Rollinat

Les Appartitions, 1896


Le Sang


 
          Le sang accomplit son mystère :
          Il engendre l’humanité
          De tous points, corps et caractère.
          Il suit son cours héréditaire
          Au gré de la Fatalité,
          Charriant sans fin sur la terre
          La Vertu, la Perversité,
          La Maladie et la Santé,
 
Agent double, à la fois la source et la pâture
          De la fraîcheur et du cancer,
Il fait l’intégrité de l’âme et de la chair
          Comme il en fait la pourriture.
 
          S’il diminue ou s’il augmente,
          L’esprit en souffre avec le corps ;
          Tous deux sont fiévreux s’il fermente,
          Et quand il s’arrête, ils sont morts.

Comme il fait des cheveux, des ongles et des dents,
          Il organise dans la tête
          Des vouloirs froids, tièdes, ardents,
La lumière ou la nuit, le calme ou la tempête.
 
          C’est lui l’animeur clandestin
          Qui, pendant un temps incertain,
          Roule la vie et les pensées,
          La raison ou le pur instinct
          Dans tant de formes nuancées
          Qu’a si sourdement composées
          Son flux obscur et serpentin.
 
          Ce liquide rouge et grenu,
          Si chaud quand il est contenu,
          Et qui, versé, froidit si vite,
          Noircit, se corrompt tout de suite...
          C’est la cause dont les effets
          Sont les regards, gestes, paroles,
          Les sentiments graves, frivoles.
          Tous les actes bons et mauvais.
 
          Oui ! tout ce que l’homme imagine
          Provient du manège du sang
          Qui, sans cesse, humecte en l’usant
          Dans tant de formes nuancées
          Qu’a si sourdement composées
          Son flux obscur et serpentin.
 
          Ce liquide rouge et grenu,
          Si chaud quand il est contenu,
          Et qui, versé, froidit si vite,
          Noircit, se corrompt tout de suite...
          C’est la cause dont les effets
          Sont les regards, gestes, paroles,
          Les sentiments graves, frivoles.
          Tous les actes bons et mauvais.
 
          Oui ! tout ce que l’homme imagine
          Provient du manège du sang
          Qui, sans cesse, humecte en l’usant
          Le cœur, pivot de la machine.
 
Cette eau couleur de braise et de soleils couchants
C’est la Science, l’Art, les Désirs, les Penchants,
Tout ce qu’on dit sublime, innocent et coupable :
          Et, tel va l’homme, commençant
          Invisible larve du sang,
          Pour finir atome impalpable.
 
Plus d’une âme en dépit de sa croyance altière
          Demeure interdite parfois
Quand, jusqu’à son oreille, ainsi monte la voix
          De la sardonique Matière.

Par ces avis d’en bas qui reviennent sans trêve
          Il semble que l’on soit puni
D’avoir trop à l’avance assis dans l’infini
          La sécurité de son rêve.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Squеlеttе (Vеrlаinе)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Сосhоnfuсius sur Αu Τrаgédiеn Ε. Rоssi (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur «Si vоus vоуiеz mоn сœur аinsi quе mоn visаgе...» (Αubigné)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...» (Μussеt)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Lе Βibliоphilе (Βеrtrаnd)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе