Rollinat

Paysages et paysans, 1899


Le Père Éloi



Une nuit, dans un vieux cimetière pas riche,
Ivre, le père Éloi, sacristain-fossoyeur,
Parlait ainsi, d’un ton bonhomique et gouailleur,
Gesticulant penché sur une tombe en friche :
 
          « Après que j’suis sorti d’l’auberge
          En sonnant l’Angelus, à c’soir,
          J’m’ai dit comme’ ça : Faut q’jaill’ la voir
          Au lieu d’y fair’ brûler un cierge !
 
          J’te dérang’ ! Sous l’herbe et la ronce
          T’es là ben tranquille à r’poser ;
          Bah ! tout seul, un brin, j’vas t’causer :
          T’as pu d’langu’, j’attends pas d’réponse.
 
          T’causer ? T’as des oreill’ de cend’e...
          Et t’étais sourde avant l’trépas.
          Mais, quéq’ ça fait q’tu m’entend’ pas...
          Si mon idée est q’tu m’entendes.
 
          J’pense à toi souvent, va, pauv’ grosse,
          Beaucoup le jour, surtout la nuit,
          Dans la noc’ comme dans l’ennui,
          Que j’boiv’ chopine ou creuse un’ fosse.
 
          J’me saoul’ pas pu depuis q’t’es morte
          Que quand t’étais du monde. Enfin,
          C’est pas tout ça ! moi, j’aim’ le vin,
          J’peux l’entonner puisque j’le porte.
 
          Fidèl’ ? là-d’sus faut laisser faire
          Le naturel ! on n’est pas d’bois...
          C’que c’est ! j’y pens’ pas quant e’ j’bois,
          Quant’ j’ai bu, c’est une aut’ affaire !...
 
          Si j’en trouve un’ qu’est pas trop vieille,
          Ma foi ! j’vas pas chercher d’témoins !
          Pourtant, l’âg’ yétant, j’pratiqu’ moins
          La créatur’ que la bouteille.
 
          Bah ! je l’sais, t’es pas pu jalouse
          Que cell’ qu’a pris ta succession.
          Es’ pas q’j’ai ton absolution ?
          Dis ? ma premièr’ défunte épouse ?
 
          Des services ? t’as ma promesse
          Que j’ten f’rai dir’ par mon bourgeois.
          Quoiq’ça, c’est inutil’ : chaqu’ fois,
          J’te r’command’ en servant sa messe.
 
          J’voudrais t’donner queq’chos’ qui t’aille :
          Qui qui t’plairait ? qu’est-c’que tu veux ?
          Un’ coiff’ ? mais, tu n’as pu d’cheveux.
          Un corset ? mais, tu n’as pu d’taille.
 
          Un’ rob’ ? t’es qu’un bout de squelette.
          Des mitain’ ? T’as des mains d’poussier.
          Des sabots garnis ? t’as pu d’pieds.
          Faut pas songer à la toilette !
 
          T’donner à manger ? bon ! ça rentre...
          Mais, pour tomber où ? dans quel sac ?
          Puisque tu n’as pu d’estomac,
          Pu d’gosier, pu d’boyaux, pu d’ventre !
 
          D’l’argent ? mais, dans ton coin d’cimetière
          Qué q’t’ach’t’rais donc ? Seigneur de Dieu !
          Allons ! tiens ! pour te dire adieu
          J’vas t’fair’ cadeau d’un’ bonn’ prière.
 
          Si ça t’fait pas d’bien, comm’ dit l’autre,
          Au moins, ben sûr, ça t’fra pas d’mal.
          Mais, tu m’coût’ pas cher... c’est égal !
          Tu la mérit’ long’ la pat’nôtre ! »
 
Or, en fait d’oraison longue, le vieux narquois
Partit tout simplement, sur un signe de croix,
Grognant : « C’est tard ! tant pis, j’ai trop soif, l’diab’ m’emporte !
J’vas boire à la santé de l’âme de la morte. »
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρitrе сhâtié (Μаllаrmé)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе