Rollinat

Paysages et paysans, 1899


Le Boucher



« Tiens ? t’es donc plus boucher ? dit la vieille au gros homme
          Qui venait de vendre son fonds,
Et lui répondit grave, avec un air profond :
          « Non ! et j’vas vous raconter comme :
 
          Ah ! l’métier était bon ! Mes viandes ?
          Vous savez si ça s’débitait !
          Tell’ment partout on m’réputait
          Que j’pouvais pas fournir aux d’mandes.
 
          C’est moi-mêm’ qu’abattais les bêtes
          Promis’ aux crochets d’mon étal,
          Et j’vous crevais comme un brutal
          Les cous, les poitrails et les têtes.
 
          Si j’suis si gros, q’ça m’gên’ quand j’bouge,
          Si j’ai l’teint si frais, l’corps si gras,
          C’est q’par le nez, la bouch’, les bras,
          Tout l’temps j’pompais vif du sang rouge.
 
          L’animal ? c’est pas un’ personne...
          Que j’me disais ! Pour moi, l’bestiau
          C’était qu’un’ chos’, j’trouvais idiot
          D’croir’ que ça rêv’ ou q’ça raisonne.
 
          Si ça qui grogn’, qui bêl’, qui beugle,
          À l’abattoir s’tenait pas bien,
          J’cognais d’sus, ça n’me faisait rien :
          J’leur étais aussi sourd qu’aveugle.
 
          D’un coup d’maillet bien à ma pogne
          J’défonçais l’crâne d’un vieux bœuf
          Comme on cass’ la coquill’ d’un œuf,
          Et j’fredonnais pendant ma b’sogne.
 
          À ceux qui, lorsque l’couteau rentre,
          S’lamentaient sur l’ouaill’ ou l’cochon,
          J’criais : « Ça s’rait plus folichon
          D’en avoir un morceau dans l’ventre ! »
 
          Et dans l’trou plein d’sanglante écume
          Se r’tournait, creusait mon surin,
          Tel qu’un piquet dans un terrain
          Où q’l’on veut planter d’la légume.
 
          J’étais ben boucher par nature !
          Dam’ ! Le coup d’mass’ ? ça m’connaissait ;
          Et quand mon vieux couteau dép’çait
          I’ savait trouver la jointure.
 
          Oui ! j’avais la main réussie
          Pour mettre un bœuf en quatr’ morceaux ;
          Vit’ se rompaient les plus gros os
          Ousque j’faisais grincer ma scie.
 
          Pour détailler d’la viand’ qui caille
          J’aurais pas craint les plus adroits :
          Tous mes coups d’coup’ret, toujours droits,
          R’tombaient dans la première entaille.
 
          Jusqu’à c’beau jour d’ensorcell’rie
          Où v’allez savoir c’qui m’advint,
          Je m’saoulais d’sang tout comm’ de vin
          Et j’m’acharnais à la tuerie.
 
          Donc, un’ fois, on m’amène un’ vache
          Ben qu’âgée encor forte en lait,
          Noire et blanche, et voilà qu’em’ plaît,
          Que j’la conserve et que j m’yattache.
 
          J’la soignais si tell’ment la vieille
          Que m’voir la faisait s’déranger
          D’ses song’ et mêm’ de son manger,
          Qu’elle en dod’linait des oreilles ;
 
          Quand em’rencontrait, tout’ follette,
          Ben vite, elle obliquait d’son ch’min
          Pour venir me râper la main
          Avec sa lang’ bleue et violette ;
 
          Mes aut’ vach’ en étaient jalouses
          Lorsque mes ongl’ y grattaient l’flanc
          Ou qu’ent’ ses corn’ noir’ au bout blanc
          J’y chatouillais l’front sur les p’louses.
 
          Mais un jour, un’ mauvaise affaire
          Veut qu’ell’ tombe, y voyant pas fin,
          À pic, sus l’talus d’un ravin,
          Et qu’es’ casse un’ patt’ ! Quoi en faire ?...
 
          Ell’ pouvait ben marcher sur quatre
          Mais sur trois... yavait plus moyen !
          Mêm’ pour elle, il le fallait ben ;
          Ell’ souffrait : valait mieux l’abattre !
 
          Pour vous en finir, je l’emmène...
          J’avais renvoyé ceux d’chez nous.
          Mais, v’là qu’ell’ tomb’ sur les deux g’noux,
          Avec des yeux d’figure humaine.
 
          Bon Dieu ! j’prends mon maillet sur l’heure,
          J’vis’ mon coup, et j’allais l’lâcher...
          Quand j’vois la vach’ qui vient m’lécher
          En mêm’ temps q’ses deux gros yeux pleurent.
 
          L’maillet fut bentôt sur la table,
          J’app’lai tous mes gens et j’leur dis :
          Faut pas la tuer ! j’serions maudits !
          Et j’fus la r’conduire à l’étable.
 
          La vache ? un r’bou’teux l’a guérie.
          À la maison j’yai fait un sort,
          Elle y mourra de sa bonn’ mort,
          Et, moi, j’f’rai plus jamais d’bouch’rie. »
 
          — La vieille dit : « Vlà c’que ça prouve :
          C’est q’chez l’âm’ des plus cruell’ gens,
          Dans les métiers les plus méchants,
          Tôt ou tard la pitié se r’trouve.
 
          Crois-moi ! c’te chos’ ? tu n’l’as pas vue,
          Quand mêm’ que tu peux l’certifier.
          C’est ton bon cœur qui fut l’sorcier,
          C’est lui qui t’donna la berlue. »
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rаmuz : Lе Ρауs

Rоllinаt : Lе Сhаt

Соrbièrе : Rоndеl

Jаrrу : Μinérаl

Βоukау : Rеgrеts à Νinоn

Αpоllinаirе : «Εt tоi mоn сœur pоurquоi bаts-tu ?...»

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Αu bоrd dе lа mеr

Αpоllinаirе : Lа Grеnоuillèrе

Νеrvаl : Lеs Éсrivаins

☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Сrоquis

Rаmuz : Lе Ρауs

Jаrrу : Sаint-Βriеuс dеs Сhоuх

Lаfоrguе : Stupеur

Сrоs : Lе Βut

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Vаguе еt lа Сlосhе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Сhоsеs fаtаlеs (Rоdеnbасh)

De Dаmе dе flаmmе sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сurаrе- sur «С’еst оrеs, mоn Vinеus, mоn сhеr Vinеus, с’еst оrе...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Ρеtitе Ruе silеnсiеusе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Τu еs sеulе mоn сœur, mоn sаng еt mа Déеssе...» (Rоnsаrd)

De Dаmе dе flаmmе sur «Τоi qui trоublеs lа pаiх dеs nоnсhаlаntеs еаuх...» (Βеrnаrd)

De Jаdis sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Xi’аn sur Μirlitоn (Соrbièrе)

De Jаdis sur Lа Сhèvrе (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе= sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Wеb-dеvеlоppеur sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Xiаn sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе