Rollinat

Paysages et paysans, 1899


La Rieuse


 
Ses rires grands ouverts qui si crânement mordent
Sur le fond taciturne et murmurant des prés,
Sont métalliques, frais, liquides, susurrés,
Aux pépiements d’oiseaux ressemblent et s’accordent.
 
Excités par la danse, ils se gonflent, débordent
En cascades de cris tumultueux, serrés,
De hoquets glougloutants, fous et démesurés,
Qui la virent, la plient, la soulèvent, la tordent.
 
          On la surnomme la Rieuse.
          La santé la fait si joyeuse
Qu’elle vit sa pensée en ses beaux yeux ardents ;
 
          Son âme chante tout entière
          Dans sa musique coutumière,
Sur le robuste émail de ses trente-deux dents.
 
— « Est-elle heureuse ! » — mais, la triste expérience
          Vous chuchote sa méfiance :
          « Ici-bas, tout bonheur est court.
          Le ver, comme disent les vieilles,
          Couve aux pommes les plus vermeilles.
          Tôt ou tard, elle aura son tour
          Dans la tristesse. Quelque jour,
          Elle ira, funèbre et chagrine,
          Au long des bois, au bord de l’eau.
          Alors, ce sera le sanglot
          Qui contractera sa poitrine.
          Au lieu de leurs pimpants vacarmes,
          Sur ses lèvres viendront croupir
          Le silence du long soupir,
          Le sel âcre et brûlant des larmes.
          Car, ainsi va notre destin :
          L’illusion flambe et s’éteint.
          Après l’innocence ravie
          Le Mal enlacé du remord !
          Et l’épouvante de la mort
          Après l’ivresse de la vie ! »
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 27 février 2022 à 12h43

Rire d’ours
----------

Je ris des chiens méchants, sans craindre qu’ils me mordent,
Assez rapidement, je les vois se barrer ;
Ils se croient menacés d’une tête au carré,
À respecter les ours par la suite ils s’accordent.

S’envolent des oiseaux quand mon rire déborde,
Mais je ne pense point qu’ils en soient apeurés ;
De leur nuire l’idée ne m’a point effleuré,
Car la vie sans leur chant serait trop monocorde.

J’habite une forêt pas trop mal giboyeuse,
Mon appétit est grand, mon humeur est joyeuse,
Autrefois j’ai vibré d’un amour très ardent.

Mon esprit est subtil, mon coeur n’est pas de pierre,
Je vois mille univers en fermant mes paupières ;
Je suis un ours rieur, et j’ai de belles dents.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 28 février 2022 à 10h32


Un héros de notre temps
---------------------------------

Salivant de bonheur, j’ai envoyé mes hordes
Mater tous ces drogués et ces dégénérés ;
Vous, mes soudards chéris, au loin vous porterez
La haine et la fureur qui de mon cœur débordent.

Je suis un scélérat destiné à la corde,
Déjà chacun me fuit comme un pestiféré.
Mon unique plaisir ? Détruire et massacrer ;
Ne valent à mes yeux que guerres et discorde.

Étriper mes voisins, perspective radieuse !
L’existence au palais paraît si ennuyeuse !
Pas même un petit meurtre, un empoisonnement !

Oh ! J’exulte aux accents des trompettes guerrières !
Et, criminel sanglant bien plus que Robespierre,        
Toujours et en tous lieux, je mens, je mens, je mens.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rаmuz : Lе Ρауs

Rоllinаt : Lе Сhаt

Соrbièrе : Rоndеl

Jаrrу : Μinérаl

Βоukау : Rеgrеts à Νinоn

Αpоllinаirе : «Εt tоi mоn сœur pоurquоi bаts-tu ?...»

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Αu bоrd dе lа mеr

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Νеrvаl : Lеs Éсrivаins

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Сrоquis

Rаmuz : Lе Ρауs

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Lаfоrguе : Stupеur

Сrоs : Lе Βut

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Vаguе еt lа Сlосhе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Сhоsеs fаtаlеs (Rоdеnbасh)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Τu еs sеulе mоn сœur, mоn sаng еt mа Déеssе...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе