Rollinat

Paysages et paysans, 1899


Le Bon Curé


 
Le fossoyeur me dit : « Cert’ ! je n’suis pas dévot.
Mes sentiments là-d’sus sont quasiment les vôtres,
Ça n’empêch’ que, comm’ vous, j’ai le m’surag’ qu’i’ faut,
Et que j’sais rend’ justice aux prêtr’ tout comme aux autres.
 
            On avait d’la r’ligion naguère !
            La faute à qui si c’est perdu ?
            J’m’en dout’ ! mais j’sais q’pour êtr’ bien vu,
            Comm’ not’ curé, yen n’a pas guère.
 
            C’est pas un palot d’presbytère.
            C’est un fort rougeaud qu’aim’ le vin ;
            C’qui prouv’ que s’i’ tient au divin
            I’ n’mépris’ pas non plus la terre.
 
            I’ faut deux homm’ dans un’ commune :
            L’mair’ qui doit toujours, à ses frais,
            Aller, v’nir pour nos intérêts,
            Fair’ les act’ de chacun, d’chacune.
 
            Puis un autr’, not’ cœur en plus bon,
            Qui jamais n’accuse et n’maudisse,
            Ayant plus d’pardon que d’justice,
            Et mêm’ plus d’oubli que d’pardon.
 
            Eh ben ! lui, sans bruit, sans éclat,
            Doux, simpl’ comm’ l’enfant qui vient d’naître,
            Not’ curé qui reste homm’ sous l’prêtre,
            De tous points, c’est c’te conscienc’-là !
 
            La politique et les familles
            I’ les laiss’ fair’, s’en occup’ pas.
            C’est pas lui qui défend aux gars
            D’boir’ ni d’danser avec les filles.
 
            Ses manièr’ ma foi ! sont les nôtres,
            En plus civilisé, plus doux,
            C’est censément un comm’ nous autres
            Qu’aurait son âm’ meilleur’ que nous.
 
            Qu’on n’lui caus’ pas ou qu’on lui cause,
            Croyez pas c’qui prêch’, croyez-y,
            Il est vot’ ami, sic ainsi,
            I’ vous oblig’ra la mêm’ chose.
 
            Ni son gest’, ni son œil vous couvent.
            C’est l’homm’ natur’, ni sucr’, ni miel,
            Pas plus qu’i’ n’est vinaigr’, ni fiel,
            C’est toujours simple et net qu’on l’trouve.
 
            Démarch’ d’aspic ou d’écrevisse,
            Manèg’ soupl’, finassier, adroit ?
            C’est pas son affaire ! I’ march’ droit
            Et pens’ tout uniment sans vice.
 
            Il a beau n’pas fair’ de promesse,
            On peut toujours compter sur lui.
            Pour rend’ service, en plein minuit,
            Toujours prêt, comm’ pour dir’ sa messe.
 
            I’ dit, pour excuser les hommes,
            Qu’ya des crim’ qui vienn’ de not’ sang,
            Et q’sans les Esprits malfaisants
            On s’rait pas si mauvais q’nous sommes.
 
            C’lui-là ! c’est l’plus vrai des apôtres :
            Pas seul’ment i’ l’parle et l’écrit,
            Mais i’ l’pratiq’ comm’ Jésus-Christ
            Son aimez-vous les uns les autres !
 
            La ment’rie est pas un’ ressource
            Pour ce cœur qui, n’pensant pas d’mal,
            R’luit si clair dans son œil égal,
            Comm’ du sable au carreau d’un’ source.
 
            Sans jamais rien qui vous accroche
            Dans son air qu’est toujours pareil,
            D’la main, d’la bourse, et du conseil,
            I’ vous aide, et jamais d’reproche !
 
            I’ nous aim’ ben tous, en ayant
            Pour les pauv’ plus d’sollicitude,
            Comm’ font les bonn’ mèr’, d’habitude,
            Pour leur petit qu’est l’moins vaillant.
 
            L’méchant journalier qui bricole,
            Pâtr’, braconniers, lui tend’ la main.
            I’ rit, d’vient enfant, par les ch’mins,
            Avec les p’tits garçons d’l’école.
 
            À tous ceux passants d’mauvais’ mine
            I’ caus’, donn’ de bons expédients,
            Trait’ les ch’mineaux, couch’ les mendiants,
            Sans peur du vol et d’la vermine.
 
            Au r’bours de ses confrèr’ pat’lins
            I’ n’dit pas un’ parole amère
            À l’épous’ trompeuse, aux fill’ mères.
            I’ les s’court autant qu’i’ les plaint.
 
            I’ n’souhait’ pas du malheur aux riches,
            Mais, chez eux, i’ n’prend pas d’repas,
            Avec eux aut’ qu’i’ n’fréquent’ pas
            D’ses compliments s’rait plutôt chiche.
 
            Eux ? n’est-c’ pas ? i’s ont ben d’quoi faire
            Avec leur science et leur argent !
            Mais l’humb’ méprisé, l’indigent,
            Et l’simpl’ d’esprit : v’là son affaire !
 
            Ça fait qu’on a tell’ment l’désir
            De s’racquitter, q’plus d’un qui nie
            Assiste à ses cérémonies,
            Tout bonn’ment pour lui fair’ plaisir.
 
            I’ sait q’yen a que l’destin visse
            Au mal comme au malheur têtu,
            Qu’vaut mieux trop d’compassion du vice
            Que trop d’encens’ment d’la vertu.
 
            C’est pour ça qu’i’ n’a d’blâme à dire
            Que cont’ ceux gens secs et railleurs
            Qui, s’croyant toujours les meilleurs,
            Trouv’ toujours q’les aut’ sont les pires.
 
            Un cœur, à la longu’, laisse un’ teinte
            Sus l’vôt’, soit en mal, soit en bien.
            Ceux qu’ont l’bonheur d’battr’ près du sien
            Un jour ou l’aut’ prenn’ son empreinte.
 
            C’est pas c’qui nous dit dans son temple
            Qui nous rend plus just’ et moins r’tors.
            C’est l’brave homm’ qu’il est au dehors
            Qui nous touch’ par son bel exemple.
 
            C’t homm’ noir qu’est bâti d’not’ argile
            I’ nous donn’ plus d’moralité
            Avec les act’ de sa bonté
            Qu’avec ses lectur’ d’évangile.
 
            Pour finir, v’lez-vous que j’vous dise ?
            À partir du jour d’aujourd’hui,
            Q’tous les curés soient tels que lui...
            Faudra ragrandir les églises ! »
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаllаrmé : Sоnnеt : «Ô si сhèrе dе lоin еt prосhе еt blаnсhе, si...»

Сеndrаrs : Éсrirе

Μаrоt : Dе l’Αbbé еt dе sоn Vаlеt

Μаrоt : Dе l’аmоur du Sièсlе Αntiquе

Соrbièrе : Un riсhе еn Βrеtаgnе

Rоllinаt : Lе Сhаt

Соrbièrе : Rоndеl

Jаrrу : Μinérаl

Βоukау : Rеgrеts à Νinоn

Αpоllinаirе : «Εt tоi mоn сœur pоurquоi bаts-tu ?...»

☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : Sоnnеur

Lаttаignаnt : Βillеt à Μоnsiеur J***

Сrоs : Сrоquis

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Lаfоrguе : Stupеur

Сrоs : Lе Βut

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lеs Βûсhеrs (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur L’Οffiсе du sоir (Βеrtrаnd)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Τu еs sеulе mоn сœur, mоn sаng еt mа Déеssе...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе