Rollinat


Le Corbeau empaillé


 
          Empaillé ?... C’est indéniable !...
Mais qui donc de la sorte a bien pu l’empailler ?...
Quelque étrange savant ? peut-être un vieux sorcier ?
          À moins que ce ne soit le diable ?...
 
          Dans le jeu des ombres furtives
Et des lueurs frôlant tel meuble ou tel portrait,
Par sa présence il met comme un frisson discret
          Sous la stagnante des solives.
 
          La pulsation de la vie
Habite obstinément ce mannequin noir-bleu
Dont l’air si naturel, si vrai, surprend si peu
          Que personne ne s’en défie.
 
          Il faut avoir touché la bête
Pour se persuader qu’elle n’est qu’un objet ;
Et même encore après, de loin, on est sujet
          À lui voir remuer la tête.
 
          Au-dessus de la cheminée,
Rapace, il apparaît perché, tel qu’au moment
Où d’un arbre il allait se ruer lourdement
          Sur la charogne empoisonnée.
 
          Oui ! son beau plumage sévère
Couve en le trahissant l’animé de son corps !
Ce n’est sûrement pas le froid regard des morts
          Qui reluit dans son œil de verre.
 
          Bourré d’ouates et de laines,
Malgré les fils de fer qui remplacent ses os,
Il demeure encor là, le chacal des oiseaux,
          Le carnassier des grandes plaines.

          Dégageant des songes funèbres,
Il incarne le deuil et le mauvais destin,
Comme il évoque aussi ce spectre clandestin,
          Prince du mal et des ténèbres.
 
          C’est pourquoi dans ma solitude,
Lui voyant si vivants ailes, yeux, ongles, bec,
Maintes fois, j’en ai peur, et je l’évite avec
          Une réelle inquiétude.
 
          Fin d’automne, quand il brouillasse,
Le soir, quand ses pareils ici viennent rôder,
Je frémis, en étant presque à me demander
          Si ce n’est pas lui qui croasse !
 

Les Appartitions, 1896

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rеvеrdу : Stоp

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Rесuеillеmеnt (Βаudеlаirе)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Jаdis sur «Μа Dаmе nе m’а pаs vеndu...» (Μаrоt)

De Jаdis sur Lа Géаntе (Βаudеlаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Qui а vu quеlquеfоis un grаnd сhênе аsséсhé...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Αu bоrd dе l’еаu (Sullу Ρrudhоmmе)

De Сосhоnfuсius sur «Vаguе еt nоуéе аu fоnd du brоuillаrd hiémаl...» (Sаmаin)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе