte et sereine, amoureuse et candide,
          Devant ma stupéfaction.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : L’Hеurе frоidе

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Rimbаud : Οphéliе

Vеrlаinе : Νеvеrmоrе : «Sоuvеnir, sоuvеnir, quе mе vеuх-tu ?...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

Αpоllinаirе : Lа Lоrеlеу

Lаhоr : Саlmе dеs plаntеs

Μussеt : Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...»

Βаudеlаirе : Rесuеillеmеnt

Μilоsz : Lа Τаvеrnе du pоrt

☆ ☆ ☆ ☆

Hеrеdiа : À unе Villе mоrtе

Lаfоrguе : Αquаrеllе еn сinq minutеs

Ρizаn : «Jе nе sаis соmmеnt је durе...»

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Τеlliеr : Сhаnsоn sur un thèmе сhinоis

Dеlаruе-Μаrdrus : Énеrvеmеnts

Dеlаruе-Μаrdrus : Соmpаrаisоns

Соrbièrе : Hеurеs

Βоumаl : «Νе rоuvrе pаs се livrе, il fаit mаl. Ιl rеssеmblе...»

Hаrаuсоurt : Ρlеinе еаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Hаrdi, ј’еntrеprеndrаi dе tе rеndrе étеrnеllе...» (Αubigné)

De Сосhоnfuсius sur Lаssitudе (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur Ρаsiphаé (Βаnvillе)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе