Rollinat

Les Apparitions, 1896


Le Sang


 
          Le sang accomplit son mystère :
          Il engendre l’humanité
          De tous points, corps et caractère.
          Il suit son cours héréditaire
          Au gré de la Fatalité,
          Charriant sans fin sur la terre
          La Vertu, la Perversité,
          La Maladie et la Santé,
 
Agent double, à la fois la source et la pâture
          De la fraîcheur et du cancer,
Il fait l’intégrité de l’âme et de la chair
          Comme il en fait la pourriture.
 
          S’il diminue ou s’il augmente,
          L’esprit en souffre avec le corps ;
          Tous deux sont fiévreux s’il fermente,
          Et quand il s’arrête, ils sont morts.

Comme il fait des cheveux, des ongles et des dents,
          Il organise dans la tête
          Des vouloirs froids, tièdes, ardents,
La lumière ou la nuit, le calme ou la tempête.
 
          C’est lui l’animeur clandestin
          Qui, pendant un temps incertain,
          Roule la vie et les pensées,
          La raison ou le pur instinct
          Dans tant de formes nuancées
          Qu’a si sourdement composées
          Son flux obscur et serpentin.
 
          Ce liquide rouge et grenu,
          Si chaud quand il est contenu,
          Et qui, versé, froidit si vite,
          Noircit, se corrompt tout de suite...
          C’est la cause dont les effets
          Sont les regards, gestes, paroles,
          Les sentiments graves, frivoles.
          Tous les actes bons et mauvais.
 
          Oui ! tout ce que l’homme imagine
          Provient du manège du sang
          Qui, sans cesse, humecte en l’usant
          Dans tant de formes nuancées
          Qu’a si sourdement composées
          Son flux obscur et serpentin.
 
          Ce liquide rouge et grenu,
          Si chaud quand il est contenu,
          Et qui, versé, froidit si vite,
          Noircit, se corrompt tout de suite...
          C’est la cause dont les effets
          Sont les regards, gestes, paroles,
          Les sentiments graves, frivoles.
          Tous les actes bons et mauvais.
 
          Oui ! tout ce que l’homme imagine
          Provient du manège du sang
          Qui, sans cesse, humecte en l’usant
          Le cœur, pivot de la machine.
 
Cette eau couleur de braise et de soleils couchants
C’est la Science, l’Art, les Désirs, les Penchants,
Tout ce qu’on dit sublime, innocent et coupable :
          Et, tel va l’homme, commençant
          Invisible larve du sang,
          Pour finir atome impalpable.
 
Plus d’une âme en dépit de sa croyance altière
          Demeure interdite parfois
Quand, jusqu’à son oreille, ainsi monte la voix
          De la sardonique Matière.

Par ces avis d’en bas qui reviennent sans trêve
          Il semble que l’on soit puni
D’avoir trop à l’avance assis dans l’infini
          La sécurité de son rêve.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρizаn : «À qui dirа-t-еllе sа pеinе...»

Sаint-Αmаnt : «Jе viеns dе rесеvоir unе bеllе missivе...»

Αubеspinе : Lе luth

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Du Βеllау : «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...»

Gаutiеr : Lе Βаnс dе piеrrе

Sigоgnе : «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...»

Sigоgnе : «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...»

Rоnsаrd : «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...»

Μаrоt : «Jоuissаnсе vоus dоnnеrаi...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrbеuf : «Βеаuх уеuх оù luisеz-vоus, mеs sоlеils quе ј’аdоrе...»

Viviеn : «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...»

Μаrоt : Dе l’Αbbé еt dе sоn Vаlеt

Μаrоt : «Νе sаis соmbiеn lа hаinе еst durе...»

Viviеn : Ρоèmе d’аmоur

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Rêvаnt pаrmi сеs bоis, је vоis s’еntrеbаisеr...» (Αubеspinе)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Frèrеs аînés (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De Jаdis sur Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr (Μаrоt)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Lе Dоnјоn (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Rоssignоl, rоi dеs bоis, vоus, tоurtrе sоlitаirе...» (Ρаssеrаt)

De Xi’Αn sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Αlех Sаndrin sur «Μаrаud, qui n’еs mаrаud quе dе nоm sеulеmеnt...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Qu’оn m’аrrасhе lе сœur, qu’оn mе fаssе еndurеr...» (Dеspоrtеs)

De Jаdis sur Βоuts rimés (Sсhwоb)

De Сrасhеtоnmuсus sur «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Μusе Vénаlе (Βаudеlаirе)

De Сésаr Βistruklа sur «Lеs еsсаdrоns аilés du сélеstе pоurpris...» (Lа Сеppèdе)

De Jаdis sur Lа Βеrgе (Μérаt)

De Соnсоurs Lépinе sur L’Égоïstе (Sсhwоb)

De Xi’аn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе