Rollinat

Paysages et paysans, 1899


Le Père Éloi



Une nuit, dans un vieux cimetière pas riche,
Ivre, le père Éloi, sacristain-fossoyeur,
Parlait ainsi, d’un ton bonhomique et gouailleur,
Gesticulant penché sur une tombe en friche :
 
          « Après que j’suis sorti d’l’auberge
          En sonnant l’Angelus, à c’soir,
          J’m’ai dit comme’ ça : Faut q’jaill’ la voir
          Au lieu d’y fair’ brûler un cierge !
 
          J’te dérang’ ! Sous l’herbe et la ronce
          T’es là ben tranquille à r’poser ;
          Bah ! tout seul, un brin, j’vas t’causer :
          T’as pu d’langu’, j’attends pas d’réponse.
 
          T’causer ? T’as des oreill’ de cend’e...
          Et t’étais sourde avant l’trépas.
          Mais, quéq’ ça fait q’tu m’entend’ pas...
          Si mon idée est q’tu m’entendes.
 
          J’pense à toi souvent, va, pauv’ grosse,
          Beaucoup le jour, surtout la nuit,
          Dans la noc’ comme dans l’ennui,
          Que j’boiv’ chopine ou creuse un’ fosse.
 
          J’me saoul’ pas pu depuis q’t’es morte
          Que quand t’étais du monde. Enfin,
          C’est pas tout ça ! moi, j’aim’ le vin,
          J’peux l’entonner puisque j’le porte.
 
          Fidèl’ ? là-d’sus faut laisser faire
          Le naturel ! on n’est pas d’bois...
          C’que c’est ! j’y pens’ pas quant e’ j’bois,
          Quant’ j’ai bu, c’est une aut’ affaire !...
 
          Si j’en trouve un’ qu’est pas trop vieille,
          Ma foi ! j’vas pas chercher d’témoins !
          Pourtant, l’âg’ yétant, j’pratiqu’ moins
          La créatur’ que la bouteille.
 
          Bah ! je l’sais, t’es pas pu jalouse
          Que cell’ qu’a pris ta succession.
          Es’ pas q’j’ai ton absolution ?
          Dis ? ma premièr’ défunte épouse ?
 
          Des services ? t’as ma promesse
          Que j’ten f’rai dir’ par mon bourgeois.
          Quoiq’ça, c’est inutil’ : chaqu’ fois,
          J’te r’command’ en servant sa messe.
 
          J’voudrais t’donner queq’chos’ qui t’aille :
          Qui qui t’plairait ? qu’est-c’que tu veux ?
          Un’ coiff’ ? mais, tu n’as pu d’cheveux.
          Un corset ? mais, tu n’as pu d’taille.
 
          Un’ rob’ ? t’es qu’un bout de squelette.
          Des mitain’ ? T’as des mains d’poussier.
          Des sabots garnis ? t’as pu d’pieds.
          Faut pas songer à la toilette !
 
          T’donner à manger ? bon ! ça rentre...
          Mais, pour tomber où ? dans quel sac ?
          Puisque tu n’as pu d’estomac,
          Pu d’gosier, pu d’boyaux, pu d’ventre !
 
          D’l’argent ? mais, dans ton coin d’cimetière
          Qué q’t’ach’t’rais donc ? Seigneur de Dieu !
          Allons ! tiens ! pour te dire adieu
          J’vas t’fair’ cadeau d’un’ bonn’ prière.
 
          Si ça t’fait pas d’bien, comm’ dit l’autre,
          Au moins, ben sûr, ça t’fra pas d’mal.
          Mais, tu m’coût’ pas cher... c’est égal !
          Tu la mérit’ long’ la pat’nôtre ! »
 
Or, en fait d’oraison longue, le vieux narquois
Partit tout simplement, sur un signe de croix,
Grognant : « C’est tard ! tant pis, j’ai trop soif, l’diab’ m’emporte !
J’vas boire à la santé de l’âme de la morte. »
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

Villоn : Βаllаdе [dеs prоvеrbеs]

Rоllinаt : Lеs Αgоniеs lеntеs

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Τаnt d’Αstrеs сlаirs nе dаnsеnt pаr lа nuit...» (Gаrniеr)

De Сосhоnfuсius sur Lе Vin du Sоlitаirе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Sоnnеt d’Αrt Vеrt (Gоudеzki)

De Сосhоnfuсius sur «Τоut pаssе pаr lеurs mаins...» (Grévin)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Jаdis sur «Jе sеns dеdаns mоn âmе unе guеrrе сivilе...» (Spоndе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Сurаrе- sur «Νi lа furеur dе lа flаmmе еnrаgéе...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

De Μаgélаnt sur Αiguillеs dе саdrаn (Sаint-Ρоl-Rоuх)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе