Rollinat

Paysages et paysans, 1899


Le Lutin



Par un soir d’hiver triste et bien de circonstance,
Un homme encor tout jeune et tout blanc de cheveux,
En ces termes, devant le plus claquant des feux,
Raconta le Lutin nié par l’assistance :
 
      — C’est pas à vous autr’, c’est certain !
      Fit-il, parlant d’une manière
      À la fois nette et singulière —
      Qu’apparaîtra jamais l’Lutin !
 
      Pour ça, chez eux, par monts, par vaux,
      Partageant leur travail, leur trêve,
      Témoin d’leur sommeil et d’leur rêve,
      Faut tout l’temps vivre avec les ch’vaux !
 
      C’malin cavalier des Enfers
      R’cherche l’ravineux d’un’ prairie,
      L’retiré d’un’ vieille écurie,
      Un’ nuit lourde avec des éclairs.
 
      Moi, si j’ai pu l’voir de mon coin
      Comme j’vous vois d’vant c’te ch’minée,
      C’est qu’tout’ les nuits, plus d’une année,
      Près d’mes bêt’ j’ai couché dans l’foin.
 
      Voici, soupira l’étranger,
      Articulant presque à voix basse,
      C’que dans une écurie y s’passe
      Quand c’démon-là vient s’y loger.
 
      C’est la plein’ nuit ! L’ciel orageux,
      Qui brouille encor sa mauvais’ lune,
      N’jette aux carreaux qu’un’ lumièr’ brune
      Comm’ cell’ des fonds marécageux.
 
      Vous êt’s là tout seul contr’ vos ch’vaux
      Qui dress’ en fac’ de la mangeoire
      Leur grand’ form’ rougeâtr’, blanche et noire,
      L’jarret coudé sur leurs sabots.
 
      Des fois, des tap’ments d’pieds mordant
      L’pavé sec du bout d’leur ferraille,
      L’broiement du foin, d’l’herbe ou d’la paille
      Sous la meule égale des dents.
 
      Mais, c’est si pareill’ment pareil,
      Si toujours tout l’temps la mêm’ chose
      Qu’au lieu d’vous fatiguer ça r’pose,
      Ça berc’ l’ennui, l’songe et l’sommeil.
 
      À part ça, tout s’tait dans la nuit...
      L’vrai silence des araignées
      Qui, bien qu’toujours embesognées,
      Trouv’ moyen d’travailler sans bruit.
 
      Là donc, au-d’sus — autour de vous,
      Vous r’gardez leurs longu’ toil’ qui pendent...
      À pein’ si vos oreill’ entendent
      L’tonnerre au loin, grondant très doux.
 
      Subit’ment, sans qu’ça s’soit trahi
      Par quéqu’ chos’ qui craque ou qui sonne
      Entr’ le Lutin !... un’ p’tit’ personne,
      Qui pousse un rir’ bref... Hi-hi-hi !
 
      Rien n’s’ouvre au moment qu’i’ paraît :
      F’nêtr’, port’, plafond, rien n’se déferme,
      Comm’ si l’vent qu’en apport’rait l’germe
      L’engendrait là d’un coup d’secret.
 
      Mais, sitôt entré, qu’ça descend
      Dans l’écurie une vapeur rouge,
      Où peureus’ment les chos’ qui bougent
      Ont l’air de trembler dans du sang.
 
      C’est tout nabot — v’lu comme un chien
      Et d’une paraissanc’ pas obscure,
      Puisqu’on n’perd rien d’sa p’tit’ figure
      Qu’est censément fac’ de chrétien.
 
      Toujours, avec son rir’ de vieux,
      Il rôde avant de s’mettre à l’œuvre,
      Dressant deux cornes en couleuvre
      Qui r’luis’ aux flamm’ de ses p’tits yeux.
 
      Brusque, en l’air vous l’voyez marcher...
      Sans aile il y vol’ comme un’ chouette...
      S’tient sus l’vide après chaqu’ pirouette
      Comm’ s’i’ r’tombait sur un plancher.
 
      Et le Lutin fait ses sabbats,
      Faut qu’i’ r’gard’ tout, qu’i’ sent’, qu’i’ touche,
      Court les murs avec ses pieds d’mouche,
      Glisse au plafond la tête en bas.
 
      Maint’nant, au travail ! Comme un fou
      Vers les ch’vaux le voilà qui file,
      À tous leur nouant à la file
      Les poils de la tête et du cou.
 
      Dans ces crins tordus et vrillés
      Va comme un éclair sa main grêle,
      Dans chaqu’ crinière qu’il emmêle
      Il se façonn’ des étriers.
 
      Puis, tel que ceux du genre humain,
      L’une après l’autre, i’ mont’ chaqu’ bête,
      À ch’val sur l’cou — tout près d’la tête,
      En t’nant un’ oreill’ de chaqu’ main.
 
      Alors, i’s’fait un’ grand’ clarté
      Au milieu de c’te lumièr’ trouble...
      L’mauvais rir’ du Lutin redouble,
      Et ça rit de tous les côtés.
 
      Son rir’ parle — on l’entend glapir :
      « Hop ! hop ! » Les ch’vaux galop’ sur place,
      Mais roid’ comm’ s’ils étaient en glace
      Et sans autr’ bruit qu’un grand soupir.
 
      Et tandis qu’une à une, alors,
      Leurs gross’ larm’ lourdement s’égrènent...
      On voit — les sueurs vous en prennent —
      Danser ces ch’vaux qui paraiss’nt morts.
 
      Puis, comm’ c’était v’nu ça s’en va.
      L’écurie en mêm’ temps s’rassure :
      Tout’ la ch’valin’ remâche en m’sure
      Et r’cogn’ du pied sur l’caillou plat.
 
      La s’cond’ fois vous n’êt’s que tremblant...
      Mais la premièr’, quell’ rude épreuve !...
      Moi, ça m’en a vieilli... La preuve ?...
      Ma voix basse et mes ch’veux tout blancs !
 
Ce récit bonhomique et simple en sa féerie
Ne laissa pourtant pas que de jeter un froid ;
Tous, avec un frisson, gagnèrent leur chez soi...
Nul ne fit, ce soir-là, sa ronde à l’écurie !
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sсèvе : «Sеul аvес mоi, еllе аvес sа pаrtiе...»

Αuvrау : Соntrе unе dаmе trоp mаigrе

Αuvrау : Lеs Ρаlаdins аvеnturiеrs

Αuvrау : «Αu mоis qu’аmоur еst lе plus еn viguеur...»

Соppéе : «Εllе viеndrа се sоir ; еllе mе l’а prоmis...»

Riсtus : Lеs Μоntе-еn-l’аir

Hаrаuсоurt : «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...»

Lа Gеsséе : «Lа Μоuсhе pеintе еst mаrquе d’impudеnсе...»

Vаlléе dеs Βаrrеаuх : «Соurtisаns, qui trаînеz vоs јоurs déshоnоrés...»

Du Βеllау : «Si l’аvеuglе furеur, qui саusе lеs bаtаillеs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : Ρаuvrе gаrçоn

Соppéе : «Εllе viеndrа се sоir ; еllе mе l’а prоmis...»

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Riсhеpin : Lа Μignоtе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Μоntrеuil : Épigrаmmе : «Сlоris à vingt аns étаit bеllе...»

Νоuvеаu : Lа Rеnсоntrе

Αubigné : «Lеs lуs mе sеmblеnt nоirs...»

Rоllinаt : Viеrgе dаmnéе

Αpоllinаirе : Сhаpеаu-tоmbеаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Vоus аvеz su l’еspоir еt pаrtаgé lа rаgе...» (Siеfеrt)

De Сосhоnfuсius sur «Οbsсur vаllоn, mоntаgnе sоurсillеusе...» (Lа Rоquе)

De Сосhоnfuсius sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Diеu qui vоis сеttе rоuе ехéсrаblе...» (Vеrmеil)

De Lа Fаisаnе sur Lа Соlоmbе pоignаrdéе (Lеfèvrе-Dеumiеr)

De Εsprit dе сеllе sur «Νе rеprеnеz, Dаmеs, si ј’аi аimé...» (Lаbé)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Сhаrlus Ρоpulаirе sur Viеuх mаrin, viеil аrtistе (Ρоpеlin)

De Hаn Riсutе sur Соmplаintе аmоurеusе (Αllаis)

De Lе Gаrdiеn sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Сhristiаn sur Lе Μоnt dеs Οliviеrs (Vignу)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Τhundеrbird sur «Sасrés соtеаuх, еt vоus sаintеs ruinеs...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρ10H24- sur Εllе еt lui (Αutrаn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе