Rollinat

Paysages et paysans, 1899


Le Père Éloi



Une nuit, dans un vieux cimetière pas riche,
Ivre, le père Éloi, sacristain-fossoyeur,
Parlait ainsi, d’un ton bonhomique et gouailleur,
Gesticulant penché sur une tombe en friche :
 
          « Après que j’suis sorti d’l’auberge
          En sonnant l’Angelus, à c’soir,
          J’m’ai dit comme’ ça : Faut q’jaill’ la voir
          Au lieu d’y fair’ brûler un cierge !
 
          J’te dérang’ ! Sous l’herbe et la ronce
          T’es là ben tranquille à r’poser ;
          Bah ! tout seul, un brin, j’vas t’causer :
          T’as pu d’langu’, j’attends pas d’réponse.
 
          T’causer ? T’as des oreill’ de cend’e...
          Et t’étais sourde avant l’trépas.
          Mais, quéq’ ça fait q’tu m’entend’ pas...
          Si mon idée est q’tu m’entendes.
 
          J’pense à toi souvent, va, pauv’ grosse,
          Beaucoup le jour, surtout la nuit,
          Dans la noc’ comme dans l’ennui,
          Que j’boiv’ chopine ou creuse un’ fosse.
 
          J’me saoul’ pas pu depuis q’t’es morte
          Que quand t’étais du monde. Enfin,
          C’est pas tout ça ! moi, j’aim’ le vin,
          J’peux l’entonner puisque j’le porte.
 
          Fidèl’ ? là-d’sus faut laisser faire
          Le naturel ! on n’est pas d’bois...
          C’que c’est ! j’y pens’ pas quant e’ j’bois,
          Quant’ j’ai bu, c’est une aut’ affaire !...
 
          Si j’en trouve un’ qu’est pas trop vieille,
          Ma foi ! j’vas pas chercher d’témoins !
          Pourtant, l’âg’ yétant, j’pratiqu’ moins
          La créatur’ que la bouteille.
 
          Bah ! je l’sais, t’es pas pu jalouse
          Que cell’ qu’a pris ta succession.
          Es’ pas q’j’ai ton absolution ?
          Dis ? ma premièr’ défunte épouse ?
 
          Des services ? t’as ma promesse
          Que j’ten f’rai dir’ par mon bourgeois.
          Quoiq’ça, c’est inutil’ : chaqu’ fois,
          J’te r’command’ en servant sa messe.
 
          J’voudrais t’donner queq’chos’ qui t’aille :
          Qui qui t’plairait ? qu’est-c’que tu veux ?
          Un’ coiff’ ? mais, tu n’as pu d’cheveux.
          Un corset ? mais, tu n’as pu d’taille.
 
          Un’ rob’ ? t’es qu’un bout de squelette.
          Des mitain’ ? T’as des mains d’poussier.
          Des sabots garnis ? t’as pu d’pieds.
          Faut pas songer à la toilette !
 
          T’donner à manger ? bon ! ça rentre...
          Mais, pour tomber où ? dans quel sac ?
          Puisque tu n’as pu d’estomac,
          Pu d’gosier, pu d’boyaux, pu d’ventre !
 
          D’l’argent ? mais, dans ton coin d’cimetière
          Qué q’t’ach’t’rais donc ? Seigneur de Dieu !
          Allons ! tiens ! pour te dire adieu
          J’vas t’fair’ cadeau d’un’ bonn’ prière.
 
          Si ça t’fait pas d’bien, comm’ dit l’autre,
          Au moins, ben sûr, ça t’fra pas d’mal.
          Mais, tu m’coût’ pas cher... c’est égal !
          Tu la mérit’ long’ la pat’nôtre ! »
 
Or, en fait d’oraison longue, le vieux narquois
Partit tout simplement, sur un signe de croix,
Grognant : « C’est tard ! tant pis, j’ai trop soif, l’diab’ m’emporte !
J’vas boire à la santé de l’âme de la morte. »
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Lаfоrguе : Dimаnсhеs : «Οh ! се piаnо, се сhеr piаnо...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Соrbièrе : Lе Ρоètе еt lа Сigаlе

Соrbièrе : Lа Сigаlе еt lе pоètе

Fоrt : Εn rеvеnаnt dе Sаint-Μаrtin

Vеrlаinе : Ρrоlоguе : «L’аmоur еst infаtigаblе !...»

Vеrlаinе : Сhаrlеrоi

☆ ☆ ☆ ☆

Vignу : Lа Frégаtе Lа Sériеusе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Vignу : Lеs Dеstinéеs

Rоnsаrd : «Ρоurtаnt si tа mаîtrеssе еst un pеtit putаin...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Rоmаins : «Un dе сеuх...»

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Αgréаblеs trаnspоrts qu’un tеndrе аmоur inspirе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Ρаr l’аppеl sоuriаnt dе sа сlаirе étеnduе...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Εh biеn, оui ! ј’аimе un plаt саnаillе...» (Glаtignу)

De Сосhоnfuсius sur «Сi-gît qui fut dе bоnnе tаillе...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur «Ρlus millе fоis quе nul оr tеrriеn...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...» (Αpоllinаirе)

De Jаdis sur «Τоut hоmmе а sеs dоulеurs...» (Сhéniеr)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Сhristiаn sur Lа dеrnièrе rоndе (Frаnс-Νоhаin)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе