Rollinat

Les Appartitions, 1896


Les Fossés


 
Leur fond a pris des couleurs vertes,
Ainsi que leurs bords il fleurit,
Avec les eaux vives sourit
Et songe avec les eaux inertes.
 
Ils pompent la fraîcheur de l’ombre
Et le vertige du parfum
Dans un clair-obscur gris et brun
Que le feuillage rend plus sombre.
 
Égouttoirs des prés, des pacages,
Des taillis, des vignes, des champs,
Sous les buissons droits ou penchants,
Ils ont des airs de marécages.
 
Un peu de l’âme de la terre
Et du fantastique du soir
Y couve. Ainsi qu’en un puits noir
On y sent ramper du mystère.
 
Quand les soleils couchants s’y dardent,
Ils font des cloaques de sang,
Et, lorsque la lune y descend,
Des gouffres blêmes qui regardent.
 
Il en est où le pied s’enfonce,
De secs, de nus et de boisés ;
Les uns que la pluie a creusés
Et d’autres comblés par la ronce.
 
On en trouve où, saillant difformes,
Des végétements racineux
S’enchevêtrent, semblent des nœuds
D’immobiles serpents énormes.

Infiltrés par des eaux lointaines
Ou proches, suivant les terrains,
Ceux-ci sont des lavoirs chagrins,
Ceux-là de riantes fontaines.
 
Plusieurs herbus, d’un mouillé vague,
Montrent maint champignon nabot
Rosé sous son petit chapeau
Et collerette de sa bague.
 
D’autres humides — bourbeux presque,
Seront la tranquille oasis
Du mignonnet myosotis
Et du gros chardon gigantesque,
 
Tout le jour longés par la chèvre.
Aux crépuscules pluvieux
Ils sont l’abri mystérieux
Du lapin sauvage et du lièvre.
 
Comme aussi, la perdrix blessée
Les rencontrant sur son chemin
S’y blottit contre l’être humain
Qui la poursuit dans sa pensée.
 
Courbant sa tête plate et rase
La couleuvre guettant de haut
Attend longuement qu’un crapaud
Vienne y bomber l’herbe ou la vase.
 
Certains, broussailleux dans l’eau morte,
Se voient franchis par un grand loup
Faisant basculer sur son cou
Le mouton bêlant qu’il emporte.
 
Au long des routes et des chaumes
Parfois la misère, le soir,
Sur leurs rebords fera s’asseoir,
Dormir ou songer ses fantômes.
 
Entre leurs ajoncs, leurs fougères,
Ils deviendront les auditeurs
D’un colloque de malfaiteurs,
D’une causette de bergères.
 
L’un entend rire d’allégresse
Comme l’autre entendra pleurer.
Plus d’un surprend à soupirer
Deux voix qui fondent leur ivresse.
 
Car çà et là, tel couple y tombe,
Figurant aux pâles clartés
Deux amants morts ressuscités
S’étreignant dans la même tombe.
 
Le silence qui les écrase,
La moite horreur qui les enduit,
En font une chose de nuit
Bâillant dans une louche extase.
 
Et, quand la nature s’endeuille,
Ils sont la tranchée où, souvent,
On voit balayés par le vent
Bien des cadavres de la feuille.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 6 octobre 2016 à 20h19

Ambiprélat
------------

L’ambiprélat, son âme est verte
Et presque jamais ne fleurit,
Mais son beau visage sourit
Et sa parole est fort alerte.

Il aime s’abreuver dans l’ombre
D’une femme au subtil parfum,
Ce séducteur aux cheveux bruns
Dont les désirs ne sont pas sombres.

Il a des trotteurs au pacage,
Un beau domaine avec des champs ;
Il a surtout un fort penchant
Pour de gentils marivaudages.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Μаuvаis Οuvriеr (Frаnсе)

De Jаdis sur Βоnsоir (Соrbièrе)

De Сосhоnfuсius sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Lе Rеtоur dе Jésus (Riсtus)

De Сосhоnfuсius sur Αntérоs (Νеrvаl)

De Jаdis sur Lе Сidrе (Νоuvеаu)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе