Rollinat

Les Névroses, 1883


La Morte embaumée


 

À Joseph Carriès.


Pour arracher la morte aussi belle qu’un ange
          Aux atroces baisers du ver,
Je la fis embaumer dans un boîte étrange.
          C’était par une nuit d’hiver :
 
On sortit de ce corps glacé, roide et livide,
          Ses pauvres organes défunts,
Et dans ce ventre ouvert aussi saignant que vide
          On versa d’onctueux parfums,
 
Du chlore, du goudron et de la chaux en poudre ;
          Et quand il en fut tout rempli,
Une aiguille d’argent réussit à le coudre
          Sans que la peau fit un seul pli.
 
On remplaça ses yeux où la grande nature
          Avait mis l’azur de ses ciels
Et qu’aurait dévorés l’infecte pourriture,
          Par des yeux bleus artificiels.
 
L’apothicaire, avec une certaine gomme,
          Parvint à la pétrifier ;
Et quand il eut glapi, gai, puant le rogomme :
          « Ça ne peut se putréfier !
 
« J’en réponds. Vous serez troué comme un vieil arbre
          « Par les reptiles du tombeau,
« Avant que l’embaumée, aussi dure qu’un marbre,
          « Ait perdu le moindre lambeau ! »
 
Alors seul, je peignis ses lèvres violettes
          Avec l’essence du carmin,
Je couvris de bijoux, d’anneaux et d’amulettes
          Son cou svelte et sa frêle main.
 
J’entrouvris sa paupière et je fermai sa bouche
          Pleine de stupeur et d’effroi ;
Et, grave, j’attachai sa petite babouche
          À son pauvre petit pied froid.
 
J’enveloppai le corps d’un suaire de gaze,
          Je dénouai ses longs cheveux,
Et tombant à genoux je passai de l’extase
          Au délire atroce et nerveux.
 
Puis, dans un paroxysme intense de névroses
          Pesantes comme un plomb fatal,
Hagard, je l’étendis sur un long tas de roses
          Dans une bière de cristal.
 
L’odeur cadavérique avait fui de la chambre,
          Et sur les ors et les velours
Des souffles de benjoin, de vétyver et d’ambre
          Planaient chauds, énervants et lourds.
 
Et je la regardais, la très chère momie :
          Et ressuscitant sa beauté,
J’osais me figurer qu’elle était endormie
          Dans les bras de la volupté.
 
Et dans un caveau frais où conduisent des rampes
          De marbre noir et d’or massif,
Pour jamais, aux lueurs sépulcrales des lampes,
          Au-dessous d’un crâne pensif,
 
La morte en son cercueil transparent et splendide,
          Narguant la putréfaction,
Dort, intacte et sereine, amoureuse et candide,
          Devant ma stupéfaction.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βlаisе Сеndrаrs

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Νuуsеmеnt : «Lе vаutоur аffаmé qui du viеil Ρrоméthéе...»

Lа Сеppèdе : «Сеpеndаnt lе sоlеil fоurnissаnt sа јоurnéе...»

Τоulеt : «Dаns lе silеnсiеuх аutоmnе...»

Μussеt : À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...»

Vеrlаinе : «Lа mеr еst plus bеllе...»

Jасоb : Lе Dépаrt

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Lа Fоntаinе : Lе Сhаrtiеr еmbоurbé

Jасоb : Silеnсе dаns lа nаturе

☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Unе сhаrоgnе

Lаfоrguе : Lе Sаnglоt univеrsеl

Сrоs : Ρituitе

Jаmmеs : Lа sаllе à mаngеr

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rоdеnbасh : «Αllеluiа ! Сlосhеs dе Ρâquеs !...»

Lаfоrguе : Соmplаintе d’un аutrе dimаnсhе

Vеrlаinе : Lе Dеrniеr Dizаin

Νоël : Visiоn

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сосhоnfuсius sur Εn hivеr (Vеrhаеrеn)

De Сосhоnfuсius sur Vеrs lаissés сhеz un аmi аbsеnt (Βаudеlаirе)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Qu’еst-се dе vоtrе viе ? unе bоutеillе mоllе...» (Сhаssignеt)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...» (Соppéе)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

De Xi’аn sur «Épоuvаntаblе Νuit, qui tеs сhеvеuх nоirсis...» (Dеspоrtеs)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе