Rollinat

Paysages et paysans, 1899


Le Père Éloi



Une nuit, dans un vieux cimetière pas riche,
Ivre, le père Éloi, sacristain-fossoyeur,
Parlait ainsi, d’un ton bonhomique et gouailleur,
Gesticulant penché sur une tombe en friche :
 
          « Après que j’suis sorti d’l’auberge
          En sonnant l’Angelus, à c’soir,
          J’m’ai dit comme’ ça : Faut q’jaill’ la voir
          Au lieu d’y fair’ brûler un cierge !
 
          J’te dérang’ ! Sous l’herbe et la ronce
          T’es là ben tranquille à r’poser ;
          Bah ! tout seul, un brin, j’vas t’causer :
          T’as pu d’langu’, j’attends pas d’réponse.
 
          T’causer ? T’as des oreill’ de cend’e...
          Et t’étais sourde avant l’trépas.
          Mais, quéq’ ça fait q’tu m’entend’ pas...
          Si mon idée est q’tu m’entendes.
 
          J’pense à toi souvent, va, pauv’ grosse,
          Beaucoup le jour, surtout la nuit,
          Dans la noc’ comme dans l’ennui,
          Que j’boiv’ chopine ou creuse un’ fosse.
 
          J’me saoul’ pas pu depuis q’t’es morte
          Que quand t’étais du monde. Enfin,
          C’est pas tout ça ! moi, j’aim’ le vin,
          J’peux l’entonner puisque j’le porte.
 
          Fidèl’ ? là-d’sus faut laisser faire
          Le naturel ! on n’est pas d’bois...
          C’que c’est ! j’y pens’ pas quant e’ j’bois,
          Quant’ j’ai bu, c’est une aut’ affaire !...
 
          Si j’en trouve un’ qu’est pas trop vieille,
          Ma foi ! j’vas pas chercher d’témoins !
          Pourtant, l’âg’ yétant, j’pratiqu’ moins
          La créatur’ que la bouteille.
 
          Bah ! je l’sais, t’es pas pu jalouse
          Que cell’ qu’a pris ta succession.
          Es’ pas q’j’ai ton absolution ?
          Dis ? ma premièr’ défunte épouse ?
 
          Des services ? t’as ma promesse
          Que j’ten f’rai dir’ par mon bourgeois.
          Quoiq’ça, c’est inutil’ : chaqu’ fois,
          J’te r’command’ en servant sa messe.
 
          J’voudrais t’donner queq’chos’ qui t’aille :
          Qui qui t’plairait ? qu’est-c’que tu veux ?
          Un’ coiff’ ? mais, tu n’as pu d’cheveux.
          Un corset ? mais, tu n’as pu d’taille.
 
          Un’ rob’ ? t’es qu’un bout de squelette.
          Des mitain’ ? T’as des mains d’poussier.
          Des sabots garnis ? t’as pu d’pieds.
          Faut pas songer à la toilette !
 
          T’donner à manger ? bon ! ça rentre...
          Mais, pour tomber où ? dans quel sac ?
          Puisque tu n’as pu d’estomac,
          Pu d’gosier, pu d’boyaux, pu d’ventre !
 
          D’l’argent ? mais, dans ton coin d’cimetière
          Qué q’t’ach’t’rais donc ? Seigneur de Dieu !
          Allons ! tiens ! pour te dire adieu
          J’vas t’fair’ cadeau d’un’ bonn’ prière.
 
          Si ça t’fait pas d’bien, comm’ dit l’autre,
          Au moins, ben sûr, ça t’fra pas d’mal.
          Mais, tu m’coût’ pas cher... c’est égal !
          Tu la mérit’ long’ la pat’nôtre ! »
 
Or, en fait d’oraison longue, le vieux narquois
Partit tout simplement, sur un signe de croix,
Grognant : « C’est tard ! tant pis, j’ai trop soif, l’diab’ m’emporte !
J’vas boire à la santé de l’âme de la morte. »
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Jаmmеs : ΑLΕXΑΝDRΕ DΕ RUСHΕΝFLΕUR (frаgmеnt)

Ρizаn : «À qui dirа-t-еllе sа pеinе...»

Sаint-Αmаnt : «Jе viеns dе rесеvоir unе bеllе missivе...»

Αubеspinе : Lе luth

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Du Βеllау : «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...»

Gаutiеr : Lе Βаnс dе piеrrе

Sigоgnе : «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...»

Sigоgnе : «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrbеuf : «Βеаuх уеuх оù luisеz-vоus, mеs sоlеils quе ј’аdоrе...»

Viviеn : «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...»

Μаrоt : Dе l’Αbbé еt dе sоn Vаlеt

Μаrоt : «Νе sаis соmbiеn lа hаinе еst durе...»

Viviеn : Ρоèmе d’аmоur

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Quоi ? qu’еst-се quе сесi...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Сосhоnfuсius sur «Νi tа simpliсité, ni tа bоnnе nаturе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Μаl n’аttеint nul аnimаl...» (Fiеfmеlin)

De Jаdis sur «Jе viеns dе rесеvоir unе bеllе missivе...» (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr (Μаrоt)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Lе Dоnјоn (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Rоssignоl, rоi dеs bоis, vоus, tоurtrе sоlitаirе...» (Ρаssеrаt)

De Xi’Αn sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Αlех Sаndrin sur «Μаrаud, qui n’еs mаrаud quе dе nоm sеulеmеnt...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Qu’оn m’аrrасhе lе сœur, qu’оn mе fаssе еndurеr...» (Dеspоrtеs)

De Сrасhеtоnmuсus sur «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Μusе Vénаlе (Βаudеlаirе)

De Сésаr Βistruklа sur «Lеs еsсаdrоns аilés du сélеstе pоurpris...» (Lа Сеppèdе)

De Соnсоurs Lépinе sur L’Égоïstе (Sсhwоb)

De Xi’аn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе