Rollinat

Les Névroses, 1883


Le Cauchemar d’un ascète


 
La vipère se tint debout sur ma savate,
Me fascina, fondit sur moi du premier coup,
Et se laissant glisser de ma tête à mon cou,
Me fit une onduleuse et sifflante cravate.
 
Puis elle déroula ses longs anneaux ; et fou,
Tout mon corps, possédé du monstre à tête plate,
Ressentit au milieu d’une brume écarlate
La froide ubiquité d’un enlacement mou.
 
Mais voilà que la bête, humectant son œil louche,
Prit des seins, des cheveux, des membres, une bouche,
Et resserra ses nœuds d’un air passionné :
 
« Oh ! redeviens serpent ! hurlai-je, horrible dame,
J’aime mieux, si je dois mourir empoisonné,
Cent morsures d’aspic qu’un seul baiser de femme ! »
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 28 mars 2019 à 12h20

Gardien attentif
----------

Ce gardien très modeste est chaussé de savates,
Il est fort vigilant, sauf s’il va boire un coup ;
Il porte un uniforme, auquel il tient beaucoup,
Mais il oublie souvent d’arborer sa cravate.

Il aime les sergents, bien que ce soient des fous,
N’ayant point de bon sens sous leur casquette plate ;
Il aime le major au foulard écarlate
Et le vieux général coiffé d’un chapeau mou.

Ce gardien est honnête, il ne fait rien de louche,
N’ayant pas plus d’argent que la solde qu’il touche,
N’ayant point le désir de se voir galonné ;

Il écrit quelquefois des vers pour une dame,
Et je crois qu’un baiser par elle fut donné,
Qui d’un beau lieutenant est cependant la femme.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 8 novembre 2020 à 14h31

Gardien du sanctuaire babylonien
------------

Il a les pieds sur terre, il n’est pas acrobate,
Il ne porte jamais d’ornements à son cou ;
Il ne dort pas souvent, ne mange pas beaucoup,
Il fut, me dit un prêtre, instruit dans la Vulgate.

Une louve est sa mère, et son père un chien fou,
Il fut jadis épris de sa cousine Agathe ;
Mais elle voulut vivre avec un pélobate,
Il a juste pensé « C’est bon, chacun ses goûts ».

L’orgue le fait vibrer, la prière le touche,
Ce vigilant gardien pour écouter se couche,
Il a compris que Dieu ne peut l’abandonner.

Il fréquente parfois la maison d’une dame,
À la boisson, tous deux, je les crois adonnés,
Et que  ferait-il d’autre, en face d’une femme ?

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 8 novembre 2020 à 20h17

Corvées d’ange gardien
----------

Du père Dupanloup l’ange n’apprécie guère
D’avoir à voleter près d’une montgolfière,
Surtout laissant traîner on ne sait quoi par terre.

Du père Dupanloup l’ange apprécie fort peu
D’avoir à rencontrer l’ondine aux longs cheveux
Qui fait vibrer son âme et larmoyer ses yeux.

Du père Dupanloup l’ange n’aime pas trop
Voir l’angle sous lequel il ressemble au taureau,
Ce qui fut vrai, dit-on, dès l’âge du berceau.

Du père Dupanloup l’ange portant le deuil
Regrettait qu’on ne pût bien fermer le cercueil,
Bien que ce fût un homme, et non pas un chevreuil.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 21 novembre 2021 à 18h01


Vous ne mettrez qu’une assiette
-------------------------------------------

Thisbé, dans sa cuisine, éminçait des tomates
Avec vivacité : il en fallait beaucoup.
Kobayashi Issa en eût fait un haïku
Tant le couteau glissait sous sa menotte adroite.
 
Elle ajoute soja, ail, sésame et tofu.
Pas question, avec ça, de boire de l’eau plate !
Plutôt que le saké, optant pour le picrate,
Elle met au frais la blanquette de Limoux —
 
Puis se lave les mains, et passe sous la douche ;
Se doutant de ce qui suivra, la fine mouche,
Pour son amant s’applique à bien se savonner.
 
Mais pendant ce temps-là, ce crétin de Pyrame,
Sous son mûrier, dans un réflexe irraisonné,
S’étant fait seppuku, meurt d’une mort infâme.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εllе еt lui

Hugо : Lа Légеndе dе lа Νоnnе

Τоulеt : «Νоn, се tахi, quеllе сhаrrеttе....»

Régniеr : Εn fоrêt

Βruаnt : À lа Glасièrе

Hеrеdiа : Αprès Саnnеs

Сrоs : Libеrté

Сrоs : Ρlаintе

Сrоs : Соnсlusiоn

Соrbièrе : Μirlitоn

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

Αltаrосhе : Ρétitiоn d’un vоlеur à un rоi sоn vоisin

Ρеrgаud : Rеnаissаnсе

Μауnаrd : «Quаnd dоis-је quittеr lеs rосhеrs...»

Rоllinаt : «Μоn nоstаlgiquе аmоur dе lа сôtе еt du vаl...»

Hеrеdiа : À un Τriоmphаtеur

Μаrоt : Dе sа grаndе аmiе

Ρоnсhоn : «Vlà l’hivеr еt sеs guеnillеs...»

Vеrnоn : Lа viе dе Sаint Αlехis (début)

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Εllе еt lui (Αutrаn)

De Jаdis sur Lа Τrеbbiа (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Lа Fоntаinе dе Sаng (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Μоn еnfаnсе саptivе а véсu dаns dеs piеrrеs...» (Sаmаin)

De Jаdis sur «Νоn, се tахi, quеllе сhаrrеttе....» (Τоulеt)

De Jаdis sur «Μаis tu brûlеs ! Ρrеnds gаrdе, еsprit !...» (Hugо)

De Μасrоn démissiоn sur Sоnnеt : «Μаîtrеssе, d’аprès tоi је vеuх fаirе un pаstеl...» (Соrаn)

De Сurаrе- sur Ρоur lе јеudi 9 јаnviеr 1913 (Ρéguу)

De Сhristiаn sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Ιо Kаnааn sur Ρèlеrinаgе (Vеrhаеrеn)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Μоdérаtеur sur Éléphаnt dе Ρаris. (Τоulеt)

De Сhristiаn sur Sоnnеt sur dеs mоts qui n’оnt pоint dе rimе (Sаint-Αmаnt)

De Сhristiаn sur Сlаir dе lunе (Αpоllinаirе)

De Jоhаnn sur L’Éсhо dе lа саvеrnе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Égо Viсtоr sur «Lаissе dе Ρhаrаоn lа tеrrе Égуptiеnnе...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur «Νоus nе fаisоns lа соur аuх fillеs dе Μémоirе...» (Du Βеllау)

De Μаriаnnе sur «Jе sоngе à се villаgе аssis аu bоrd dеs bоis...» (Μоréаs)

De Ιо Kаnааn sur Ρériоdе élесtоrаlе (Соppéе)

De Ιо Kаnааn sur Αrums dе Ρаlеstinе (Viviеn)

De Сurаrе- sur «Ô fоrmе quе lеs mаins...» (Viviеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе